Ads 1

RELANCE DU DIALOGUE NATIONAL: LE MEER RÉAGIT ET … TANCE L’OPPOSITION

0 112

FB IMG 1494695339455En instituant une journée du dialogue national qui regroupe l’ensemble des forces vives de la nation, le président de la république ne savait pas trop qu’il allait rencontrer l’assentiment de sa jeunesse regroupée autour du mouvement des élèves et étudiants républicains.

 

Pour les protégés de Moussa Sow, « certaines voix discordantes, surtout celles de l’opposition seront vite étouffées par l’ampleur des avancées et l’enthousiasme populaire que le dialogue a déjà suscité ».
Il est temps que l’opposition apprenne à faire sien le projet de dialogue national. Mais, cela passe d’abord par aller répondre au dialogue politique et social prôné par le chef de l’Etat.

« En tout cas, si leur objectif majeur reste l’émergence du Sénégal, il ne doit pas y avoir de doute sur leurs motivations et leur détermination à s’approprier ces notions de ‘’masla’’, de ‘’wakhtan’’, de ‘’diéguelé’’, etc. Sinon, on sera obligé de sortir la cravache, parce qu’on aura compris que rien ne les motive si ce n’est qu’ils veulent semer le désordre », tance Moussa Sow, coordonnateur du MEER.

Selon ce dernier, « l’émergence tant chantée par les pouvoirs publics ne peut guère se réaliser sans la promotion de relations apaisées et la modernisation du dialogue social. Il est important de souligner deux actes majeurs que sont l’organisation d’une conférence sociale en 2014 et la signature d’un pacte national de stabilité sociale et d’Emergence économique PNSSEE pour une trêve sociale de 3 ans ».

Très en verve le jeune responsable des étudiants apérsites renchérit: « Au vu et au su de tous, le Président s’est toujours engagé avec respect et considération à consolider la cohésion sociale gage d’un Sénégal Emergent. Mais, certaines voix discordantes vont vite étouffer l’ampleur des avancées et l’enthousiasme populaire que le dialogue a suscité. Ce n’est pas normal », regrette-t-il. Et de poursuivre : « Le dialogue national est précédé par le dialogue économique et politique. Récemment, le Président a rencontré le secteur privé et a décidé de l’inscrire dans son agenda au moins deux fois par an. Dans la même foulée, il instruisit le ministre de l’intérieur de rencontrer les acteurs politiques et parties prenantes au processus électoral de notre pays, pour une prise de contact le 21 novembre passé. Mieux, le Président ne cesse d’instruire et de poser des actes d’un consensus fort et des concertations sérieuses comme le viatique d’une meilleure démocratie toujours prise en exemple dans le monde. Macky Sall n’a jamais manqué de décrypter les messages de nos chefs religieux qui sont de véritables régulateurs sociaux, en appelant la classe politique à la concertation. Malheureusement, une partie de l’opposition s’oppose à tout pour espérer gagner un minimum de confiance du peuple. Et en le faisant, elle discrédite nos chefs religieux qui appellent sans cesse à des concertations ».

En outre, Moussa Sow prévient sur les conséquences des actes que pose l’opposition : « Les élections présidentielles s’approchent, il n’est pas encore trop tard d’aller prendre part aux concertations pour un fichier électoral amélioré. Au cas contraire, nous prenons en témoin le peuple. Que l’opposition ne revienne pas pour dire qu’un dialogue sur le fichier n’a jamais été organisé. Qu’elle se le prenne pour dit ».

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire