Ads 1

AFFAIRE 94 MILLIARDS : LA PLAINTE DE SONKO CLASSÉE SANS SUITE

0 19 104

Le doyen des juges Samba Sall a pris ce 18 janvier 2021 une ordonnance de refus d’informer après la plainte avec constitution de partie civile déposée par Ousmane Sonko contre Mamadou Mamour Diallo, Meissa Ndiaye, Seydou Sarr dit Tahirou et X.  Selon nos confrères de Libération qui font état de la décision de justice, le plaignant (ndlr Ousmane Sonko) ne se serait justifier d’aucun préjudice subi directement par lui qui proviendrait de la commission des infractions en cause. 

En clair, l’ordonnance de refus note que « même à supposer établies, les infractions susvisées ne seraient occasionner ou entraîner un quelconque préjudice ni directement ni personnellement pour l’auteur de la plainte à l’exception de l’Etat ». 

Le 20 août 2019, le leader de Pastef déposait devant le doyen des juges une plainte avec constitution de partie civile pour escroquerie portant sur les deniers publics, faux, usage de faux et concussion contre Mamadou Mamour Diallo (ancien Directeur des Domaines), Meïssa Ndiaye (ancien chef du bureau des Domaines de Ngor-Almadies), l’homme d’affaires Seydou Sarr dit Tahirou et X.

Dans sa plainte, Ousmane Sonko révélait que Seydou Sarr, représentant les sociétés Sofico Sa et Conciliation financière de l’Uemoa (Cfu) se disant créancières de l’Etat pour avoir racheté de la famille Ndoye et consorts leurs supposées indemnités d’expropriation aux montants respectifs de 44.227.305.500 Fcfa et 49.950.000.000 Fcfa soit 94.177-305.000 Fcfa, avait signé le 22 août 2017 deux actes d’acquiescement avec Mamadou Mamour Diallo et Meïssa Ndiaye alors qu’une expropriation pour cause d’utilité publique n’était intervenue aux dépens des héritiers susvisés.

Ousmane Sonko précisait que les délits de faux et d’usage de faux procèdent du fait que dans les actes d’acquiescement en cause, il a été visé le décret de 1997 qui aurait exproprié la famille Ndoye alors que ledit décret concernait l’expropriation pour cause d’utilité publique de la société « Saim Indépendance » et portait sur une superficie de 121 hectares et non 256 hectares comme mentionné.

Concernant l’escroquerie sur les deniers publics, Sonko soutenait que Tahirou Sarr s’est prévalu de la qualité d’exproprié par le biais du rachat de créances pour se voir verser des sommes d’argent par le Trésor public alors que la loi de 1976 sur l’expropriation déclare nulles et de nul effet toutes délégations consenties à des intermédiaires par les expropriés de leur droit à l’indemnité d’expropriation. Enfin, pour la concussion, le leader de Pastef accusait Mamadou Mamour Diallo et Meissa Ndiaye, en tant que fonctionnaires, d’avoir facilité à Tahirou Sarr la perception des montants en cause. 

A la suite de cette plainte, le dossier a été communiqué au parquet le 14 octobre 2019. A rappeler que dans le cadre de la même affaire, Sonko avait saisi l’Ige, l’Ofnac et plus précisément le gouvernement à travers une question écrite. 

Laisser un commentaire