Ads 1

THIERNO ALASSANE SALL ÉTALE SA DENSITÉ INTELLECTUELLE SUR LA CHAÎNE MALIENNE AFRICABLE

0 158

Invité de l’émission Questions à Débattre sur la chaîne AFRICABLE TV, ce dimanche, le Député et Président de la RÉPUBLIQUE DES VALEURS/ Réewum NGOR, Thierno Alassane Sall a d’une part, fait le tour de l’actualité avec la finesse qui le caractérise.

D’autre part, dans le cadre de sa candidature à la prochaine élection présidentielle, il a décliné la vision qu’il souhaite mettre en œuvre au Sénégal pour les 5 années à venir, si ses compatriotes lui faisaient confiance au soir du 25 février 2024.

Dès l’entame de l’entretien, Thierno Alassane Sall a répondu aux questions de la journaliste Mame Fatou Faty, relatives à son départ du gouvernement d’alors en 2017, notamment les raisons qui l’ont poussé à rompre son compagnonnage avec le Président Macky Sall et l’APR où il était par ailleurs le coordonnateur des cadres et l‘un des rédacteurs du programme présidentiel de 2012.

TAS explique que le point de non-retour était évidemment son refus de signer le contrat avec Total pour l’exploitation d’un partie du bassin sédimentaire sénégalais à des conditions qui allaient à l’encontre des intérêts supérieurs de la nation sénégalaise. Malgré les énormes pressions venues du 1er ministre Boun Abdallah Dionne et de beaucoup d’autres négociateurs, il dit être resté ferme sur sa position par principes et pour les intérêts de sa nation.

Il a également évoqué beaucoup de sujets de discorde avec le Président de la République, qu’il est plus ou moins parvenu à gérer, au prix de rudes batailles internes au sein du gouvernement, sur des dossiers importants du pays, sur la question du 2ème tronçon de l’autoroute à péage (Diamniadio-AIDB) notamment.

Dans la 2ème partie de cet entretien, Thierno Alassane Sall est longuement revenu sur les raisons qui l’ont poussé, avec d’autres, à créer leur formation politique avec cette dénomination bien pensée, élaborée et choisie : RÉPUBLIQUE DES VALEURS/RÉEWUM NGOR.
Il dit croire fondamentalement à la jonction des valeurs sociétales et républicaines, seule boussole qui doit aiguiller toute initiative politique au service de ses concitoyens. Dans la continuité de cette question, Thierno Alassane Sall rappelle qu’il est adossé à ces valeurs mais n’est ni un borné, ni un rigide, comme veulent le peindre ses détracteurs.
Il se décrit au contraire comme un homme qui a fini de comprendre les enjeux fondamentaux du développement du continent africain, vision qu’il veut traduire inévitablement en actes, à travers le programme qu’il compte mettre en œuvre au Sénégal, accompagnée d’une forte capacité à défendre corps et âme les intérêts stratégiques du Sénégal, de l’Afrique.

Dans la dernière partie, le Député de AAR-Sénégal a fustigé la multitude de candidatures dont la plupart relève de la fantaisie ou de calculs politiciens pour d’éventuelles futures armes de négociations de quelques prébendes, hérités d’un système pernicieux d’hommes et femmes politiques d’un autre temps. Il a également apporté une critique négative au système de parrainage mais se dit très serein quant au passage de ce filtre pour être parmi les candidats qui dont le dossier ne posera pas de soucis au niveau du Conseil Constitutionnel.

TAS a esquissé les grandes lignes de son programme en invitant chaque candidat à faire de même pour enfin sortir du faible niveau qu’offre le débat public qui sévit actuellement au Sénégal.
Il dit avec une forte conviction qu’il veut :

  • réformer en profondeur l’Éducation en faisant du Sénégal l’Université de l’Afrique,
  • réformer la santé en faisant du Sénégal la Clinique de l’Afrique,
  • mettre en place un outil industriel puissant pour faire du Sénégal la PME de l’Afrique.

il a, en outre, évoqué d’autres points saillants du programme de la République des Valeurs qui sera présenté aux Sénégalais à temps voulu, notamment l’épineuse question de la jeunesse et son employabilité afin de couper l’hémorragie de l’émigration irrégulière qui mène vers les cimetières de la Méditerranée.

Le candidat TAS a terminé l’émission sur une note panafricaine en saluant le modèle de la chaine AFRICABLE. Il propose de travailler davantage sur l’érection de grandes chaines d’information, à travers de grands groupes médiatique à l’image d’ARTE, Euronews etc.

Laisser un commentaire