Ads 1

SÉRIE D’ENLÈVEMENTS ET CRIMES CONTRE LES ENFANTS : L’ARTISTE SUZANNE KAMARA S’INDIGNE, CONDAMNE ET PROPOSE

0 61

ARTISTE SUZANNE CAMARA CONTRE LES ENLEVEMENTS DES ENFANTSAvec la vague d’enlèvements et d’atrocité perpétrée sur des enfants, l’artiste Suzanne Kamara, présidente de l’association ‘’Une voix pour les enfants’’ se dit très indignée et condamne vigoureusement ces actes de barbarie. La diva de la musique sénégalaise et Africaine alerte sur cette situation difficile qui, selon elle, a pour origine la vulnérabilité des enfants qui sont ainsi à la merci des charlatans et de ces personnes dépourvues de cœur et de sentiments, prêtes à tout pour de l’argent. Et propose un programme d’interventions pour une prise en charge transversale de l’enfance en amont et en aval.

 

Dans un contexte social de plus en plus difficile, la protection des enfants relève d’un enjeu de première importance. Il s’agit de se demander comment il convient donner les meilleures protections à des enfants dont les parents doivent affronter des difficultés, souvent cumulées, et liées à la précarité économique ? Comment protéger, en fait, des enfants laissés à eux mêmes ? C’est ainsi que Suzanne Kamara, à travers son association qui a pour but de susciter, promouvoir, conseiller et aider les actions en faveur des enfants, compte apporter sa contribution à l’application de la convention Internationale des droits de l’enfant.

L’artiste sénégalaise au grand cœur opte pour la promotion d’actions qui visent à protéger les enfants et qui accompagnent leurs familles en tenant compte de la complexité de leurs conditions de vie.

En effet, Suzanne Kamara souhaite, par là, promouvoir un travail de collaboration entre les adultes qui ont en charge leur développement : parents, acteurs professionnels et bénévoles des différents secteurs sanitaire, social et éducatif, par une approche globale des problèmes par le travail en réseau.
²
« Les différents problèmes auxquels sont confrontés les enfants nécessitent une bonne coopération entre les professionnels de différentes disciplines et les bénévoles qui les accompagnent, ainsi qu’un travail en réseau inter institutionnel. C’est un objectif complexe parfois difficile à atteindre, car, il nécessite une ouverture aux pratiques de l’autre, de la disponibilité et une méthode. Cette approche globale constitue un véritable changement de culture dans l’appréhension des problèmes et des réponses proposées que mon association souhaite accompagner et soutenir », indique la diva de la musique sénégalaise.

Pour l’application de ce programme, la présidente de l’association prépare un plan d’action dans le but i°) d’appuyer les ONG dans leur politique de protection sociale pour la défense des droits de l’enfant, ii°) de faire un plaidoyer en faveur d’une application effective des droits de l’enfant, iii°) de militer en faveur de l’élaboration d’une politique nationale de protection de l’enfant ; iv°) de sensibiliser davantage le grand public sur l’enjeu que constitue les droits de l’enfant, v°) de mobiliser les familles, parents, enfants, communautés, associations, collectivités locales, services déconcentrés, sociétés privés, ONG, autres partenaires, autour de la question de la protection de l’enfant, vi°) d’amener les médias à faire de la protection de l’enfant un thème phare dans l’actualité (émissions de télévision, de radio, spots publicitaires, articles de journaux, etc.), vii°) d’impulser un mouvement pour la synergie des actions ayant trait a la protection de l’enfant.

Youssouf NDIONGUE

 

Laisser un commentaire