Ads 1

ABDOUL MBAYE PREND «ACT» ET DRESSE LE BILAN DES MAUX DONT SOUFFRE LE SENEGAL

0 62

Nos hommes politiques ont le sang chaud par ces temps qui courent. Après Modou Diagne Fada le weekend dernier, c’est au tour de l’ancien Premier Ministre Abdoul Mbaye d’annoncer ce samedi la création de son parti. Le nouveau venu dans l’arène politique s’appelle ACT (Alliance pour la Citoyenneté et le Travail).

Dans son manifeste, il a circonscrit le mal sénégalais en 10 points essentiels :

1/ Une société sénégalaise de plus en plus malmenée des antivaleurs et des comportements destructeurs : malmenée notamment par l’insécurité et le reniement de la parole donné, l’absence de dignité le développement de l’irrespect, la dilapidation des deniers publics par des politiciens-affairistes, la généralisation de la corruption, la course vers l’argent facile et souvent illicite, le déclassement de la valeur-travail.

2/ Une démocratie abimée : abimée par le viol permanent des principes de la démocratie, la partialité de l’Etat, notamment celle des médias d’Etats, l’utilisation des biens ou moyens publics à des fins vulgairement partisanes, la fraude, la corruption de l’électeur, l’achat des opposants faibles et l’intimidation des opposants jugés récalcitrants, la soumission au Pouvoir Exécutif des autres pouvoirs institutionnels. Une démocratie affaiblie par une Assemblée Nationale obligée de se départir de son pouvoir de contrôle et de proposition que le Peuple et la Constitution lui donnent, et se mettant aux ordres d’un Exécutif obstiné à réduire au silence une opposition en forte infériorité numérique même si parfois courageuse.

3/ Une république blessée : blessée par le mépris des lois par les professionnels de la politique, la politisation à outrance de l’administration sénégalaise et de la diplomatie, la différence notoire de traitement selon que l’on soit puissant ou faible. Ces pratiques blessent la République; elles peuvent la faire tomber.

4/ Une jeunesse sénégalaise désespérée : une jeunesse qui se retrouve en grande partie, soit rejetée par l’école, soit boudée par le monde du travail. Une jeunesse sénégalaise devenue une proie facile pour toutes les tentations y compris les plus suicidaires, notamment la prise d’assaut des mers pour fuir vers le mirage européen.

5/Des pères et mères de famille tenaillés par l’angoisse du quotidien : La peur, dans les villes comme dans les campagnes, de ne pas être en mesure d’assurer le minimum vital que l’on doit à sa famille pour pouvoir garder la tête haute. La précarité et l’extrême pauvreté sont tristement partout. Dans ces conditions, il reste aux pères et mères de famille peu d’énergie et de temps pour l’éducation des enfants.

6/ Une école paralysée : L’école sénégalaise et particulièrement les écoles publiques sont dans un état de délabrement, de dénuement et de paralysie, quel que soit le niveau d’enseignement, avec les grèves récurrentes de tous, enseignants, étudiants et personnel administratif et technique de service, occasionnées, il est vrai souvent, par des promesses et engagements non tenus des autorités et parfois impossibles à tenir.

7/ Un système de santé peu performant : Le système de santé sénégalais est plongé dans le dénuement, l’accessibilité insuffisante, l’indigence et les difficultés récurrentes de gouvernance hospitalière. Les Sénégalais ne sont pas correctement soignés.

8/ Une politique d’hygiène et de propreté invisibles : Les problèmes d’hygiène et de propreté, sœurs jumelles de la santé, restent une des multiples plaies des villes sénégalaises et notamment de la principales d’entre elles, Dakar.

9/ Un monde rural dans la détresse : Les agriculteurs sénégalais vivent, pour beaucoup, dans un état de grande pauvreté et n’arrivent pas à assurer leur propre sécurité alimentaire, et à fortiori celle du pays. Le Sénégal ne se nourrit.

10/ Une entreprise sénégalaise oubliée des politique publiques : L’entreprise sénégalaise que tout prédestinait à jouer les premiers rôles dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, fait preuve de manque d’esprit de conquête et stagne sur son propre marché national, faute de claires et efficaces politiques publiques de soutien aux entreprises, et particulièrement à celles qui vont à la conquête des marchés extérieurs.
Plus spécifiquement, l’industrie sénégalaise, hier une des plus performantes en Afrique de l’Ouest, semble être entrée aujourd’hui dans un état de somnolence critique, au moment où tous les pays voisins mettent en place des politiques propres à dynamiser leurs secteurs industriels.

Voilà donc, selon Abdoul Mbaye et ses camarades, les maux dont souffre le Sénégal et auxquels ils comptent s’attaquer pour faire de ce pays une terre de prospérité pour tous, d’égalité de tous et de solidarité entre tous.

Irama SANE

Laisser un commentaire