Ads 1

PASTEF SEDHIOU : DE LA DYNAMIQUE D’ENSEMBLE À L’ÉCLATEMENT (Par El hadji Omar MASSALY)

0 125

Qui n’a pas été séduit par la dynamique d’ensemble de Pastef Sédhiou ? Sorti deuxième à l’élection présidentielle de 2019 sans avoir distribué de l’argent, organisé constamment des meetings, corrompu les populations, les résultats de Pastef Sédhiou m’avaient- en tant qu’observateur- étonné. Mais, au fond, Ousmane Sonko a (avait) une force tranquille dans la capitale du Pakao. Le point culminant de cette force tranquille est l’embrasement qu’a eu lieu à Sédhiou lors des événements-révolution de mars 2021 : Sédhiou a subi les secousses de la révolution contre l’emprisonnement de Sonko (qui en était la principale cause). Tous les leaders locaux de l’APR avaient paniqué, c’était une surprise. Totale. Bouleversante. Parce qu’ils pensaient que Sédhiou était dans la poche du maire politicien-apériste Abdoulaye Diop.

Sur le terrain, il y avait une dynamique d’ensemble qui conduisait les actions des militants actifs du Pastef. Même s’il faut dire qu’il y a plus de sympathisants que de militants actifs. Une équipe soudée et déterminée avait fait un travail de structuration, de redynamisation et de sensibilisation. La sensibilisation consistait à faire comprendre aux populations que la politique alimentaire n’a jamais été une solution pour changer radicalement la vie des citoyens. Une autre offre politique et démarche, suivant la philosophie de leur leader, avaient commencé à gagner le cœur des citoyens qui se voyaient dans le projet de changement. C’était, à ma connaissance, la première fois que je voyais des mamans au marché, des commerçants et jeunes cotiser pour le projet de Pastef. Plus de 200.000 FCFA mobilisés en 2 jours de collecte au marché de Sédhiou.

Loin des folklores et de la surenchère, la ligne de démarcation était bonne. La stratégie de sensibilisation sur le projet était excellente. La méthode consistant à faire comprendre à la population que les opérations courantes (acheter les ordonnances, donner du riz et de l’huile, donner des billets de 10.000 F…) – même si elles ne sont pas mauvaises – maintiennent la population dans la pauvreté. Sous nos cieux, le Pastef avait montré que « quand l’idée pénètre la masse, elle devient une force ». Les idées novatrices avaient commencé à pénétrer les populations. Mais, hélas, à l’approche des élections locales, au moment où toute l’opposition attendait le casting du Pastef pour mieux discuter et trouver des consensus, les guerres de positionnement ont plombé la démarche des militants de Pros.

Au fond, qu’est-ce qui a provoqué les guerres de positionnement ?

À mon avis, certains militants, qui n’ont pas une grande expérience des élections locales et qui n’ont pas fait une analyse objective de la situation politique, croyaient pouvoir remporter les élections s’ils sont investis par le Pastef. Tout le monde voulait être candidat tout en oubliant que tout le monde ne peut pas être candidat. Compter sur la force tranquille du Pastef à Sédhiou pour gagner les élections alors qu’on n’a ni coefficient personnel, ni capacité de mobilisation relève de la fiction politique. Le manque d’humilité de certains responsables, qui se voient déjà maire sans analyse de la situation et sans base solide, trouve son écho dans un narcissisme pathologique.

Arsène Wenger l’a dit dans une formule que j’admire : « les gens de haut niveau ont une analyse objective de leur performance en étant dur avec eux-mêmes. Un bon équilibre entre l’intelligence et la motivation endurante et une bonne dose d’humilité. L’humilité […] c’est savoir que la performance passée donne du crédit, mais pas de privilèges. C’est la seule chose qui permette de maintenir un degré de vigilance indispensable à la constance ». En un mot, comme en mille, le Pastef Sédhiou n’a pas su se maintenir. Le plus important dans la vie d’un homme ou d’un leader, c’est la capacité d’avoir un projet et, dans un effort constant et une humilité qui te permet de corriger les failles, de le maintenir.

Le Pastef n’a pas su exploiter la base affective et la force tranquille d’Ousmane Sonko à Sédhiou. Il y a eu un problème de management et de maturité politique, de tact et d’efficacité, d’humilité et de grandeur, de casting politique et de négociation, d’addition et de cohésion, par-dessus tout dans l’intérêt général du parti. La politique [au Sénégal] est une question de rapport de force et de stratégies, tout le reste relève du débat d’idées. Et, sous ce rapport, le plus important c’est la personne qui est apte à faire gagner le parti qui doit être portée. Ouvrir une perspective pour un spectre large et créer un point d’achoppement pour une coalition vivace.

Aurait-il fallu, pour y parvenir, que les deux formations les plus significatives de l’opposition sédhoise…évitent de se disperser et s’accordent sur un candidat unique. Pastef Sédhiou semble avoir fauché le jeu politique. Querelles d’ego !

El hadji Omar MASSALY
Ecrivain / Chroniqueur

Laisser un commentaire