Ads 1

LÉGISLATIVES 2017 : LE GRAND CHAMBOULEMENT EN CAS DE SITUATION INÉDITE: QUOI ?

0 72

La prochaine législature dont la composition sera déterminée par le scrutin du 30 juillet, a déjà et pourrait avoir tout de particulier. On peut arrondir et dire que 50 listes de coalitions de partis et de mouvements citoyens vont à la conquête de l’Assemblée Nationale pour se partager 150 députés nationaux et 15 députés de la diaspora.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Parmi les 49 listes, le jeu va se faire entre 3 listes de coalitions, à savoir : Benno Bok Yakar, Manko Takhawou Sénégal et Coalition Gagnante Wattu Sénégal, dans lesquelles on trouve respectivement l’APR, le REWMI et le PDS. La certitude est que le prochain noyau du gouvernement sera composé par l’une de ces 3 coalitions. La particularité à noter est que les leaders de ces 3 partis ont longtemps cheminé ensemble dans un même parti.

Le nombre de candidatures avec diverses forces présentes dans des localités du pays, va créer une situation qui serait telle qu’on peut prévoir un large éparpillement des voix et des députés. La conséquence la plus probable est qu’aucune coalition ne puisse se retrouver avec une majorité absolue. Ce qui serait une première et une situation inédite dans notre pays.

En dehors des 3 coalitions majeures, on peut affirmer sans se tromper que les 46 autres listes participantes à cette élection, y vont sans illusion. C’est-à-dire, elles y vont pour être présentes à l’Assemblée, mais pas avec l’ambition de pouvoir obtenir une majorité relative des députés. Mais, leur quota de députés cumulé pourrait, dans certaines conditions, jouer un rôle d’arbitre ou de faiseur de roi.

Pourquoi le PDS a cassé la coalition Manko Takhawou Sénégal originel ?

Cette coalition, dans sa dynamique de départ, pensait pouvoir obtenir la majorité absolue des députés et imposer une cohabitation à Macky Sall. Beaucoup d’observateurs le pensaient aussi. Elle en avait les moyens, mais cela n’allait pas faire la bonne affaire de tous les partis au sein de l’opposition. Si Manko Takhawou Sénégal sortaient vainqueur, le PDS n’aurait pas les coudées franches pour étaler librement ou facilement ses desseins. Donc le PDS a intérêt dans une autre situation que celle-ci.

Dans ses calculs stratégiques mûrement élaborés, le PDS a eu ce qu’il souhaitait, c’est-à-dire diriger une coalition où il serait le maître des décisions et des orientations. Le Coalition Gagnante Wattu Sénégal est née de cet esprit.
Si à l’issue des élections, aucune liste ne parvient à obtenir la majorité absolue, une des 3 coalitions majeures serait obligée de créer une alliance parlementaire pour former une majorité absolue qui permettrait de former un gouvernement de coalition. Si une telle situation se posait, tout le monde sait qu’Idrissa Seck de la coalition Manko Takhawou Sénégal n’est pas du tout disposé à faire alliance d’aucune sorte avec Benno Bok Yakar et encore moins avec l’APR. Mais, on ne peut pas dire de même pour le PDS et sa Coalition Gagnante Wattu Sénégal, car les préoccupations ne sont pas les mêmes.

S’étant débarrassé des possibles obstacles se nommant Idrissa Seck, Malick Gakou et probablement Khalifa Sall, au besoin, en cas de situation inédite où des alliances s’imposeraient pour gouverner, le PDS avec la coalition Gagnante Wattu Sénégal pourrait utiliser ses députés pour marchander avec Benno Bok Yakar. Ceci parce que le PDS a problème particulier et un besoin primordial qui pèse sur son candidat de 2019. L’amnistie de Karim Wade est un objectif à atteindre. Si à 91 ans, Abdoulaye Wade décide de revenir à la manœuvre politique, c’est parce que derrière il y a tout un agenda.

En cas de situation inédite qui offrait cette possibilité à Abdoulaye Wade et au PDS, le président Macky Sall n’aurait pas les moyens de refuser un marchandage défavorable avec le PDS ou Abdoulaye Wade. Il serait contraint de partager le gouvernement et même céder la présidence de l’Assemblée Nationale à son allié qui lui assurerait une majorité absolue, pour continuer ses « projets » du PSE.

Les calculs du PDS ne pourraient être compromis que si les 46 autres listes faisaient un cumul de leurs députés pour former une force capable d’assurer à Benno Bok Yakar une majorité absolue et accepter d’offrir des conditions plus magnanimes, au président Macky Sall.

Abdou Karim Diédhiou

Laisser un commentaire