Ads 1

LA DÉMONSTRATION DE FORCE DES PATRIOTES, UN MESSAGE ENVOYÉ DEPUIS KEUR MASSAR (Par Ansou SAMBOU)

0 245

C’est depuis Mbao lors de la conférence des jeunes patriotes de Pikine, que le leader des patriotes a annoncé le méga meeting de Keur Massar. En « hommage à la défunte patriote Mariama Sagna », a-t-il dit.
Quatre jours plus tard, c’est au tour des militants et sympathisants de partager les affiches. Comme à leurs habitudes, les patriotes savent jouer sur plusieurs fronts à la fois. Dans la même semaine, l’arrestation du patriote et grand artiste rappeur Mor Talla Gueye alias Nitdof qu’ils n’ont pas manqué de dénoncer, ne les a pas déstabilisé. Ils ont également constaté et noté la libération de Outhmane Diagne, Papitot Kara, Cheikh Oumar Diagne et du grand activiste Karim. L’annonce de l’ordonnance de renvoi en procès du dossier Adji Sarr n’a fait que renforcer leur détermination à opérer un rassemblement historique de Keur Massar.

Le meeting qui restera dans les annales de l’histoire

Le dimanche 22 janvier, jour de grève des transporteurs, les militants de PASTEF se sont arrachés pour se rendre à la mythique place du terrain Yekini. Tout un symbole, le premier meeting de Pastef à Dakar a été organisé le 06 Octobre 2018 sur les lieux par la coordination départementale de Pikine qui couvrait jadis keur massar alors commune du département de pikine.

Dans une foule en ébullition, le « chef de guerre » des patriotes débarque escorté par la gendarmerie nationale venue en renfort pour sécuriser le futur président et lui offrir un couloir de passage au milieu d’une foule noir de monde qui a fini de remplir le terrain jusqu’au blocage total de la rue qui jouxte les lieux.
Sous les acclamations, les cris et chansons de ses militants,  » Sonko mou sel mi », comme l’appellent les Sénégalais, sous la tunique apparentée à celle d’un soldat, enfilant une banderole aux couleurs et drapeau du Sénégal, traverse lentement ce une foule dense pour rejoindre la loge des membres du bureau politique de Pastef.

Devant des militants survoltés, et enthousiasmés, l’icône politique de la Jeunesse désormais devenu espoir de la nation, a lancé un message fort au régime et ses juges qu’il considère responsables de la tension qui prévaut dans le pays. Rappelant sans cesse les multiples mandats de dépôt, les arrestations arbitraires, les meurtres et assainats politiques sans issue judiciaire ni enquête.
«Nous allons nous battre contre Macky Sall ! Nous résisteront face à l’injustice !», a-t-il laissé entendre face à des militants qui entonnaient : «Ndigeul lagnouy xaar » (traduction wolof de « nous n’attendons que votre ordre pour nous exécuter »).
Le leader de rétorquer : « Rester à l’écoute nous vous dirons ce qu’il faut faire quand nous saurons ce qu’ils envisagent !»
Ousmane SONKO a lancé un message clair : nous ne suivrons pas la Justice sur son forfait. Plus question de se plier à cette justice complice et partisane !
Pour ceux qui ne savent pas lire entre les lignes : il n’y aura pas de procès !

Cinq tours d’horloge d’ambiance, de chants, de cris de liberté, de discours souverainistes sans lassitude et toujours dans une ferveur et un plaisir indescriptibles. Il fallait y être pour le comprendre. Une démonstration de force qui n’augure rien de bon pour le régime de Macky Sall décidé à briser l’espoir du peuple Sénégalais qui a déjà tourné la page Macky.

Aux côtés de plusieurs aliés de yewwi askanwi et de beaucoup de membres de la société civile, Ousmane SONKO a montré qu’il reste le politique le plus aimé, le plus adulé du pays. En seulement cinq jours, il a mobilisé des dizaines de milliers de personnes venues spontanément lui tendre l’oreille.
C’est le seul capable de le faire sans corruption. Il a fait savoir que c’est le début d’une série de rassemblements géants dans tout le territoire national. Le prochain surviendra dans quelques jours pour confirmer qu’il est le « King » de la scène politique.

Dans une ambiance de folie et une place noire de monde, les chansons s’enchaînent, les téléphones brillent de lumières dans le noir du crépuscule, des mouvements coordonnés, des slogans hostiles au régime et à la gloire de Sonko, on pouvait admirer la communion avec l’homme de Pastef comme jamais ça ne l’a été dans ce pays.

Alors même qu’au début, il était étiqueté comme étant le « des intellectuels » puis le « des jeunes », PASTEF est devenu le parti des masses populaires parce que son leader a gagné les cœurs des populations, des femmes, des seniors, des ouvriers, des commerçants, des pêcheurs, des agriculteurs… C’est cette masse qui était bonne à « acheter », à corrompre dans une logique de « marchandisation politicienne », termes utilisés dans le manifeste du parti. Aujourd’hui ce sont ces catégories sociales et professionnelles qui soutiennent Ousmane Sonko et son parti, viennent à ses méga meetings, cotisent pour financer ses tournées et ses campagnes électorales.

Cette histoire est quand-même étrange pour ceux qui ne l’a comprennent pas et ne l’ont pas vécu de l’intérieur. Pastef vient de loin: il est passé de l’anonymat à la popularité. L’adhésion des consciences puis des populations a été d’une vitesse impressionnante. Comme le disait un philosophe : «lorsque les idées pénètrent les masses, elles deviennent une force».
En effet, les patriotes ont insufflé aux populations des idées qui ont réveillé les consciences et ont restauré le patriotisme dans la nation Sénégalaise.
Ousmane sonko l’avait dit à Thiès en décembre 2018 : «Nous menons une révolution intelligente et silencieuse », allusion faite à son caractère idéologique, pédagogique et respectueuse des valeurs républicaines.
Mais aujourd’hui, elle est devenue hurlante, bruyante parce qu’elle a gagné les esprits et les cœurs. Rempante au début, cette révolution sénégalaise est devenue galopante parce qu’elle est appropriée par le peuple Sénégalais.

La révolution est en marche, et ce n’est ni un Juge, ni un président en fin de règne qui va l’arrêter !

Ansou SAMBOU, membre de PASTEF et écrivain auteur de l’ouvrage : L’alternance politique au Sénégal, récit d’une rupture

Laisser un commentaire