Ads 1

COVID19 SÉNÉGAL : LE COUVRE-FEU A RÉDUIT LES CONTAMINATIONS DE 0,46% ET LES CAS COMMUNAUTAIRES DE 0,50%, SELON L’EXPERT EN SANTÉ PUBLIQUE CHEIKH DOUDOU MBAYE

0 16 410

C’est en partant des nombres de nouvelles contaminations et de décès en une semaine de couvre-feu comparativement à celle d’avant l’entrée en vigueur de la mesure, que l’expert en santé publique est arrivé a cette déduction.

A en croire Cheikh Doudou MBAYE, le couvre feu a positivement impacté sur la hausse des contaminations et des cas de décès notés jusque là. Il révèle ainsi, que la mesure semble avoir contribué à réduire la progression de la maladie de 0,46% et les décès de 0,50%.

Tout de même, Cheikh Doudou MBAYE note que le couvre feu ne peut-être qu’un complément et non la panacée.

Voici son analyse

Pour tirer des conclusions sur l’impact et les effets du couvre-feu, il faudrait faire des tests statistiques qui permettent de vérifier que la différence est significative. Nous ne l’avons pas à ce jour.

Mais de façon empirique, nous constatons que Si nous prenons la semaine de la proclamation du couvre-feu sanitaire comme période de référence, nous avons une progression de tous nos indicateurs.

Le nombre infectés de la semaine du 4 au 11 Janvier (1548) a été multiplié par 1,15 ( 1783), les cas communautaires par 1, 13 passant de 987 à 1117 et nos morts dus au Covid-19 sont en augmentation de 1,21 passant de 41 à 50 pertes en vie.

Ces chiffres comparés maintenant à la semaine du 28 décembre 2020 au 03 janvier 2021 auraient été multipliés quant aux nombre d’infectés par 1,61 et au cas communautaires par 1,63. Une semaine alerte qui a poussé à l’adoption de l’état d’urgence sanitaire.

Certes les chiffres grimpent et c’est tributaire du nombre de tests réalisés mais en limite deux semaines, le couvre-feu aurait ralenti la vitesse de l’infection.

On peut affirmer ici que cette mesure aurait une incidence sur la contamination mais elle reste une mesure complémentaire mais pas suffisante à elle toute seule.

Le couvre-feu doit être additionné à de bonnes stratégies pour mieux sentir ses effets. Oui la prise en charge communautaire doit être évaluée pour savoir ce qui n’a visiblement pas bien marché.

Si nous fermons les lieux de cultes, révisons les mesures à l’école par un système de double flux par exemple, élargissons le couvre-feu à l’étendu du territoire national et le prolongeons encore pour 1 mois, nos chiffres pourraient connaître une tendance baissière.

Pour cela il faudrait que tous les acteurs jouent le jeu mais le couvre-feu à lui seul n’est pas efficace.

Bon repos dominical

Cheikh Doudou MBAYE

Laisser un commentaire