Ads 1

INSÉCURITÉ ET VIOLENCE BANALISÉES : LA PEUR A-T-ELLE CHANGÉ DE CAMP ?

0 196

Au lendemain de l’attaque au cocktail molotov contre un minibus à Yarakh ce mardi ayant entrainée la mort de deux personnes et 6 blessés dont deux grièvement, Thiès s’est réveillé dans la stupeur. Des jeunes encagoulés, armés de cocktail molotov y ont incendié trois minibus tâta hier à moins de 100 mètres du commissariat de police du quartier Médina Fall.

La peur gagne les passagers qui empruntent ces moyens de transports interurbains mais, ces actes criminels suscitent beaucoup d’interrogations.

Après l’attaque perpétrée à Dakar, le Parquet a invité tout témoin disposant d’informations à se rapprocher de ses services afin de contribuer à l’identification des auteurs.
Déjà les premiers éléments de l’enquête suggèrent un attentat terroriste et les investigations se poursuivent pour traquer les auteurs de ces actes de terrorisme.
L’inquiétude est générale et la situation a vraiment changé au Sénégal ces deux dernières années. Les sénégalais n’ont jamais connu ni vécu une telle insécurité et une telle violence. Chaque jour, chaque nuit, les Fds et les citoyens entament leur travail, la peur au ventre. Face à des caïds de tous gabarits qui continuent de dicter leur loi comme si nos forces de l’ordre ne faisaient plus le poids. Du moins, c’est le constact fait sur ces zones où ils opèrent depuis deux années, à travers des attaques et pillages de biens privés et publics, de minutieux guet-apens les ont finalement soustrait aux lois de la République.

Notre pays, serait-il en train de franchir le rubicon? Tout laisse le croire. Si l’on peut aller jusqu’à vouloir donner volontairement la mort à ses semblables en cherchant à les brûler vifs avec préméditation, cela devient inquiétant.

Et aujourd’hui ces zones où sévissent ces malfaiteurs s’étendent un peu partout au Sénégal. Ce que l’on voit et entend à longueur de journée livre une vérité qui fait froid dans le dos.

Quatre explosions de bus tâta en moins de 24 heures entre Dakar et Thiès perpétrées par des jeunes encagoulés à bord de motos jakarka qui prennent la fuite. Juste pour mesurer l’urgence de la gravité de l’insécurité qui gagne du terrain.
Les Fds doivent sévir sans attendre et sans pitié pour que la peur change de camp. Parce que trop c’est trop.

La mort et la violence sont devenues banales dans ce pays, pour un rien, on peut ôter la vie à d’honnêtes citoyens et les coupables continuent de vaquer à leurs occupations.
Ces délinquants doivent être traqués où qu’ils peuvent se trouver et traduits devant les juridictions compétentes.

Le Sénégal n’avait jamais connu ces actes barbaries, le temps est venu pour tous de revenir à la raison. On ne met plus au devant la politique sociale, on ne remet pas en cause ce que font nos gouvernants, à la place on tient un discours violent et de haine alors que ce n’est pas ce qui est attendu d’un leader politique.

Aly SALEH

Laisser un commentaire