Ads 1

🔮VIDÉO–SITUATION DES ÉCOLES PRIVÉES DE SANTÉ : LE COSEPS INVITE LE MINISTRE À PRENDRE SES RESPONSABILITÉS ET ÉVITER TOUT ANÉANTISSEMENT DU SYSTÈME SANITAIRE DU PAYS

0 744

Le Collectif SĂ©nĂ©galais des Chefs Etablissements PrivĂ©s de Formation en SantĂ© (COSEPS) est trĂšs remontĂ© contre la derniĂšre sortie de Madame le Ministre de la SantĂ© et l’Action Sociale Ă  l’AssemblĂ©e Nationale sur la situation des Ă©coles privĂ©es de santĂ© et les rĂ©sultats catastrophiques de l’examen national de certification des Infirmiers et Sage Femmes d’Etat.

Face Ă  la presse ce vendredi 8 dĂ©cembre, le collectif relĂšve que « depuis plus d’un an, quelques responsables d’Ă©coles, sous le prĂ©texte qu’elles sont rattachĂ©es Ă  une habilitation institutionnelle de l’ANAQ SUP, passent tout leur temps Ă  discrĂ©diter les autres Ă©coles de formation en SantĂ© et Ă  semer le doute dans l’esprit des parents. Ces Ă©coles affirment mĂȘme que l’examen de certification nationale organisĂ© par le MinistĂšre de la SantĂ© et de l’Action Sociale (MSAS) est illĂ©gal, prĂ©tendant dĂ©livrer des Licences en Sciences InfirmiĂšres sans filtre ni contrĂŽle, ce qui est trĂšs dangereux pour le systĂšme de la Santé ».

« Nous tenons Ă  porter Ă  la connaissance des Ă©tudiants, des parents, des autoritĂ©s, de l’opinion publique nationale et internationale les informations suivantes:

Toutes les Ă©coles qui prĂ©sentent des candidats aux diplĂŽmes d’État sont lĂ©gales et reconnues par le MSAS.

Plusieurs Ă©coles de formation en SantĂ© sont en procĂ©dure administrative auprĂšs de l’ANAQ SUP; elles attendent simplement la visite des experts Ă©valuateurs, donc ces Ă©tablissements n’ont rien d’illĂ©gal.

Le seul diplĂŽme lĂ©gal reconnu au SĂ©nĂ©gal est celui d’Infirmier d’État, de Sage- Femme d’État et d’Assistant Infirmier d’Etat.

L’examen de certification nationale organisĂ© par le MinistĂšre de la SantĂ© et de l’Action Sociale MSAS est lĂ©gal, conformĂ©ment Ă  l’article 21 du dĂ©cret 2018-850 du 30 Mai 2018.

L’habilitation institutionnelle et l’accrĂ©ditation des programmes ne doivent pas ĂȘtre une source d’anarchie pĂ©dagogique, permettant Ă  chaque Ă©cole de dĂ©livrer des diplĂŽmes », a insistĂ© le collectif, trĂšs amer contre les autoritĂ©s sanitaires du SĂ©nĂ©gal.

Retrouvez sur la vidĂ©o ci-dessous l’intĂ©gralitĂ© de la confĂ©rence de presse tenue ce vendredi matin.

Laisser un commentaire