Ads 1

LA CATASTROPHE PETROSEN TRADING SERVICES (PTS) (Par Cheikh Moustapha DIENG)

0 428

Cette filiale créée en 2020 sur les flancs de la société nationale Petrosen et dirigée par Manar Sall souffre d’une gestion dont l’opacité défie toute logique de gouvernance d’une entreprise sérieuse et rigoureuse.

La gestion calamiteuse des ressources humaines avec des recrutements de complaisance basés sur le copinage, la parenté et les accointances avec la ‘’défunte’’ dynastie Faye-Sall constitue un sérieux problème. La masse salariale du fait d’un système de rémunération peu orthodoxe a explosé et dépasse désormais 1,2 milliard par an avec des profils douteux grassement payés sans une réelle productivité.

Les achats de l’entreprise chiffrés à des centaines de milliards constituent une grande nébuleuse avec une cellule de passation des marchés confiée au frère de l’épouse du DG et qui s’occupe des importations d’hydrocarbures ainsi que des autres grandes transactions.

Dernièrement, un simulacre d’appel d’offres d’un montant de 5 milliards pour l’acquisition de 250.000 bouteilles de gaz indigne plusieurs agents de la boite car cela pue à mille lieues la surfacturation.

Lors de l’exercice 2022, la société a obtenu un résultat net aux alentours de 100 millions après avoir réalisé un chiffre d’affaires de 500 milliards. Ce qui pose un sérieux problème de gestion car les montants alloués à la RSE de même que le sponsoring et les soutiens au profit de copains et de coquins font vingt fois plus que le bénéfice engrangé par la boite. Même une entreprise familiale ne se serait laissée aller à tant de largesses. La légèreté dans la gestion financière a même conduit à un redressement fiscal sévèrement réprimé.

Depuis quelques temps, Manar Sall s’est lancé dans une course à la création de nouvelles filiales pour positionner PTS dans de nouveaux créneaux en promouvant des agents déjà salariés dans la boite et bénéficiant ainsi d’augmentations conséquentes en se tournant les pouces pour la bonne et simple raison que les structures ne sont pas encore opérationnelles.

Les dépenses de fonctionnement de la société n’obéissent à aucune cohérence économique et la gabegie est érigée quasiment en règle de gestion. D’ailleurs, M. Sall est parti à la Mecque en Oumra durant ce mois de Ramadan avec son épouse grâce à un package VIP aux frais de PTS. Il ne se prive de rien et ne fait preuve d’aucune sobriété. En bon dandy et grand viveur, il roule en Maserati dernier cri et a déménagé dans son appartement coûtant plusieurs centaines de millions sur le Boulevard de la République.

En attendant de profiter de la manne pétrolière et gazière, PTS constitue déjà un gouffre à milliards qui doit être fouillé de fond en comble car c’est une société appelée à jouer un grand rôle dans ce pays. Elle est loin d’en prendre le chemin et il urge de stopper l’hémorragie.

Cheikh Moustapha DIENG
cmd2020@outlook.com
Sentinelle de la Bonne Gouvernance
Dakar le 08/04/2024

Laisser un commentaire