Ads 1

GABON: POUR AVOIR DÉFENDU LES INTÉRÊTS DE SON PAYS, MARIE-MADELEINE MBORANTSUO DEVIENT LA CIBLE DES RÉSEAUX MAFIEUX FRANÇAIS

0 70

Marie Madeleine MborantsuoLa présidente de la Cour Constitutionnelle du Gabon paie amèrement son attachement à son pays. Les multiples actions que Marie-Madeleine Mborantsuo rend quotidiennement à son pays lui valent, aujourd’hui, être la cible de réseaux français qui préfèrent, plutôt, qu’elle se mette à leur service exclusif. Pour des actions revanchardes et vindicatives, non seulement ils lui promettent des jours sombres et une carrière entre guillemets, mais comptent simplement installer le chaos au Gabon.

 

On aura beau le dire et le contester, mais la relation entre les Africains et la France est toujours perçue comme celle du colonisateur et de son colonisé. Malgré l’acquisition et la proclamation des indépendances, dotant les Etats africains d’une souveraineté pour non seulement se départir du joug du ‘’maître’’, mais, pour envisager et entrevoir le développement de manière autonome, le constat est amer de constater que c’est la manière qui a changé de forme. En atteste l’implication de puissants réseaux français dans les affaires internes du Gabon. Jusqu’à proférer des menaces de déstabiliser ce pays, parce que tout simplement la méthode de travail de la présidente du Conseil Constitutionnel sert le plus normalement du monde, les intérêts du peuple Gabonais, au lieu de servir pieds et mains liés les lobbies français.

« Non, vous devez rester à la merci de nos intérêts par une obéissance aveugle. Vous devez vous mettre exclusivement en service pour ne défendre que nos seuls intérêts français. Sinon, à vous la guillotine », semblent vouloir imposer les réseaux français établis en France, au Gabon et peut être ailleurs. Mais, heureusement qu’il y a encore ces personnalités africaines fortes qui défendent les intérêts de leurs pays, à l’image de la présidente de la Cour Constitutionnelle du Gabon, Marie-Madeleine Mborantsuo. Ce qui vaut à cette dame, depuis quelques temps, un acharnement médiatico-judiciaire français qu’on ne saurait qualifier.

Cette forme de répression sera exécutée par l’ensemble des entités appartenant au pays colonisateur. Et ce sont les médias français, notamment le Canard Enchaîné, qui ont ouvert le bal de la déstabilisation et ceci, de mars 2017 jusqu’aujourd’hui. Le journal français a depuis lors nourri des tirs, à boulets rouges, sur la présidente de la haute juridiction gabonaise.

Alors qu’on pensait que cet acharnement médiatique allait s’arrêter, la justice française est entrée en scène. « Marie-Madeleine Mborantsuo a été interrogée par le parquet financier de Paris dans le cadre des biens mal acquis ». Ce qui est curieux dans cette cabale est qu’à chaque événement officiel qu’elle préside, la haute magistrate est attaquée, soit le lendemain ou quelques jours après par les mêmes lobbies.

La gardienne de la constitution déstabilisée, c’est le Gabon qui vole en éclat

A chaque participation à un événement officiel dans le cadre de ses fonctions, Marie-Madeleine Mborantsuo subit des attaques des organes de presse français et des autorités judiciaires. Le fait est devenu récurrent au point que de nombreux observateurs commencent à se poser des questions. Ce qu’il faut ainsi comprendre, c’est que certains occidentaux, en général, et les membres du réseau qui l’attaquent, en particulier, n’ont pas digéré la réélection d’Ali Bongo Ondimba en 2016. C’est d’ailleurs ce qui justifie les attaques à répétition à l’endroit du président Bongo par des individus comme Robert Bourgi. Bien plus, l’affaire Veolia pourrait également faire partie des faits qui motivent les réseaux français à s’en prendre aux institutions gabonaises. Car, la France ne badine pas avec ses intérêts. Et dans ce cas de figure, les autorités gabonaises doivent aussi défendre les leurs.

Après avoir manipulé Jean Ping pour détruire le Gabon, la personne à abattre cette fois-ci est la présidente de la Cour Constitutionnelle. En sa qualité de gardienne de la constitution et même des institutions républicaines, les ennemis de la paix au Gabon ont compris qu’en fragilisant et en neutralisant cette dame de fer, c’est le Gabon qui sera détruit. Autrement, la déstabilisation du Gabon est possible par la destruction de Marie-Madeleine Mborantsuo. Parce que c’est elle le bouclier, et les réseaux sont déterminés à la neutraliser à tout prix. Alors qu’en agissant de la sorte, c’est-à-dire en essayant de neutraliser Marie-Madeleine Mborantsuo ou en salissant son image au sein de l’opinion gabonaise et internationale, surtout dans un contexte plus ou moins tendu avec les échéances électorales en cours, les réseaux français cherchent à déstabiliser ce pays. Le plan mis en branle est formidable : il s’agit d’accuser la dame de posséder par devers elle, 19 comptes bancaires en France et au Liban. Un pur mensonge pour parvenir à leur fin. Pourquoi le parquet de Paris ne veut pas lui accorder le bénéfice du doute, lorsqu’elle affirme qu’elle fait des prestations à l’Unesco, au CIRDI ? Ces institutions internationales qui jouissent d’une crédibilité certaine n’ont d’ailleurs jamais démenti ces allégations. L’Unesco n’a jamais démenti que Marie-Madeleine Mborantsuo y est prestataire.

Au contraire, les organismes internationaux comme tels, reconnaissent l’expertise et l’expérience de cette haute magistrate. Pourquoi la justice Française n’est pas convaincue lorsqu’elle dit ne posséder que 4 comptes bancaires ouverts et fermés par Barclays, le Crédit lyonnais, la BNP et un établissement monégasque ? Tout simplement parce que les Français cherchent à provoquer une insurrection générale au Gabon. L’ennemi ne venant jamais de loin, ces manœuvres déstabilisatrices sont orchestrées avec la complicité des membres de l’opposition gabonaise et certaines pontes du régime dont nous citerons les noms dans nos prochaines éditions.

Heureusement, les Gabonais ne sont pas dupes et la présidente de la Cour Constitutionnelle garde la tête haute et les pieds sur terre. Car les pays africains ont besoin des personnes fortes pour rendre les institutions fortes et puissantes; contrairement à ce que pense Barack Obama qui veut que les institutions soient fortes en lieu et place des hommes. Seulement, l’ex-président américain avait sans doute oublié que ce sont les hommes qui incarnent les institutions, sinon Kadhafi serait encore en vie.

 

Laisser un commentaire