Ads 1

SAUL FRAZER : »LA SENEGAMBIE DEVAIT DÉCOLLER DEPUIS LONGTEMPS. NOUS AVONS BEAUCOUP D’OPPORTUNITÉS MAL EXPLOITÉES »

0 145

Le premier Forum économique commercial et d’investissement sénégalo-gambien s’est déroulé du 26 au 27 octobre courant à Dakar. L’objectif de cet événement de deux jours vise à explorer ensemble les opportunités de partenariat économique, d’investissement et de promotion du commerce entre les deux pays frères.

En marge de cette importante rencontre, l’homme d’affaires Sénégambien Saul FRAZER a bien voulu nous accorder cet entretien exclusif au cours duquel, il est largement revenu sur les difficultés et les opportunités du secteur de l’immobilier dans lequel il s’active depuis plus de 17 ans.

Entretien…

Qui est Saul FRAZER ?

Je suis un Sénégalo-Gambien et je m’active dans l’immobilier depuis 17 ans. J’ai démarré dans le milieu en Gambie avec Séné India et l’entreprise Itosh. Et c’est après  07 ans de collaboration qu’on est venu s’installer au Sénégal plus particulièrement à Ngor virage.

Une nouvelle aventure avec la construction à Rufisque d’un projet dénommée « Keur souf » de 20 appartements privés. Ensuite d’autres réalisations de projets à Ngor virage et le lancement de la nouvelle ville de Diamniadio dans le cadre du Plan Sénégal Émergent.

Notre quête d’expériences s’est poursuivie jusqu’au Ghana et quelques pays de la sous région avec le partenariat du même groupe anglo-saxon.

C’est après tous ces projets exécutés et expériences acquises que j’avais décidé depuis 07 ans de créer ma propre entreprise pour participer au développement de l’émergence et le développement de nos deux pays la Sénégambie.

C’est ainsi qu’on a excecuté beaucoup de projets en Gambie et construit plus de 182 appartements à Kotu, et le projet immobilier le plus important qui est en cours, il s’agit de la construction de l’immeuble le plus haut (11 étages) de la Gambie à Bating hirding high way.

Comment voyez-vous l’avenir de l’immobilier dans la sous-région ouest-africaine ?

Franchement, j’ai fréquenté le monde de l’immobilier tout jeune et acquis beaucoup d’expériences entre temps, mais actuellement, j’ose reconnaître que les produits de matières premières des bâtiments sont devenus chers et excessifs par rapport à 15 ans avant. De ce fait, construire et promouvoir des bâtiments modernes qui peuvent accompagner l’émergence de nos deux pays, devient un vrai dilemme. Et la cherté de ces matières premières à mon avis est indépendante de la volonté de nos autorités étatiques, car nous devrions dorénavant compter sur nous mêmes pour enfin décoller vers l’émergence tant souhaitée par nos deux chefs d’États. Et si on compte sur le marché international, avec la flambée des devises (du dollar et de l’Euro), nous ne pourrons que s’adapter au cours normal des fluctuations qu’on nous impose.

Quelle est donc la solution, selon vous, pour faire face à cette situation que vous venez de décrire ?

À mon avis, il faut créer nos propres industries de fabrication de matières premières à l’image de la Chine et des autres nations émergentes.

Qu’elles sont les perspectives dans le secteur de l’immobilier pour les années à venir ?

Je pense que la Sénégambie devrait décoller depuis longtemps et je pense que la solution c’est de supprimer ces tracasseries au niveau de nos frontières naturelles et privilégier la circulation des personnes et des biens dans le vrai sens des mots. On a beaucoup d’opportunités que d’autres n’ont pas, mais mal exploitées. Par exemple sur le plan industriel, on peut créer les conditions d’existence d’usines mixtes où on peut trouver les matières premières de constructions et de finitions de nos grands projets immobiliers. Cela nous évite des dépenses énormes en allant les chercher en Chine ou dans d’autres pays soi-disant emmergents du monde.
On a la même culture, les mêmes traditions, et la langue commune qui est le wolof, il ne reste que la volonté politique de nos autorités.

Enfin je remercie le bon Dieu tout puissant, de m’avoir donné la chance de participer de près ou de loin à la réalisation et l’exécution des projets de plus de 5000 logements en Afrique et j’encourage nos deux états, après l’autosuffisance en denrées de premières nécessités pour nos populations respectives, de se tourner vers le développement tout en offrant à ces derniers un toit descend, c’est là où nous parlerons et atteindrons l’émergence.

Entretien réalisé par Pape NGOM

Laisser un commentaire