Ads 1

BARÇA-REAL MADRID (1-2), ZIDANE ET LE REAL CREENT L’EXPLOIT

0 54

C’est un Clasico particulièrement chargé en émotion qui a vu s’opposer le FC Barcelone et le Real Madrid au Camp Nou ce soir.
Le leader du championnat accueillait le troisième au classement dans une ambiance feutrée en raison de la disparition d’une légende du football, Johan Cruyff, la semaine passée.

L’ancien joueur puis entraîneur du Barça est à l’origine de la domination catalane en championnat et en coupes européennes, ayant développé le style de jeu du tiki-taka propre à Iniesta et consorts sur la base du football total qu’il jouait dans les années 1970. L’hommage grandiose rendu par le public du Camp Nou montrait avant le coup d’envoi la gratitude des Blaugranas pour un homme qui a révolutionné leur manière de penser le jeu.

Une fois le coup d’envoi donné, le Barça tâchait d’implémenter une nouvelle fois les préceptes cruyffiens de conservation du ballon, faisant tourner avant de faire mouche.
Sur le banc du Real Madrid, une autre légende vivait son premier clasico en tant qu’entraîneur. Zinédine Zidane entrait sur la pelouse après quatre victoires consécutives de ses joueurs, sa plus longue série depuis qu’il a succédé à Rafael Benitez il y a quelques mois.

La défaite 4 à 0 au Bernabeu lors du match aller de cette confrontation avait décidé du sort de l’entraîneur désormais à Newcastle. Zidane tirait les leçons de cet échec et titularisait Casemiro dans l’entre-jeu pour densifier le milieu de terrain madrilène.

Les débats étaient plutôt à l’avantage du Barça dans les premières minutes, ponctués d’une énorme occasion pour Luis Suarez qui ne convertissait pas une offrande de Neymar pour marquer dans le but vide après dix minutes.
Le Real restait vigilant et avait l’occasion de contrer, même si Karim Benzema peinait à se mettre dans le sens du jeu. A la 14ème minute les spectateurs se levaient comme un seul homme non pas pour saluer le spectacle sur le terrain mais la mémoire de leur gourou néerlandais. Les minutes passaient mais aucune équipe ne parvenait à prendre l’avantage. Le déplacement en Amérique du Sud de Messi, Suarez et Mascherano pesait dans les jambes catalanes tandis que l’imprécision de l’attaque madrilène empêchait le score de se débloquer.

A la 40ème minute le Barça se procurait une nouvelle occasion sur un ballon de Neymar au second poteau que Dani Alves ne pouvait rabattre à bout portant. Les deux équipes rentraient au vestiaire sur un score nul et vierge.
Le Barça montrait davantage d’intention à l’entame du deuxième acte. Messi prenait davantage d’initiatives et était à l’origine d’un corner juste avant l’heure de jeu après une bonne parade de Keylor Navas.

Piqué montait aux avants-postes et battait Pepe au premier poteau pour ouvrir la marque de la tête. Un but chargé d’émotion. Le Real Madrid ne tardait pas à réagir. Discret jusque-là, Benzema s’envolait quelques minutes plus tard pour égaliser d’une reprise acrobatique après un centre dévié de Toni Kroos.

Peu après l’heure de jeu, les débats étaient complètement indécis.

L’habituelle domination barcelonaise ne semblait pas se reproduire grâce à la densité physique du Real Madrid dans l’axe. Sergio Ramos, averti en première période, bénéficiait de l’indulgence de l’arbitre sur plusieurs actions tendancieuses.
A l’approche de la fin du match, Arda Turan entrait en jeu à la place d’Ivan Rakitic pour densifier le milieu de terrain blaugrana. Jesé remplaçait lui Benzema côté Merengue.

A la 82ème minute Cristiano Ronaldo trouvait Gareth Bale avec un superbe centre au deuxième poteau. Le Gallois catapultait le ballon dans les filets mais l’arbitre décidait de sanctionner une faute sur Bravo. Les ralentis montraient que sa décision était sévère.

Dans la foulée, Sergio Ramos était exclu pour une énième faute et laissait ses coéquipiers à dix pour les dernières minutes. Dans la foulée, Cristiano Ronaldo doublait pourtant la mise sur un bon travail de Gareth Bale. Au moment où on pensait que le Real craquerait, la star portugaise sortait de sa boîte.

Le Barça tentait de réagir mais le déplacement en Amérique du Sud la semaine passée semblait peser dans les jambes de Messi et Suarez. En manque d’idées sur le front de l’attaque, les Blaugranas laissaient à Zinédine Zidane le soin de célébrer une cinquième victoire de rang.

Goal.com

Laisser un commentaire