Ads 1

Mme PAYE THERESE AIDA SECK, DEPUTE BBY : « POURQUOI LA TREIZIEME LEGISLATURE SERA DE LOIN MEILLEURE QUE LA DERNIERE »

0 132

Mme PAYE THERESE AIDA SECK DEPUTE BBYElle est l’une des rares parlementaires à ne pas utiliser la langue de bois . Elle dit crû ce qu’elle pense en y mettant, certes, la forme. Mme Paye Thérèse Aida Seck, qui rempile pour son mandat à la commission de l’Uemoa, n’est pas de ceux qui font du sentimentalisme pour ce qui concerne les affaires de la République.  » L’absence de Khalifa Sall ne pouvait empêcher le démarrage des travaux de la treizième législature, surtout que le quorum était largement atteint « , soutient-elle.

 

Entretien

Comment avez-vous accueilli le décès de Djibo KA au premier jour de votre installation ?

Nous avons accueilli avec beaucoup de peine et de tristesse le décès de notre collègue M. Djibo Ka qui était avec nous dans la douzième législature. C’est le jour de notre installation pour entamer la treizième législature qu’on nous a informés de sa disparition, et là, j’aimerai quand même dire que les chemins de Dieu sont impénétrables. Nous ne pouvons donc qu’avoir une pensée pieuse et prions donc le Seigneur de l’accueillir dans son paradis céleste.

Khalifa Sall a été l’absent le plus présent à l’installation de la treizième législature. Comment avez-vous vécu cette situation ?

Je n’ai particulièrement rien à dire sur l’affaire Khalifa Sall, d’autant plus qu’il n’étatit pas le seul absent. Déjà, les textes qui régissent l’Assemblée stipulent que si on a la moitié des députés plus un, le quorum était atteint et donc les travaux pouvaient démarrer. Ce 14 septembre, on a eu plus que le quorum. Même si son ombre a plané par rapport à ses compagnons, le président de séance a quand même donné la possibilité qu’on démarre les travaux. En tout cas, par rapport aux conditions dans lesquelles Khalifa Sall n’a pu honorer de sa présence, nous n’avons aucun regret parce que bien avant l’investiture et les élections législatives, il était déjà en détention pour des raisons que nous connaissons tous. Je pense que cela n’impactera point sur cette législature.

Selon vous, quels seront les grands axes qui soutendront cette treizième législature qui vient de commencer ?

Les grands axes sont ceux dont les contours ont déjà été tracés par le président Macky Sall. Ayant la majorité présidentielle et ayant montré l’amour pour travailler à l’émergence de son pays, on attend des réformes sérieuses par rapport au fonctionnement de l’Assemblée et qu’on doit prendre conscience pour le peuple et pour la mouvance présidentielle. Car, il a été choisi sur la base d’un programme et on doit penser qu’on est là aussi pour qu’il réussisse sa mission, comme nous nous devons de bien représenter le peuple. Avec l’aide de Dieu, nous allons faire une bonne législature, surtout qu’avec l’agenda que le Président de la république a mis en place pour apporter les changements en profondeur par rapport au fonctionnement de l’institution et aux textes. Cependant, en tant que membre de la Commission de l’Uemoa de la dernière législature, je suis automatiquement reconduite dès que je suis réélue. Cela va de soi que je ne vais pas figurer dans le bureau ni dans les autres commissions ni dans les autres instances de décision. Mon mandat court toujours à la commission de l’Uemoa pour avoir rempilé. Personne n’a le pouvoir de vous démettre, sauf si vous démissionnez.

 Entretien réalisé par Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire