Ads 1

PROJET « VIVRE AVEC L’EAU »: LA DIMENSION GENRE AU CŒUR DU DISPOSITIF

0 56


Malgré la volonté de l’Etat du Sénégal et les nombreuses actions menées depuis une décennie sur le terrain pour  faire face aux nombreuses inondations la situation perdure dans la banlieue de Dakar. C’est dans ce cadre que la Coopération Britannique à travers son Fond de développement contribue à lutter contre ce phénomène en initiant le projet « Vivre avec l’eau » pour l’amélioration de la résilience de 920 0000 personnes face aux inondations 10 communes de la banlieue de Dakar.

Les zones cibles se situent à Pikine, Guédiawaye, Dakar et Rufisque. Ce projet qui en est à sa première phase est réalisé en partenariat avec le CRES (Consortium pour la recherche économique et sociale), et le REFDAF (Réseau des femmes pour le développement durable en Afrique). En prélude de la phase 2 du programme qui doit démarrer en 2017 avec l’appui de la Coopération Britannique, un atelier de deux jours sur l’intégration du genre dans le projet « vivre avec l’eau » avec comme thème central « genre et résilience face aux inondations se tient à Dakar. « Cette rencontre servira d’appoint pour redéfinir avec l’ensemble des acteurs les  contours de la dimension femme dans l’exécution de toutes les activités du projet » a fait savoir Mamadou Diassé du CRES et directeur technique du projet. Rappelant que « ce projet regroupe tous les partenaires membres du CRES  chargés de sa mise en œuvre et certains des partenaires stratégiques ». Il souligne par ailleurs que « le renforcement des capacités pour les femmes lié à la résilience face aux inondations constitue un volet très important pour la mise en œuvre du projet ».

Mme Madjiguène Cissé Coordonnatrice Nationale du REFDA (réseau des femmes pour le développement durable en Afrique) a soutenu que « le renforcement des capacités des populations, la participation communautaire et la prise en compte  de la dimension genre dans toutes les activités est un aspect très important dans la mise en œuvre du projet parce qu’il est question de gestion participative des inondations avec comme objectif principal de renforcer la capacité des populations sur la résilience climatique.  

Mme Fall Bousso, consultante, qui a pris part aux échanges lors de la première journée de cet atelier espère que « les échanges permettront d’harmoniser la compréhension en tant qu’acteur du genre et des résiliences, comment les rendre effectifs dans l’exécution des programme et permettre aux différentes composantes de faire une relecture de leurs indicateurs par rapport à ces deux aspects ». Rappelons que ce projet « vivre avec l’eau » consiste aussi à la mise en place d’infrastructures,  d’assainissements, la mise en place de système de collectes d’ordures, l’aménagement de petits périmètres maraichers, l’aménagement d’espace publics et de détente.

Irama SANE

Laisser un commentaire