Ads 1

3éme ÉDITION DU FORUM ‘’INVESTIR EN AFRIQUE’’ : L’INNOVATION PAR LE CHANGEMENT DE PARADIGMES, UNE OPTION IRRÉVERSIBLE POUR L’AFRIQUE

0 69

3éme EDITION DU FORUM INVESTIR EN AFRIQUELe Président de la République a présidé la cérémonie d’ouverture du 3e Forum ‘’Investir en Afrique’’, qui s’est ouvert à Dakar ce 25 et qui se tiendra jusqu’au 27 septembre 2017 au Centre International de Conférences Abdou Diouf (CICAD), Diamniadio, Sénégal. Sur le thème: « Les progrès en Afrique par l’innovation », le forum qui réunit les entreprises chinoises et africaines désireuses de nouer de nouveaux partenariats a pour objectif d’identifier et d’encourager les nouveaux investissements privés dans l’innovation et les nouvelles technologies, deux secteurs clés pour une croissance accélérée et inclusive en Afrique.

 Plateforme mondiale mise en place pour faciliter la coopération multilatérale et favoriser le développement des investissements chinois sur le continent, le forum ‘’Investir en Afrique’’ est organisé conjointement par le gouvernement du Sénégal, le ministère des Finances de la République populaire de Chine, la Banque chinoise de développement et le Groupe de la Banque mondiale. Plus de 400 participants dont de nombreuses entreprises chinoises et africaines ont pris part à ce conclave de trois jours dont les discussions vont essentiellement porter sur des thèmes comme l’énergie, l’agriculture et l’agrobusiness, les technologies de l’information et de la communication (TIC), l’éducation, les finances et la gouvernance et viabilité financière.

L’ouverture officielle a également été une occasion de marquer le lancement officiel de l’Alliance des groupes de réflexion sur l’investissement en Afrique (IATTA), une plateforme visant à mutualiser les ressources et les efforts de production intellectuelle des centres de recherche œuvrant pour le continent. Après Addis-Abeba (Éthiopie) et Guangzhou (Chine), Dakar prend le relais offrant au président de la République du Sénégal de s’exprimer sur les enjeux d’une telle rencontre.

Ainsi, le président Macky Sall a affiché son optimisme, ‘’pour une Afrique économiquement au point dans des délais relativement moyens’’, une performance qui peut être réalisée par la puissance de l’investissement et du partenariat.

D’ailleurs, souligne le chef de l’Etat, « l’Afrique ne doit pas être considérée comme le continent du futur. Elle doit être considérée comme partie prenante d’un présent qui dessine les lignes du futur. Car, tout compte fait, le temps de l’Afrique, ce n’est pas demain, mais maintenant. Mais, les objectifs pourraient être atteints dans un court délai à travers la recherche de partenariats mutuellement bénéfiques qui protègent l’investisseur dans ses droits et les intérêts des pays d’accueil ».

Macky Sall a aussi invité les bailleurs de fonds et les investisseurs à aider à la construction de chemins de fer pour développer le commerce intra-africain.

 » Je sais que souvent les gens n’aiment pas parler de chemins de fer. Il faut construire l’interconnexion des pays africain, sinon on ne va pas développer le commerce intra-africain. Il nous faut construire le chemein de fer africain », a-t-il dit.

Quant à M. Yongsheng Wang, Vice- Président Directeur Général de la Banque chinoise de développement, il a fait savoir que l’institution qu’il dirige a fourni 60 millions de dollars pour financer des projets dans 43 pays africains, notamment dans l’agriculture. Et dans le même ordre d’idée, Daniel Kablan Duncan, vice-président de la Côte d’Ivoire a relevé, de son côté, l’importance de la coopération sino-africaine. «Les échanges commerciaux entre l’Afrique et la Chine se sont intensifiés ces dernières années pour atteindre 300 milliards de dollars en 2015», a noté M. Kablan, tout en relevant les nombreux atouts dont dispose l’Afrique pour son développement. «L’Afrique c’est 30% des ressources naturelles mondiales, 60% des terres arables à travers le monde et des ressources humaines importantes qui ne demandent qu’à être encadrées», a-t-il énuméré avec la forte conviction que ‘’le développement du continent noir passera inéluctablement par l’agriculture’’. Un panel de haut niveau sur l’accélération du développement de l’Afrique a mis fin aux activités de la première journée.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire