Ads 1

QUAND LES CONSTITUTIONNALISTES CHUTENT POUR UNE QUESTION, LA LOGIQUE CLAUDIQUE (Par Samba NDONG)

0 33 143

L’existence des villes est un facteur de favoritisme territorial, leur suppression est une condition sine-quo-non !
En phase pour la suppression des villes
En tant que facture d’autorité , l’ascendant semble, de prime abord, moins tributaire de l’attitude.

Certaines personnes sont en effet dotée d’une supériorité naturelle qui en impose aux autres. Dans quelque situation qu’elles se trouvent, leur comportement provoque, sinon toujours l’admiration, du moins le respect et l’altruisme. En fait, pour que l’ascendant personnel engendre l’autorité, il faut qu’il se mue en prestige, c’est-à-dire que , n’étant plus exclusivement la manifestation de qualité individuelles, il exprime une valeur sociale. Dans la mesure où l’on peut dire alors que le prestige est l’ascendant socialisé, on trouve le rôle primordial des représentations collectives comme assise d’une autorité où le caractère intrinsèque du bénéficiaire tient une place moindre que le statut dont l’investit sa situation sociale.

Un président est populaire parce qu’il est tenu pour simple, parce qu’il se fait comprendre et parce qu’il libère de ses frustrations le groupe qui le soutient. Par sa simplicité sincère ou affectée, le président montre que son élévation ne le différencie pas des autres ; sa cordialité mêlée de l’obéissance fait de lui un véritable proche de son peuple. Le peuple a le sentiment qu’il a un ami à sa tête . C’est le renforcement de la symbiose entre gouvernants et gouvernés. Le point focal est très bien compris par le président Sall, c’est la raison pour laquelle il se donne toujours pour protéger la population par ses excellentes politiques publiques.

L’équité sociale et territoriale constituent des points phares qui visent à juguler les déséquilibres territoriales qui créaient par les régimes antérieures.
La suppression des villes de Dakar et Thiès fera le but de corriger l’incohérence politique.
Tous les citoyens Sénégalais sont au même niveau dont il ne doit en aucun cas avoir du favoritisme administrative.
Cette suppression de ces deux villes est devenue une condition sine quo non.

Qu’est-ce que la décentralisation et déconcentration ?

La décentralisation se réfère au processus de transfert d’autorité, de compétences et de responsabilité de certaines fonctions traditionnellement dévolues à l’État central , aux collectivités locales. De fait, les citoyens sont en principe dépositaire de pouvoirs de conception et de mise en œuvre de leurs propres politique économique et sociale.

En 1960 toutes les communes furent érigées en communes de plein exercice. Parallèlement 9 nouvelles communes furent créés et les statuts de communes mixtes et de moyens exercice supprimés ( Loi n°60-23du 1er février 1960).
En 1964, la Loi n°64-02 du 19 janvier 1964 instituant un régime municipal spécial pour les communes chefs-lieux de région soumet ces derniers à une << capitis demunito>> , un régime du reste fort restrictif.

En 1966, la Loi n°66-64 du 30 juin1966, portant code de l’administration communale est promulguée. Elle définit les règles de fonctionnement des collectivités locales décentralisées et précise, en même temps, les missions qui leur sont assignées. Elle se traduit néanmoins par un certain accroissement de la tutelle de droit commun.

En 1972, la Loi n°72-02 du 1er février 1972 , portant réforme de l’administration territoriale et locale s’est appuyée sur 4 piliers que son : la déconcentration, la décentralisation, la participation responsable et la régionalisation du plan ( Loi n°72-02 et décret n°72-636).
Elle a été suivie de la loi n°72-25 du 19 avril 1972 portant création des communautés rurales.

Cette genèse de l’historique des politiques de décentralisation et de déconcentration prouve que les politiques publiques ont pour objectif de parfaire et de corriger des impaires.

La décentralisation correspond au choix inverse de la centralisation : elle consiste en un transfert de compétences de l’État à des organismes dotés de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Les personnes décentralisées constituent des centres de décisions des appareils administratifs autonomes chargés de la gestion et de la maîtrise des problèmes qui se posent à leur niveau.
Et la déconcentration est une délégation de pouvoir de compétences opérée par le pouvoir central au profit de titulaire de service administratif sur qui continue de s’exercer, le contrôle hiérarchique. Depuis la colonisation jusqu’à l’accession à l’indépendance, la décentralisation ne cesse de palier des problèmes d’inégalités.

Le Sénégal compte 552 communes seulement 46 communes de trouvent dans des villes telles que la ville de Thiès, de Rufisque, de Pikine, de Guédiawaye et de Dakar. Cette disposition est une véritable inégalité territoriale et locale d’où la nécessité de supprimer les statuts de ville en conservant d’une manière intégrale et exclusive les départements. Parce-que la ville de Dakar a été créée en 1996 à cause de l’échec du parti socialiste (PS) lors des élections législatives. Leur coordination a été amèrement laminée .

Et la ville Thiès Maître Wade , l’avait créé en 2008 pour éviter un choque de ses trois ténors (le professeur Moustapha sourang, Abdoulaye Diop et Abdou Fall) d’alors. Selon l’acte 3 de la décentralisation en 2003 avec la communalisation intégrale est mise en vigueur en 2014. Sous cette logique, à côté des communes, il y a que des départements. Pas de Ville !
De ce fait le citoyen élu à Nioro et le citoyen élu à Dakar seront dans les mêmes statuts en matière de gestion.

Nous soutenons mordicus et illico presto la suppression de ces villes, cela relève du favoritisme et de la promotion de l’inégalité.

Samba NDONG

Laisser un commentaire