Ads 1

Les Sénégalais et le maraboutage, une « sacrée » histoire d’amour

0 68

Bien que le Sénégal soit un pays croyant (musulman et chrétien), le recours du Maraboutage ou sorcellerie est très pratiqué. Pourtant le recours à ces sciences occultes est catégoriquement banni par la religion. Cependant pays au passé animiste, il sera très dur pour ses populations de tourner le dos à leurs coutumes surtout si le maraboutage est le raccourci idéal pour atteindre un objectif précis.

L’existence du Sénégalais semble beaucoup plus dépendre de facteurs exogènes qui la conditionnent et la régissent, qui seraient les causes, avouables ou inavouables, de ses échecs, de ses réussites, de ses maladies et même de sa mort, car rien n’échappe au soupçon despotique de l’imaginaire et à sa mordante et tyrannique logique particulière.

Même le bonheur, la réussite, la richesse, la prospérité, la bonne santé et toute autre qualité bénéfique seraient moins redevables du mérite personnel, qui paraît d’une certaine manière accessoire, que de facteurs étrangers à soi, dont, selon les représentations sénégalaises, la baraka du père (barke bay), la bénédiction de la mère (gërëmu ndèy), les prières du marabout (nianu seriñ), les bonnes actions d’offrandes et de sacrifices (sarax), la bonne étoile (wërsëk), le maraboutage (liggèy).

Chez la population, il est unanime que la pratique reste un péché mais certains pensent que c’est un héritage culturel.

Ibou Thiam la trentaine, garagiste, rappelle à quel point recourir au maraboutage est péché : «arrêtons cette hypocrisie : le maraboutage et la divination sont monnaie courante au Senegal. Ce n’est pas seulement la magie noire qu’il faut dénoncer mais toutes les magies, que ceux qui vont chez les marabouts sachent que durant 40 jours leurs prières ne seront pas valables. C’est un grand péché», a-t-il fait savoir.

Abondant dans le même sens, Souleymane Diop trouvé dans son établissement où il s’adonne à la vente d’accessoires de cuisine renchérit «C’est un péché grave quel que soit l’objectif poursuivi, surtout ceux qui le font pour causer du mal. C’est un péché.»

Pour Aissatou Diallo, coiffeuse de profession estime que les femmes sont les plus versées dans cette pratique et n’hésitent pas à ensorceler leur mari pour l’avoir à leur merci, parfois c’est pour assouvir des vengeances entre coépouses.

Selon Salam Ndiaye cette pratique n’est ni pour les musulmans ni pour les chrétiens. Seulement c’est la culture africaine en particulier qui veut cela. Le sénégalais en général depuis sa naissance est confronté directement ou indirectement à ses pratiques. Et de s’interroger «qui d’entre nous n’a jamais eu à faire des sacrifices pour un avantage ou pour demander protection?».

Mame Bineta fait savoir que les sénégalais croient en Dieu mais ne lui font pas confiance et d’ajouter «des mariages se sont brisés, des carrières détruites, pire encore des individus sains d’esprit rendus fou. Tout cela à cause du maraboutage. Cela doit cesser, on est dans un pays musulman, on doit purifier nos cœurs. Cela n’est bien pour personne, au contraire cela ne fait que retarder les personnes qui le font». Poursuivant, la dame raconte que «notre bien-aimé prophète en a été victime, Allah voulant par ce fait nous montrer que nous ne devons pas aller vers ces sorciers, quel que soit notre problème. Ayons confiance en Dieu, c’est le dernier recours».

Pour Hervé, c’est inquiétant que notre société puisse sombrer dans cet obscurantisme de maraboutage tous azimuts et dans de si dangereuses croyances, sans que cela ne fasse véritablement débat. Cela fait peur pour l’avenir, pour le progrès. «le sacrifice criminel des albinos, des enfants, des bébés, des malades mentaux montre combien notre société est malade, gangrenée par une sorte de cancer social qui gagne du terrain chaque jour. Le péril croît et s’intensifie avec ces funestes pratiques qui démontrent, si besoin est, que nous régressons dangereusement dans la barbarie des croyances païennes».

Laisser un commentaire