Ads 1

FRANCE : HARCELEE SUR LES RESEAUX SOCIAUX, UNE ADOLESCENTE SE SUICIDE

0 72

Une adolescente s’est défenestrée mardi à Stains (Seine-Saint-Denis), victime de harcèlement sur les réseaux sociaux après la diffusion d’une vidéo provocante. Une enquête a été confiée à la Sûreté territoriale du département.
Elle n’avait que 14 ans. Cette adolescente a mis fin à ses jours mardi vers 21h30 en se jetant par la fenêtre de l’appartement de sa grand-mère situé à Stains (Seine-Saint-Denis). Une information confirmée par une source policière et les pompiers du département au «Parisien». Son décès a été constaté à 22h00.
Ce suicide serait dû à son apparition dans une vidéo intime avec son petit ami, qui faisait le tour de son quartier.

La jeune fille a «sauté par la fenêtre de l’appartement de sa grand-mère situé au 4e étage» d’un immeuble d’une cité de cette commune de la banlieue parisienne, précise la source policière. «Selon les premiers témoignages, l’un des frères de la victime et sa compagne se trouvaient avec la jeune fille. Le couple qui se trouvait dans la cuisine a été alerté par un cri provenant de l’extérieur, suivi d’un bruit sourd», a précisé le parquet de Bobigny dans un communiqué ce jeudi soir.

«Se rendant dans le séjour, les deux personnes présentes dans l’appartement ont remarqué que la fenêtre surplombant le canapé était ouverte, puis ont constaté la présence de la jeune femme blessée sur la voie publique. Les constatations effectuées par les services de police dans l’appartement n’ont révélé aucune trace de lutte et les témoignages recueillis immédiatement après n’ont fait état ni de dispute ni de cris dans l’appartement», précise le communiqué.

L’autopsie réalisée ce jeudi n’a pas révélé d’autre cause de la mort de la jeune fille que celle liée à sa chute.

L’adolescente aurait eu des problèmes car elle s’était exhibée devant une caméra ou avait été filmée à son insu dans une position provocante. La vidéo, postée sur les réseaux sociaux, avait été vue par de très nombreuses personnes de son quartier et de son entourage. La jeune fille aurait été «victime de pressions ou chantages devenus insupportables» depuis la diffusion de la vidéo, selon un source proche de l’enquête qui met en garde les adolescents «qui ne sentent pas les dangers des réseaux sociaux». «A ce stade de l’enquête, on ne peut ni infirmer ni confirmer la caractérisation de harcèlement» a toutefois précisé une source policière contactée par le Parisien.

Une vague de haine sur les réseaux sociaux

Une véritable vague de haine et de violence a déferlé sur les réseaux sociaux avec de nombreux commentaires insultants après le décès de l’adolescente.

Une autre vidéo a aussi été diffusée sur Twitter. Filmée de nuit depuis la fenêtre d’un immeuble de la cité, elle aurait été tournée juste après la défenestration de l’adolescente. On entend une femme terrifiée pousser des cris, et d’autres personnes hurler : «Que quelqu’un appelle les secours !»

Une enquête, toujours diligentée en cas de mort violente, a été confiée à la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis. Mercredi, les services de police ont été informés par l’intermédiaire de la plate-forme PHAROS (signalement de contenus illicites ou violents sur internet) que de nombreux messages s’exprimant sur le décès de la jeune fille, ainsi que des photographies portant atteinte à sa vie privée circulaient sur internet notamment via Facebook. Sur Facebook où a aussi été créée, par ses proches, une page pour rendre hommage à la jeune A.

Laisser un commentaire