Ads 1

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DE L’ISEP DE MBACKÉ DANS LES LYCÉES DE ZIGUINCHOR : « UN PARI SUR L’AVENIR PROFESSIONNEL DURABLE ».

0 230

Une mission de l’Institut supérieur de l’Enseignement professionnel (ISEP) de Mbacké était à Ziguinchor dans une campagne de communication sur le 6ème ISEP de l’État du Sénégal et qui l’a menée successivement aux lycées Djignabo et  El hadj Omar Lamine Badji  dans la commune pour sensibiliser, conscientiser les élèves sur les filières professionnelles dédiés aux métiers verts et au développement durable. Une manière de pousser les potaches à s’orienter vers ces filières scientifiques prometteuses d’ un avenir professionnel durable. 

Selon la cheffe de mission, Mme Marthe Tatiana Diatta, Conseillère technique au Programme d’Enseignement supérieur pour les Énergies renouvelables et l’Efficacité énergétique qu’on appelle PESEREE de la GIZ (coopération allemande), « le 6ème Institut supérieur de l’enseignement professionnel (ISEP) qui a ouvert ses portes et qui est dédié aux métiers verts et au développement durable est ouvert par l’État du Sénégal en mars 2024 et devrait être construit par la coopération allemande via la KW et ensuite par l’appui technique est donné par la GIZ dans l’élaboration du budget et la formation du personnel », renseigne t-elle de prime abord.

Pour ensuite décliner les contours ou l’objectif principal de cette campagne de sensibilisation au niveaux des lycées.

Basée sur une démarche pédagogique, cette dite campagne vise à « sensibiliser, conscientiser les élèves pour leur dire que désormais ils ont la possibilité de faire une formation professionnelle sans même passer par un concours et cela après le BAC, toutes séries confondues car l’ISEP offre des formations dont l’approche est inclusive », informe t-elle.

Donc, ajoute t-elle, « on n’exclut aucune série, l’essentiel est d’avoir le Baccalauréat et de choisir en fonction des métiers qui sont offerts au niveau des Instituts supérieurs de formation professionnelle, la formation que l’on désire effectuer,  et qui dure deux ans, et à l’issue de laquelle l’apprenant devient opérationnel et il travaille dans le secteur privé ou pour s’orienter dans l’auto -emploi s’il le désire « , suggère t- elle.

La finalité de l’État étant de booster le secteur privé, de la conviction de Mme Diémé Marthe Tatiana Diatta, conseillère technique, « si on parle de développement durable, il faut booster le secteur privé et pour ce faire, il faut une jeunesse ou des ressources humaines de qualité pour accomplir des tâches ou choses concrètes avec des compétences certifiées », estime t-elle.

Et c’est dans ce sens que « nous sommes venus sensibiliser les élèves d’aller directement dans la formation professionnelle, d’être qualifiés et d’opérer directement dans le secteur professionnel », propose t-elle.

Pour enfin terminer sur l’économie de la quintessence de ses sessions de formation dans les deux lycées ciblés pour Ziguinchor à savoir le Lycée Djignabo et le Lycée Elh Omar Lamine Badji.

Ce qu’a retenu la cheffe de mission de l’ISEP de Mbacké, c’est « l’enthousiasme avec lequel les élèves ont abordé les sessions des travaux de démonstration pour leur donner une idée de l’approche par compétence qui est attendu au niveau des ISEP, pour leur dire que l’ISEP, c’est une formation professionnelle.

Donc 70 % des enseignements -apprentissage sont en pratique et 30% sont en théorie. Les élèves étaient très intéressés et très contents au point de nous demander de leur céder le matériel.

Nous leur avons rétorqué que l’État est dans une dynamique d’installer un ISEP par région et Ziguinchor en a déjà à Bignona », se réjouit -elle.

Une initiative saluée par les élèves et le corps professoral représenté respectivement par Mlle Aïcha Diawara du Lycée Djignabo en classe de seconde L et Mohamed Adama Diallo, Professeur de Sciences Physiques du Lycée El hadj Omar Lamine Badji qui ont tour à tour exprimé un sentiment de satisfaction car c’est une opportunité pratique, selon eux, des cours théoriques dans les classes en ce sens que cela leur a permis de découvrir les outils qui se font  dans la pratique à l’ISEP en leur montrant l’ensemble des applications et de les encourager dans ces filières scientifiques pour devenir des étudiants ou récipiendaires de ces formations à l’avenir .

Gageons que dans quelques années les différents ISEP du Sénégal refuseront du monde en raison de l’engouement suscité.

Oumar Jean DIATTA (Ziguinchor).

Laisser un commentaire