Ads 1

ZIGUINCHOR : LES CAMIONNEURS POUR UN TRANSPORT MULTIMODAL DES NOIX DE CAJOU

0 563

Le syndicat national des transporteurs a tenu un point de presse pour s’insurger contre la décision des autorités de passer « impérativement » par la voie maritime pour exporter les noix de cajou.
En poussant les autorités à renoncer à une « orthodoxie anormale », ils comptent toutefois mener un combat en toute légalité en prônant un transport multimodal pour juguler la capacité limitée du bateau.

Regroupés au niveau des allées du Stade Aline Sitoé Diatta, les 250 chauffeurs avec autant de camions stationnés depuis une dizaine de jours sans activité, las de cette situation préoccupante, ont décidé de faire entendre leur voix par le truchement d’ un point de presse pour provoquer et espérer que les autorités compétentes la décantent afin d’ éviter un pourrissement des noix d’ anacarde.

Selon le porte-parole du jour, Papa Waly Faye, Président Directeur général de Djamil Logistics et par ailleurs membre du Syndicat des transporteurs de contenairs, dépêché depuis Dakar pour l’occasion, « nous sommes ici à Ziguinchor pour dénoncer une injustice de la part des autorités. On veut nous imposer de passer forcément par le port pour exporter les noix de cajou. Qu’ils laissent la possibilité à ceux qui veulent charger leurs conteneurs par le bateau le fassent mais ceux qui veulent le faire à travers les camions le fassent également », dénonce et suggère t-il d’emblée. 
Mais, ajoute t-il, que « l’on ne nous impose pas de charger uniquement par le bateau qui a une capacité très réduite qui vient avec 20 pieds alors que depuis deux ans avec les camions on charge avec 40 pieds car ils sont plus élevés que celui du bateau « , renseigne t-il.
Donc, poursuit -il son argumentaire, « on a un problème de choix. Raison pour laquelle le syndicat national des transporteurs nous a dépêchés. Nous sommes donc venus ici avec tous les transporteurs car il y a une situation inhumaine « , déplore t-il.
Vous voyez donc, indique t-il « rassembler plus de 250 chauffeurs pendant plus de 10 jours et qui dorment à travers les rues sous la belle étoile avec leurs apprentis. Il y a plus de 600 personnes bloquées à Ziguinchor avec 250 camions. Vous imaginez la manne financière qui est entrain d’être détruite, la tension sociale de se créer dans cette région de Ziguinchor ? », constate t-il non sans s’interroger sur cette situation préoccupante.
Aujourd’hui, dira t-il, « tous les exportateurs ont patiné alors qu’ils savent qu’à l’export, ils obéissent à des normes bien déterminées.
Tous ces exportateurs ont engagé des lettres de crédits avec des délais de livraison bien déterminés mais aujourd’hui, on veut nous faire revenir à l’orthodoxie anormale c’est à dire que tout le monde passe par le bateau alors qu’il a des capacités très réduites, raison pour laquelle nous avons décidé de montrer que nous sommes tout à fait contre cette décision, », informe t-il.
Toutefois, tempère t-il, « nous ne sommes pas contre le fait que le bateau arrive avec ses conteneurs mais nous prônons un transport multimodal c’est à dire que ceux qui veulent prendre le bateau le fassent et ceux qui veulent emprunter la route passent par voie terrestre « , ressasse t-il.
À la question de savoir jusqu’où pensent -ils aller dans ce combat, le PDG de Djamil Logistics de répondre de façon relative.
Car selon le porte -parole des camionneurs en détresse, « nous comptons mener un combat légal car nous sommes contre toute illégalité. Dans ce sens, nous avons tenté de joindre le Gouverneur mais il nous a fait comprendre que compte tenu de la venue du Président Bassirou Diomaye Faye ( pour le Gamou de Bignona, ndlr), il ne pourrait pas nous recevoir.
Raison pour laquelle nous avons tenu ce point de presse pour expliquer à l’opinion nationale et aux autorités que cette situation si compliquée est alarmante et qu’ il faut la décanter le plus rapidement possible », justifie t-il.

Ce cri de cœur exprimé par les transporteurs de noix de cajou en détresse dénonce le désarroi et les désagréments causés par la mesure du passage « obligatoire » de celles – ci par voie maritime.
Partant de cette situation et de la réaction musclée de ces transporteurs dans leur velléité de braver la mesure, ne va t-on pas vers le scénario de 2021 avec ses conséquences néfastes pour les acteurs de la filière et partant pour l’économie du pays en soi ?
Pour l’ heure, wait and see.

Oumar Jean DIATTA (Ziguinchor)

Laisser un commentaire