Ads 1

POUR UNE RÉPUBLIQUE RESTAURÉE (Par Alhousseynou Yoro DIALLO)

0 443

Le Sénégal vit douloureusement les contrecoups des acquis démocratiques mal encadrés ou mal compris par des pans entiers d’une population dont les réalités socioculturelles n’obéissent pas toujours aux normes politiques imposées, non encore assimilées.

C’est toujours la problématique de la non adaptation/assimilation de valeurs importées.
Nous devons comprendre qu’il ne s’agit plus du sort du président de la République, d’un candidat ou des candidats, mais plutôt du Sénégal, qu’il faut sauvegarder.

Historiquement, le Sénégal a toujours su convoquer son génie profond pour dépasser ses contradictions et ses crises sur la voie de sa construction et son ancrage dans l’état de droit.
Le grand défi du moment est de savoir taire les égoïsmes, d’avoir le sens de la responsabilité, de la mesure, du discernement pour que les libertés individuelles et collectives, durement conquises, ne mènent pas au chaos tant redouté.

Il y a un temps pour tout et chaque moment est important mais avec différents acteurs dont les rôles se complètent depuis les mobilisations/manifestations, les réflexions, les négociations, les décisions, leurs mises en œuvre, etc.
Nous vivons un de ces moments où un peuple a besoin de toutes ses intelligences, de son génie profond pour se réinventer et se mettre dans le bon sens de sa marche victorieuse.
Le courage, ici, demande de faire face de manière lucide en ne laissant pas les émotions nous envahir et nous guider.
Les moments de crises sont aussi gros d’opportunités à saisir.
Pour y arriver, ramenons les choses à leur juste valeur. À leur juste proportion. Remettons l’administration à sa place véritable. Certes, l’administration doit mettre en œuvre les politiques définies, mais, elle doit se mettre au-dessus des contingences. Dans la situation que nous vivons, l’administration, dans plusieurs de ses démembrements, a eu du mal à faire face.
Elle s’est engagée dans la recherche de compromis impossibles et est tombée dans des compromissions aboutissant à des décisions qui ont désorienté les populations et ont alimenté les suspicions. Elle a manqué de cohérence entre ses différents démembrements. Il faut tirer les leçons en définissant les incompatibilités, de manière objective, dans la sphère publique.
Elle doit pour sa crédibilité et son efficience être à la fois loyale et neutre !

Nous avons, aujourd’hui, plus besoin de forces de propositions pour sortir par la grande porte et dans l’honneur restauré du pays que de contestations/jugements et de rancœurs.
Répéter inlassablement des articles de la constitution pour tourner en rond ne semble pas être la bonne voie pour avancer.
Reconnaissons que nous ne sommes dans aucun cas de figure prévu par la constitution.
Il faut donc se réinventer et sortir du juridisme.
Le constat est qu’il y a peu de politiques dans notre pays !!!

Ce n’est pas le droit qui nous a mis dans cette situation donc ce n’est pas par le droit et seulement par lui que nous allons nous en sortir.
Nous vivons un problème éminemment politique.
Et les conséquences d’actes politiques trouvent leurs solutions dans d’autres actes politiques.
Trop de confusions entretenues risquent de nous éloigner de l’essentiel.
Le gouvernement doit s’engager dans des mesures hardies, sans calculs partisans, pour couper l’herbe sous les pieds des porteurs de desseins inavoués. Toutes les forces en présence doivent être concernées, impliquées, disponibles, etc.
Le temps n’est pas au pourrissement.
Qu’Allah préserve notre pays.
Alhousseynou Yoro DIALLO alhousseynoudiallo@gmail.com
Chevalier dans l’ordre national du lion

Laisser un commentaire