Ads 1

QUI VEUT METTRE FIN À L’EXCEPTION SÉNÉGALAISE ? (Par Babacar DIARRA)

0 340

Il y a quelques années le célèbre artiste afro-activiste Tiken Jah Fakoly, père idéologique de Kémi Séba, théorisait la fin de l’exception Sénégalaise par des termes qui présageaient les tristes évènements que notre illustre pays vient de connaître. Il se verra refuser de séjour et dans la foulée sera déclaré persona non grata au Sénégal ; une première pour le Président WADE.

Le Président Macky Sall et ses collaborateurs doivent prêter une oreille attentive aux sirènes du chaos. En reconnaissant les problèmes structurels liés à sa gestion et la conjoncture internationale qui mènent à certaines velléités démocratiques mais qui ne sont autres que des prétextes pour aller piller, voler le voisin dont on considère la réussite indue et totalement hors de portée pour cette frange de la population qui a élu comme domicile politique la calomnie et le mensonge.

Les éducateurs sociaux ne doivent pas non plus nier qu’il y a une réelle crise de foi en Islam et au Christianisme qui condamnent tous deux le vol et la nuisance à autrui. C’est devenu mécanique de réduire en cendre les économies, les efforts de son compatriote, voisin ou tout simplement des citoyens sans coloration politique par une certaine classe politique.

S’en suivent les organisations parcellaires mais non moins néfastes qui capitalisent leur stratégie de « guerre » sur les mécontentements et les crises (sociétale, économique et politique).
Ousmane Sonko, puisque c’est de lui qu’il s’agit utilise le mensonge comme butin de guerre mais se retrouve catapulter comme égérie de plusieurs forces qui ne sont que le consortium d’intérêts circonstanciels :

  • Le MFDC originel ; qui souhaite prendre sa revanche militaire
  • Le salafisme armé, qui ne s’est jamais vraiment cacher sur sa volonté de détruire les confréries locales
  • Les multinationales exploratrices de pétrole
  • Les mercenaires activistes africains en collaboration avec la Russie par le biais de WAGNER
    Ce n’est pas pour rien que les attaques et la désacralisation des instituions religieuses est canonisée chez PASTEF et est même l’instrument d’acceptation au-delà duquel nul ne peut plus douter de votre bonne foi. J’ai toujours dit que non seulement Ousmane Sonko est au courant des insultes à l’endroit des confréries et de leurs représentants mais ces dernières sont coordonnées et organisées à PASTEF. C’est une profession de foi.
    Pourquoi les confréries ? Elles forment un socle, le ciment social intertribal et inter-ethnique au-delà de leur rôle de régulation elles jouent le rôle essentiellement d’apaisement et d’hypnose lors des tensions sociales.
    Pour détruire le Sénégal il faudra nécessairement détruire les confréries au préalable, c’est pour cette raison qu’elles subissent tant d’inimitiés, de tirs groupés à la fois des activistes en quête de rédemption sociale, des ratés sociaux, des mercenaires des médias, des rebels du MFDC, des hommes politiques et tous sans exception sont soutiens du leader de PASTF : y’ a t-il un hasard de calendrier ? Y’a-t-il un hasard qu’aucun autre parti politique ne prenne à partie les homme religieux à part PASTEF ?
    Comment expliquer ce parti n’ose à peine dénoncer le kidnapping de nos Diambars par le chef Rebel ?
    Plus longtemps on se mentira que PASTEF est u n parti politique classique avec des intentions démocratiques et plus dures seront les conséquences de notre aliénation. Ce n’est plus de la politique cela ne l’a jamais été c’est une guerre intraintestine que nous mène des compatriotes avec des aisselles supranationales et des odeurs de sainteté.
    Bien évidemment notre survie est en jeu.

jamm_rek

Babacar Diarra
Ancien Coordonnateur de PASTEF
Ancien Directeur de campagne
Administrateur de PETROTEAM
Et membre de la République des Valeurs

Laisser un commentaire