Ads 1

L’IMPÉRATIF D’UNE BONNE POLITIQUE INDUSTRIELLE POUR RÉDUIRE SENSIBLEMENT LE TAUX DE CHÔMAGE DES JEUNES (Par Cheikh Mbacké SÈNE)

0 71

L’impératif d’une bonne politique industrielle pour réduire sensiblement le taux de chômage des jeunes.

Dans la réflexion sur les nouvelles orientations stratégiques du prochain gouvernement, il en ressort un impératif de recadrage de la stratégie industrielle par le positionnement sur des niches et filières à fort valeur ajoutée et pour la création d’emplois durables.

Malgré les édifications de zones industrielles et- agences dédiés, le Sénégal est – qu’on le veuille ou non – orphelin d’une bonne politique industrielle. C’est un des maillons faibles de notre économie.

L’industrie sénégalaise est pour l’essentiel de deuxième génération (2.0). Elle peine à rivaliser d’ardeur avec celles de la Côte d’ivoire, du Ghana, du Nigeria, d’Afrique du Sud ou encore du Maroc ou de la Tunisie.

Pourtant une bonne politique industrielle serait non seulement un levier de croissance exceptionnelle pour installer le pays dans les économies africaines de référence, mais un outil extraordinaire réussir une absorption progressive et conséquente du taux de chômage, plus que n’importe quelle autre action gouvernementale.

Aucun pays ne peut résoudre la problématique du chômage sans une politique industrielle convenable, calquée sur non seulement ses modes de consommation, mais sur des secteurs, filières et niches porteurs qui intègre les objectifs de développement durable.

Le repositionnement de la formation professionnelle dans la prise en charge de la jeunesse non calquée sur une politique industrielle d’inspiration et d’ambition poussées est une réflexion tronquée qui aboutira à des résultats peu probants.

Tous les secteurs économiques, mais aussi l’éducation nationale, les TIC, la formation professionnelle et l’emploi doivent impérativement se retrouver autour d’une table sur laquelle ne seront posées que les dossiers suivants : la performance économique, le chômage, l’amélioration des conditions de vie des sénégalais (pouvoir d’achat). Ces « assises » devraient aboutir à l’édification d’une nouvelle approche basée sur la mise en place d’écosystèmes stratégiques intégrés et performants, travaillant dans un esprit inclusif sur les chaines de valeur et la performances durable. Les objectifs : renforcer la production locale et les exportations pour équilibrer la balance commerciale et créer des emplois durables. Une telle orientation stimulera non seulement l’investissement national, mais aussi étranger, dopera la production et la productivité, avec à la clé une meilleure organisation, une labélisation, plus de réactivité et de compétitivité.L’identification et la mise en place d’une cinquantaine d’écosystèmes dans une quinzaine voire une vingtaine de secteurs induira à la création brute cumulé de 50 000 à 200 000 emplois entre 3 et 5 ans. Il s’agira aussi de saisir l’opportunité pour se positionner sur des secteurs industriels d’avenir. Naturellement des programmes d’appui devront être mis en place pour accompagner cette nouvelle orientation stratégique, et plus tournés vers les TPE/PME/PMI et les auto-entrepreneurs également.

Notre politique industrielle est peu inspirée, moyennement stratégique, peu audacieuse, peu entreprenante, pas assez séduisante pour susciter la ruée.

Le secteur souffre également de la solitude, de la négligence et de la désunion de nos grands champions locaux et n’encourage pas à la prise de risques.

Aucun pays au monde n’a eu de secteur industriel fort sans un secteur privé fort. Un changement de paradigme et des réformes s’imposent comme préalables autour du sentiment nationaliste pour que la préférence nationale soit une réalité. Car pour s’appuyer sur un partenariat public-privé fort aussi, il faut asseoir une politique protectionniste qui va dans le sens de préservation, du renforcement et de l’éclosion des entreprises sénégalaises.

Qui de mieux pour épouser les causes nationales comme la réduction du chômage. Pour le reste, miser sur des secteurs à fort potentiel de développement et de main -d’œuvre.

Cheikh Mbacké SENE
Expert en intelligence économique, veille et communication
Ancien chargé de communication d’IZdihar, Association des zones industrielles de Sidi Bernoussi Casablanca représentant 9% du PIB du Maroc et ancien chargé de communication de la Fédération Marocaine de plasturgie (FMP).

Laisser un commentaire