Ads 1

MAUVAISE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES : LES JOURNALISTES A L’ECOLE DE LA CONVENTION DE STOCKHOLM

0 94

MAUVAISE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUESAméliorer la compréhension des journalistes et associations pour l’environnement sur les dispositions pertinentes de la Convention de Stockholm, tout en mettant l’accent sur les risques des produits chimiques et en particulier les polluants organiques persistants (POP), tel est l’objectif de l’atelier de deux jours ouvert ce jeudi à Dakar. Sur initiative du Ministère de l’Environnement via la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (Deec), cette activité qui s’inscrit dans la composante ‘’Renforcement’’ requiert la sensibilisation de toutes les parties prenantes, dont notamment les acteurs des média pour une large diffusion de l’information concernant les produits chimiques et les POP.

 

Le Sénégal a signé et ratifié la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants pour s’engager à contribuer à l’effort mondial de lutte contre les produits chimiques. Cette convention est entrée en vigueur depuis 2004, mais il a été constaté que jusqu’à ce jour, la gestion écologique rationnelle des produits chimiques et en particulier les POP reste un défi à relever par les générations actuelles afin de ne pas compromettre l’existence des générations futures.

Pour Mme Aita Sarr Seck, cheffe de la Division de la Prévention de la DEEC, « nous nous devons d’organiser cette activité à l’intention des journalistes et des associations de l’environnement parce que nous avons compris que l’information joue un rôle important de sensibilisation. L’Etat a fait pas mal d’actions qui ont eu du succès mais il reste des pas de géant pour la mise en œuvre de la convention sur les POP. Il faut donc renforcer la communication, car la plupart du temps, ces polluants sont émis par des sources connues ou inconnues, ou par de mauvaises pratiques de la gestion des déchets. Il est clair que l’homme dans ses habitudes culturelles et de consommation émet des POP dans la nature et à ciel ouvert. Je rappelle que ces POP sont des molécules qui sont dans la nature et dans notre corps. Ils sont persistants et les mécanismes chimiques ne peuvent pas les détruire. Ils sont dynamiques, car on peut les produire ici et les retrouver ailleurs avec tous les dangers qu’ils couvrent. Il faut tout faire pour s’en épargner à défaut de s’en débarrasser. Les personnes obèses les femmes et les enfants sont les plus exposés face à ces POP ».

Une bonne sensibilisation sur la gestion des produits chimiques dans nos pays sous-développés et d’autant plus urgente que des liens ont été établis entre la pauvreté et l’accroissement des risques d’exposition aux substances chimiques et déchets dangereux puisque ce sont les pauvres qui restent confrontés de façon routinière aux aléas de la nature.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire