Ads 1

MAIRIE DE DAKAR : LES CHOSES SE COMPLIQUENT POUR KHALIFA SALL

0 111

Le problème dans l’affaire Khalifa Sall, maire de Dakar, ne porte pas sur les bénéficiaires de la caisse d’avance mais plutôt sur la justification de l’utilisation des sommes d’argent qui ont été décaissées, a laissé entendre vendredi en conférence de presse, le Procureur de la République, soupçonnant une ‘’diversion’’.

‘’On a tenté de faire diversion comme quoi on n’a pas dévoilé les bénéficiaires ; je dis devant vous et devant les Sénégalais que plus d’une vingtaine de questions ont été posées par les enquêteurs de la DIC et aucunement, il n’a été demandé à Khalifa Sall de donner les noms de ses bénéficiaires’’, a démenti formellement Serigne Bassirou Guèye en conférence de presse.

‘’Le débat ne se porte pas sur ça. On lui a juste demandé de justifier la somme de 1,800 milliard que le DAF a avouée. C’est tout ! Pourtant il est toujours en liberté. Il faut qu’une chose soit claire : je vais transmettre le dossier au Juge d’instruction pour enquête profonde’’, a-t-il ajouté.

’’Toutes les pièces et toutes les factures ont été signées par Khalifa Sall pour dire que du riz et du mil ont été produits et distribués, alors que c’est faux. Donc vous voyez, des pièces fausses et de l’argent pris du contribuable sénégalais ont été les faits marquants de l’affaire Khalifa Sall’’’, a-t-il soutenu.

Il n »’n’y aucun acharnement politique’’ dans ce dossier, a rejeté le Procureur, affirmant que la justice ‘’ne faisait’’ que répondre à l’Inspection générale d’Etat (IGE) qui demandait, dans sa recommandation, l’ouverture d’une information pour élucider la manière dont les fonds ont été gérés au niveau de la mairie de Dakar.

Serigne Bassirou Guèye a aussi déploré les calomnies et les invectives à l’encontre de la justice, avertissant qu’il ne permettra plus à personne de jeter le discrédit sur les magistrats.

’’On injure, on calomnie, on diffame (…) je ne vais plus permettre à qui que ce soit, de quelque bord qu’il puisse se situer, de continuer à invectiver les magistrats, de continuer à atteindre l’honorabilité des magistrats et de continuer à jeter le discrédit sur la justice. C’est terminé. Il faut que cela cesse !’’, a t-il martelé au cours de cette conférence de presse.

Selon lui, ‘’la justice sénégalaise nous appartient à tous et il ne sert à personne d’essayer de la discréditer’’.

Face aux journalistes, il est revenu sur l’affaire du saccage de la Maison du Parti socialiste (PS) qui vaut à Bamba Fall, maire socialiste de la Médina et à 8 autres membres dudit parti, un mandat de dépôt.

Il a rappelé avoir saisi la Division des investigations criminelle (DIC) le 5 mars 2016, sur plainte de Ousmane Tanor Dieng (SG du PS), dénonçant des violences qui auraient été commises par des éléments armés de gourdins et de machettes contre sa propre personne et d’autres membres du bureau politique du PS.

Une enquête ‘’minutieuse’’ et de ‘’qualité’’ a été menée selon lui aboutissant à l’interpellation de ‘’Abdourahmane Mbaye, Birane Kane Ndiaye, Amath Diouf et autres’’ suspects, a-t-il expliqué.

’’Que n’a-t-on pas entendu, de justice manipulée, de justice politique, de justice partiale, alors qu’il ne s’agit que d’une affaire de violence dont certains ont prétendu être les victimes ? La police en a été saisie pour élucider l’affaire’’, a précisé le procureur.

’’On a parlé d’acharnement. Or, il ne s’est agi que d’une affaire de droit commun dénoncée par un citoyen qui s’est trouvé pour l’occasion être le SG d’un parti politique’’, a dit M. Guèye qui s’interroge : ’’Où est donc le caractère politique et en quoi la justice a été manipulée ?’’.

Laisser un commentaire