Ads 1

EN ROUTE VERS LE MAWLOUD : EL HADJI OMAR NDAO (1901-1977), LE SAGE DE DAROU SALAM NIORO, OU SOUFI DE HAUTE ALTITUDE !

0 424
  • Il avait le don de ressusciter des personnes morts.
  • Le jour où il avait éconduit le Président Senghor et sa délégation à hauteur de Nioro du Rip.

*L’étonnant spectacle de son premier Khalife El Hadji Mountakha Omar Ndao qui avait fait marcher sa voiture sur la surface mouvante de la mer, à Tenda (Gambie), en 1993.

Seydi Omar Ndao fut le promoteur d’un Islam pur. Toute sa vie durant, il s’érigeait en un infatigable Soldat de la Praole de Dieu. Il a vu le jour en 1901 à Ndama Thiékène, dans l’actuelle Commune de Darou Salam Nioro (dép. Nioro du Rip, région de Kaolack). Son père Tafsir Alioune Dawo Ndao fut un grand érudit de l’Islam. Sa mère Sokhna Aishtou Ndiaye est originaire de Gamboul, près de Gandiaye.

Son éducation

Le jeune Omar Ndao fit ses humanités auprès de son père . Il alliait l’apprentissage du Saint Coran et la conduite du troupeau de son père mais aussi les travaux champêtres. C’est lui aussi qui le donna le « wird » Tidjane qu’ il avait reçu d’Ahmadou Cheikh Oumar Foutyou Tall. En 1924, date du rappel à Dieu de son illustre père, il fut parti pour Diamal, un ardent foyer religieux dans le Saloum ( près de Birkilane). »Au « Daara » de Diamal , il fit connaissance avec ses co- pensionnaires qui furent ses premiers talibés. Pour dire, El Hadji Omar Ndao avait des talibés alors qu’il était, lui-même, talibé à Diamal. Parmi eux ,on peut citer les El Hadji Serigne Wouly Touré de Darou Salam Ridwane, en Gambie. Il a très tôt reçu la bénédiction de son Seigneur », nous fait savoir son petit-fils, Serigne Mountakha Taha Omar Ndao. Après 5 ans passés aussi à Diamal, il retourna pour rejoindre le domicile de son oncle maternel à Ngamby. Là, encore, il y resta 5 ans avant d’aller voler de ses propres ailes. Il fonda un village , Médinatoul Taïba( par référence à la Ville de Médina Mounawara du Prophète Muhammad (S.AW). Ce patelin où il s’attela à l’enseignement du Saint Coran , à l’agriculture et à l’élevage est couramment appelé Médina Ndawène. Il est situé dans la Commune de Ndoffane Laghème. Ensuite, il fonda le village de Darou Salam (en 1946) où il tenait l’un des « Daaras » les plus rayonnants du Saloum, voire du Sénégal. Tant il était cité en exemple et continue de l’être jusqu’à nos jours.

Les miracles de El Hadji Omar Ndao

El Hadji Omar Ndao était un béni de Dieu qui lui donna des pouvoirs immenses. Il fut un homme véridique qui ne badinait pas sur sa foi: »El Hadji Omar Ndao avait le pouvoir de ressusciter des morts. Un jour, par exemple, une personne qui a été mordue à mort par un serpent fut ressuscitée par lui. Il parlait directement au Seigneur qui exauçait ses prières. Il fut un grand écrivain qui avait publié des livres de référence. Durant 50 années, il voyait chaque jour le Prophète
Muhammad (S.A.W) sans interruption », révèle toujours Serigne Mountakha Taha Omar Ndao.

Le spectacle fascinant de son fils et premier Khalife, El Hadji Mountakha Omar, qui avait fait marcher sa voiture sur la mer

On nous raconte souvent cet épisode du fils d’El Hadji Omar Ndao. El Hadji Mountakha Omar Ndao, son premier Khalife qui voulait se rendre en Gambie en 1993, fut interdit par les forces de l’ordre gambiennes prétextant que le ferry (Bag) est fermé. C’est ainsi qu’il intima son chauffeur de conduire directement sur la surface mouvante de la mer. Ce qu’il obtempera jusqu’à atteindra Tenda, un village situé dans la frontière entre le Sénégal et la Gambie.

Ses Mukkadams

Comme on a souligné plus haut, El Hadji Omar Ndao avait déjà ses talibés alors qu’il était au « Daara ». Parmi eux, on peut citer El Hadji Serigne Wouly Touré de Darou Ridwane
(Gambie), El Hadji Abdou Salam Guèye, El Hadji Kéba Touré, El Hadji Babou Sakho, El Hadji Aliou Hatt, El Hadji Layine Hatt, Serigne Moth Seck,etc. Il avait beaucoup œuvré pour aider à l’islamisation du Saloum, bref, de la Sénégambie. Il avait d’excellentes relations avec les religieux de son époque. Il était ami à El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh. Ce dernier venait souvent lui rendre visite à Darou Salam Nioro. C’est en compagnie de lui qu’il s’est rendu en 1949 aux Lieux Saints de l’Islam (Mecque). Il avait un profond respect pour tous les adeptes de la foi islamique. Serigne Saliou Mbacké venait, lui aussi, le voir dans son « Daara », à Darou Salam.

Le jour où il a éconduit le Président Senghor et sa délégation à hauteur de Nioro du Rip

El Hadji Omar Ndao ne respirait que par l’Islam. Il faisait tout pour propager le Messager d’Allah. Il était très réfractaire au pouvoir temporel. Un jour, selon nos sources, le Président de la République Léopold Sédar Senghor a quitté son Palais de Dakar pour venir lui rendre visite. Arrivé à Nioro, il demanda au député Amadou Cissé Dia d’aller à Darou Salam lui informer de sa visite. Arrivé, il lui donna la nouvelle. El Hadji Omar Ndao refusa catégoriquement de le recevoir avec sa délégation. Et ils ont dû rebrousser chemin.

Sa disparition en 1977 et ses Khalifes et fils

El Hadji Omar Ndao s’est éteint le 11 Mars 1977. Il fut succédé par El Hadji Mountakha Omar Ndao (1977-2004). De 2004 à nos jours, El Hadji Bachir Omar Ndao est le Gardien du Temple de Darou Salam Nioro. Yala nafi Yag lool té wër. Amin.

Parmi les fils de El Hadji Omar Ndao, on peut citer, entre autres, Serigne Mouhamadou Moustapha Ndao, Serigne Mansour Ndao, Serigne Taha Ndao, Serigne Bachir Ndao, Serigne Tahir Ndao, Serigne Mourtada Ndao, Serigne Macky Ndao.

Ibrahima NGOM Damel

Laisser un commentaire