Ads 1

VIDÉO–CONTRE LES INONDATIONS : LES PRÉCISIONS DU DG ABABACAR MBAYE DE L’ONAS

0 376

L’Office national de l’Assainissement du Sénégal (ONAS) est un établissement public à caractère industriel et commercial. Il a été mis sur pied suite à la réforme de 1996 qui consacre la création de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), la Sénégalaise des Eaux (SDE) et l’ONAS.

L’ONAS est le bras technique en matière d’assainissement du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA). Il a en charge, entre autres, la planification et la programmation des investissements, la conception et le contrôle des études et des travaux d’infrastructures d’eaux usées et d’eaux pluviales, l’exploitation et la maintenance des ouvrages d’assainissement.

En cohérence avec le Plan Sénégal émergent (PSE), le nouvel Agenda pour l’atteinte des Objectifs de Développement durable (ODD) et la Lettre de Politique sectorielle de Développement (LPSD, 2016-2025), l’objectif global visé par le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement à travers l’ONAS est l’accès universel à l’assainissement, à l’horizon 2030.

C’est dans ce cadre que de grands projets comme, le projet d’extension et de modernisation de la Station d’Epuration des Eaux usées de Cambéréne (STEP), le Projet de dépollution de la baie de Hann, le renouvellement du collecteur Hann-Fann, les travaux de drainage des eaux pluviales des villes de Touba, Kaolack, Kaffrine, Sédhiou, Tivaouane entre autres, sont en cours de réalisation. A propos de l’assainissement autonome, il est mis en place le Projet d’assainissement autonome de la région de Dakar (PAAD).

Concernant la lutte contre les inondations, sous la coordination du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement, il y a plusieurs acteurs tels que l’Agence de Développement municipal (ADM), l’Agence de Promotion des Investissement et des Grands Travaux (APIX), l’Agence pour la Gestion des Routes (AGEROUTE), le Centre Exécutif des Transports urbains de Dakar (CETUD) ; la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers (BNSP), la Direction de la Protection civile (DPC) ; la Direction de la Prévention et de la Gestion des Inondations (DPGI), le Service national de l’Hygiène (SNH), etc. qui interviennent dans le cadre d’une synergie d’actions. Le Plan décennal de lutte contre les inondations (PDLI) mis en place en 2012 à cet effet, par son Excellence Monsieur Macky SALL Président de la République, comporte plusieurs projets multi-acteurs dans sa composante Gestion des Eaux pluviales. Parmi ces projets, nous pouvons citer le Projet de Gestion des Eaux Pluviales et d’Adaptation aux changements climatiques (PROGEP), le Projet Pikine Irrégulier SUD (PIS), le Projet d’assainissement de dix villes qui sont mis en œuvre pour soulager les populations impactées négativement par les inondations à la suite des fortes pluies. La gestion des inondations accorde une place aux opérations pré-hivernages et hivernages.

En 2022, l’ONAS a débuté les opérations de curage des canalisations, d’écrêtage des bassins de rétention et la maintenance des équipements depuis le mois d’avril à Dakar et en mai dans les régions. Il a un patrimoine de 313 km de réseau d’eaux pluviales, une centaine de stations de pompage d’eaux pluviales (mobiles et fixes) dont la fonctionnalité est assurée 24h/24h. En sus du réseau d’eaux pluviales, l’ONAS gère les réseaux d’eaux usées longs de 1800 km dont 1300 km à Dakar qui participent aussi à l’évacuation des eaux pluviales.

Il convient de noter dans la mise en œuvre de ces opérations, un certain nombre de contraintes majeures :

§   obstruction des canaux par les ordures ménagères, gravats, plastiques, carcasses d’animaux et le sable (non désensablement des voieries) ;

§   branchements clandestins dans les réseaux d’eaux usées et d’eaux pluviales ;

§   engorgement des réseaux d’eaux usées par les eaux de pluies,   le réseau devenant ainsi unitaire (ouverture des regards, et branchements inappropriés) ;

§   problème d’accès des réseaux dans certaines zones retardant les interventions ;

§   urbanisation non contrôlée : aménagement de zone d’habitations dans des bas-fonds et obstruction des voies d’eau ;

§   dépassement de capacité des réseaux dans certaines zones à urbanisation galopante ;

§   casses et affaissements de conduites d’eaux usées et d’eaux pluviales ;

§   sabotages manifestes du réseau (bouchage et tamponnement du réseau) ;

§   impacts négatifs de certains projets immobiliers (obstruction des voies d’eau, déviation de réseau non autorisée).

En somme, beaucoup de choses non souhaitées passent dans le réseau.

Par conséquent, les déclarations de bouchons par les usagers à travers la plateforme de l’ONAS (le numéro vert : 818 00 10 12) passent de 9000 pendant la saison sèche à 15 000 pendant la saison des pluies. Ces contraintes énumérées nous imposent d’augmenter nos moyens d’intervention pour soulager les populations, ce qui induit l’augmentation des charges d’exploitation. C’est ainsi qu’avec l’appui de son Excellence Monsieur le Président de la République, l’ONAS a acquis :

§   du matériels de curage et d’aspiration des boues de vidange

§   des véhicules de dépannage et d’entretien

§   du matériel de gestion des eaux pluviales dont des motopompes à haut débit.

En ce qui concerne le bassin et la station de pompage de la zone de captage qui polarise Grand-Yoff (réseau gravitaire de diamètre 1 mètre et la station de pompage de 6 000 m3 par heure), le canal de Front de Terre depuis liberté 6, le bassin et la station de pompage de Bourguiba, les actions, ci-dessous, ont été mises en œuvre depuis les premières pluies d’intensité extrême :

§   Augmentation de la capacité de pompage de 2 000 m3/heure en sus des 6 000 m3/heure existant ; soit une capacité cumulée de 8000 m3/heure ;

§   Sécurisation de l’alimentation électrique de la station de pompage du bassin par la mise en place d’un groupe électrogène de secours de 200 KVA en sus de celui de 500 KVA existant ;

§   Réparation du mur du bassin d’écrêtage sur les parties effondrées ;

§   Enlèvement quotidien des déchets solides qui retardent l’évacuation des eaux pluviales par l’obstruction des pompes et des grilles ;

§   Renforcement des équipes de veille pour assurer les interventions rapides.

En perspective, une étude est en cours pour une restructuration hydraulique et une réhabilitation du système des eaux pluviales de la zone de captage.  

Pour la gestion des eaux usées, nous notons une augmentation importante des déclarations des bouchons pendant la saison des pluies due à plusieurs facteurs (ensablement excessif, présence de déchets solides, engorgement du réseau par les eaux de pluies et comportements inappropriés des populations). Cette situation impose à l’ONAS de mobiliser des moyens supplémentaires pour soulager les populations.

Ainsi, l’ONAS invite tous les acteurs plus particulièrement les collectivités territoriales à s’investir dans la sensibilisation, le désensablement des voiries, la gestion des ordures ménagères, la veille et la sécurisation des ouvrages d’assainissement. C’est dans ce sens que ces municipalités en tant que bénéficiaires sont aussi acteurs ; donc nous avons l’obligation de collaborer.

Enfin, nous demandons aux populations de veiller à la préservation de ces ouvrages qui ont été mis en place pour améliorer leur cadre de vie.

L’assainissement est l’affaire de tous.    

Cependant, les équipes de l’ONAS restent mobilisées 24H/24H pour soulager les populations face aux inondations en collaboration avec les autres structures de l’Etat.

Laisser un commentaire