Ads 1

AÉRODROME DE KAHONE (KAOLACK): LES IMPACTÉS RÉCLAMENT TOUJOURS LEURS INDEMNISATIONS

0 98

Le collectif des victimes d’injustice de Kahone 1 Extension qui avaient perdu leurs maisons suite à l’élargissement de l’aérodrome de Kanda, ont face à la presse, ce dimanche 19 mai, pour réclamer leur terrain et l’argent des dédommagements alloué par l’ancien chef de l’Etat Macky Sall.

Le Président du collectif Boubacar Bocoum est revenu largement sur la genèse de ce qu’il appelle un véritable drame social: »Nous avions des maisons dûment achetées avec des papiers authentiques décernés par la municipalité de Kahone (dép. Kaolack). En 2020, pour les besoins de l’élargissement de l’aérodrome Kanda, on nous a signifié que nos habitations devaient être démolies car elles avaient empieté les terres de l’infrastructure. » Et Boucoum d’en rajouter une couche: « C’est après la démolition de nos maisons que nous avons mis sur pied ce collectif pour obtenir des dédommagements de la part de l’Etat du Sénégal et cela a abouti, après le passage du Président Macky Sall qui était en route vers le « Daaka » de Médina Gounass. Ainsi, séance tenante, il avait instruit aux services compétents de nous donner des terrains et des appuis financiers pour nous permettre de construire « , a-t-il fait savoir.

Disons qu’à ce stade de l’évolution de ce dossier, quelques vingt trois (23) personnes qui font partie des impactés n’ont pas reçu leurs dédommagements, encore moins, leurs terrains. Sur les 135 personnes qui ont bénéficié de titres fonciers depuis le 6 octobre 2021, personne n’a vu l’ombre d’un terrain. Une situation qui pousse ces victimes à demander des explication aux autorités compétentes »

Faisant partie des victimes de la démolition, la mère de famille Adjaratou Fary Mboup a raconté le calavaire qu’elle a vécu depuis des années. « Je suis veuve avec des enfants, je suis toujours en location. Alors que c’est depuis 1992 que j’ai posé mes baluchons en Gambie, toutes mes économies acquises durement à la sueur de mon front ont été investies dans la construction de cette maison. Un beau jour, les autorités l’ont démolie et nous sommes sans abri », regrette une membre de cette famille. Et elle poursuit: »Depuis 2020, je souffre au plus profond de ma chair sans assistance ni explication de la part des responsables de cette tragédie. J’appelle au sens des responsabilités du nouveau président Bassirou Diomaye Diakhar Faye et de son premier ministre Ousmane Sonko pour qu’ils nous aident à retrouver notre dû. Nous sommes fatigués car nous n’avons reçu ni terrains, ni argent », a-t-elle déploré.

Laisser un commentaire