Ads 1

RÉVOLUTION RURALE PAR L’AGRICULTURE : DE « BAY DUNDÉ » À « BAY TEKKI »

0 95

Moussa Baldé ministre de lagricultureLa grande attraction du Salon de l’Agriculture a été le concept de « Révolution rurale » déclinée par le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement. Moussa Baldé n’a fait que vendre la vision du Président Macky Sall qui consiste à faire de l’agriculture le moteur de l’émergence en mobilisant le monde rural dont les populations sont des acteurs indissociables du processus de développement économique et social.

Pour booster l’agriculture, le Chef de l’Etat a commencé par dérouler d’importants projets qui transforment complètement le monde rural qui s’est vu doté d’ouvrages de même importance que les centres urbains ceci, par respect au principe d’équité territoriale. Ces ouvrages sont composés pour l’essentiel de routes, de pistes rurales, de postes de santé, de DAC etc.

Le Président de la République a ainsi pris l’option de moderniser fortement l’équipement agricole en vue d’accroître les rendements.

Pour le ministre de l’Agriculture, cette révolution peut être déclinée comme un passage de « Baay dundé » à « Baay tekki ». L’agriculteur ou le paysan ne travaille plus pour subvenir à ses besoins alimentaires simplement, mais il devient un opérateur économique agricole appelé à faire face à toutes les charges sociales grâce aux importantes productions.

Pour aboutir à cet ambitieux projet, le département de l’agriculture doit déployer une grosse artillerie en vue d’une vulgarisation de ce concept novateur. Car le monde rural doit savoir les tenants et les aboutissants de cet élan national de hisser l’agriculture au fronton des secteurs qui vont porter l’émergence.

Le Président Macky Sall croit beaucoup à l’agriculture et au monde rural. C’est d’ailleurs l’une des similitudes notées entre l’actuel Président sénégalais avec le Président Mamadou Dia à qui il a donné le nom du Building administratif. L’homme avait une option résolue de faire de l’agriculture le moteur du développement. Sa foi en l’agriculture s’expliquait par la création des centres d’expansion rurale composés d’agents d’agriculture, d’élevage, des eaux et forêts, de coopération et d’agents chargés d’animation rurale.

Sous Mamadou Dia, dans chaque arrondissement du Sénégal, il y avait une structure bien élaborée qui était chargée en fonction des potentialités du terroir, d’orienter le développement économique local. Le paysan à l’époque bénéficiait de charrues, de paires de bœufs et de semences.

Avec Moussa Baldé, le challenge de passer des boeufs et de charrues aux tracteurs est bien possible. Et l’agriculture serait dès lors une activité attrayante, génératrice de forts revenus pour servir de vraie réponse à la forte demande d’empois des jeunes.

Dans l’une de ses interviews accordées à la Radio Futurs Médias (RFM), en marge du Salon International de l’agriculture de Paris, le ministre Moussa Baldé sur un ton solennel s’est montré très rassurant et convainquant en appelant à la promotion par l’agriculture à la promotion d’un modèle de réussite sociale bien de chez nous ; un modèle qui reussisse en étant fixé dans son monde rural. Prouesse évidente à ce rythme où la vision politique de l’agriculture est mise en œuvre par l’Etat dans le cadre du Plan Sénégal Émergent {PSE).

Pour que le monde rural puisse s’approprier cette vision, il faut impérativement une bonne communication bien élaborée et articulée sur la vulgarisation. La mission est grande mais l’espoir est permis avec aux commandes de l’agriculture sénégalaise, Moussa Baldé, un homme qui a fait ses preuves partout sur sa trajectoire.

Bacary NDIAYE

Laisser un commentaire