Ads 1

MACKY SALL, LA CONSTANCE D’UN RÉPUBLICAIN ET LÉGALISTE

0 135

Pour paraphraser S.E.M le Premier Ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, S.E.M le Président Macky SALL est un homme de constance, de cohérence et d’équilibre.
Il n’est point superflu de rappeler qu’en 2011, il s’est battu, à côté de la majorité des Sénégalais vivants au Sénégal et dans la diaspora, contre la 3ème candidature du Président WADE.

Dès l’annonce de la décision du Conseil constitutionnel validant ladite candidature, le Président Macky SALL, chef de parti APR, en bon républicain et légaliste a décidé de la respecter et a instruit ses camarades de parti à aller en campagne électorale pour briguer le suffrage des Sénégalais.

Il avait auparavant, pendant plus de trois ans, parcouru tout le Sénégal et une bonne partie de la diaspora. Pendant ce temps, d’autres candidats se pavanaient dans les rues de Dakar avec une sécurité impressionnante, prête à en découdre avec le Président WADE et le Conseil constitutionnel au risque de plonger le pays dans le chaos.

Le 25 mars 2012, les sénégalais ont compris la vision de M. Macky Sall et l’ont plébiscité dans leur écrasante majorité avec plus de 65%. Homme de constance, de cohérence et d’équilibre, le Président Macky SALL l’est toujours et plus que par le passé.

Voulant mettre fin à la tentation des chefs d’Etat, de se maintenir éternellement au pouvoir, avec tous les risques que de tels choix impliquent, il avait promis de réduire la durée du mandat de sept à cinq ans et d’en limiter le nombre à deux. Malgré les tirs groupés de plusieurs responsables politiques même au sein du parti qu’il dirige, il est resté constant, cohérent et équilibré.

Il n’est jamais revenu sur sa décision. Il a répété urbi et orbi au Sénégal comme à l’international qu’il a la ferme volonté de respecter sa promesse tout en restant républicain et légaliste.

A l’annonce de la décision du conseil constitutionnel qui l’empêche de réaliser sa volonté, il bute ainsi une deuxième fois sur une contrainte de taille. Avec humilité et responsabilité, il a montré à la face du monde que même en tant que président de la République, il n’a pas toujours le droit de faire ce qu’il veut à moins qu’il renonce à ses principes de républicain et de légaliste. Aussi il ne peut pas vouloir une chose et son contraire.
Comme en 2011, l’avenir lui a donné raison d’avoir choisi de respecter la décision du conseil et aider à éviter ainsi de plonger le Sénégal dans la guerre civile à l’instar de plusieurs pays africains, en 2016 l’histoire retiendra qu’il s’est fait violence, quelques soient ses pouvoirs de Chef d’Etat, pour l’intérêt d’un Etat de droit et du renforcement de la démocratie.

Homme de constance, de cohérence et d’équilibre, S.E.M Macky SALL n’a pas à rougir de la décision du conseil constitutionnel. En analysant le projet de réforme qu’il a proposé, seul le point sur la non applicabilité des dispositions au mandat en cours focalise l’attention des politiques, alors que d’autres points sont tout aussi importants si ce n’est plus.

Le conseil constitutionnel lui a accordé la possibilité de demander au peuple souverain de décider réduire la durée du mandat de président de sept à cinq ans et d’en limiter le nombre à deux, à partir de 2019. Pour la majorité des sénégalais, ceci semble beaucoup plus important et loin sans faut que deux ans de plus ou de moins sur le mandat en cours.
A moins que l’on ne fasse parti du camp des revanchards qui sont obnubilés par l’accession au pouvoir, par tous les moyens.

Le Président Macky SALL candidat aux élections présidentielles de 2012 a inspiré certains. Malheureusement par manque d’honnêteté intellectuelle, ils ne diront jamais qu’ils ont compris maintenant et seulement maintenant que pour gagner des élections, il faut aller sur le terrain écouter les sénégalais, être en mesure de comprendre leur préoccupation afin de proposer un programme pertinent pour soulager leur souffrance.
Le Président Macky SALL l’a fait pendant trois ans avant 2012, parcourant tout le Sénégal mais aussi la diaspora.

N’est-ce pas là une longueur d’avance que personne ne peut contester ?
Ce qui est contestable et constaté c’est le fait d’avoir la gâchette facile sur son guide j’allais dire son maître qui lui a montré le chemin et/ou la démarche à suivre.
« boo dé ndaamassi, Koula soute néko ndiolmi»

Pour d’autres revanchards qui sont obnubilés par le retour au pouvoir, il faut simplement avoir de la compassion. Maîtres dans l’art de toujours trop pousser sur le bouchon, ils ne ratent jamais l’occasion à chaque événement de se tirer une balle dans le pied. En effet concernant la bataille pour la libération de leur supposé candidat, piétinant la décision de justice exécutoire issue d’un long procès, ils rasent les murs pour avoir de façon maladroite lamentable mis le pied dans le plat en confirmant la double nationalité de leur candidat désigné. Un auto goal certes, mais ouvrant ainsi dangereusement une brèche sur la « sénégalité » des potentiels futurs candidats aux prochaines élections présidentielles. L’exemple de la Côte d’Ivoire, que Dieu nous en garde, recommande plus de sagesse, de retenue et de prudence.

Toujours promptes à mettre le pays à feu et à sang comme par le passé, ils restent malheureusement constants et cohérents dans leur démarche au point, cette fois-ci, et sans le vouloir, de dévoiler au grand jour ce qu’ils proposent aux sénégalais, une fois qu’ils seront de retour aux affaires. En clair ils n’hésiteront certainement pas à piétiner et à bafouer les décisions du conseil constitutionnel pour satisfaire des intérêts crypto personnels au prix d’une instabilité institutionnelle. En tout état de cause, aucun débat aussi pertinent qu’il soit ne peut faire revenir le conseil constitutionnel sur sa décision qui est sans appel.

A ceux-là qui s’agitent, les sénégalais vous connaissent sans doute suffisamment intelligents, responsables et expérimentés pour ne pas entretenir des polémiques politiciennes sans fondements juridiques et moraux au risque de plonger le pays dans le chaos.
L’histoire retiendra !

Aux mouvements de la société civile qui, à partir d’une analyse sans doute logique et pertinente, pensent que si les dispositions de la réforme en la partie concernant la durée et le nombre de mandat ne s’appliquent pas au mandat en cours, le Président pourrait éventuellement à l’avenir briguer un 3ème mandat, ne soyez pas pressés. Le moment venu, avec les sénégalais le nécessaire sera fait. D’ici là, évitez d’ouvrir des brèches aux terroristes, tant redoutés dans le monde entier et tout dernièrement en Afrique de l’ouest, de s’infiltrer et de poser des actes aux conséquences désastreuses. Comme en 2011, acceptons tous, en bon républicains et légalistes, la décision du conseil constitutionnel pour une autre avancée démocratique. Boycotter le référendum n’a aucun sens surtout que nombreux sont les points de la reforme hautement plus importants que la durée du mandat en cours.

Voter NON sera aussi une porte ouverte à toute sorte de dérives à l’avenir.
Par ailleurs, les polémiques stériles plongent le Sénégal dans une situation de compagne électorale permanente nous écartant ainsi de l’essentiel. L’essentiel est, pour Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL, de travailler à abréger la souffrance des sénégalais pour un Sénégal émergeant dans un état de droit. Pour l’Alliance pour la République (APR), il est plus que jamais impératif de mutualiser nos forces, de s’unir comme un seul homme derrière le Président Macky SALL, de descendre sur le terrain, informer et sensibiliser nos concitoyens sur la nécessité de voter massivement OUI au référendum du 20 mars prochain. Comme le disait Sergine Abdoul Aziz SY « Na niou bayi eumbeu yi té tal galgui ndakh sou galgui diigué eumbeu yeup tooy, borom eumbeu yi diigue. Sou galgui mouthié eumbeu yeup mouthi ». (Pour sauver les baluchons et les passagers embarqués dans une pirogue, il faut maintenir cette dernière à flots et non penser à faire l’inverse).

Moustapha Thiam dit Kamal
Coordinateur APR DSE Suisse
Responsable APR Dieuppeul-Derklé
Secrétaire général Agence de Construction
des Bâtiments et Edifices Publics (ACBEP)

Laisser un commentaire