Ads 1

« LES PARTISANS DU « NON » ONT UNE ATTITUDE RÉTROGRADE » SELON LE Dr OUSMANE BIRAM SANÉ

0 52

Les partisans du « Non » auraient une attitude rétrograde. C’est du moins la conviction de l’économiste Ousmane Biram Sané, responsable politique apériste à Sédhiou. Il estime que l’ensemble des quinze points de la réforme institutionnelle est un tout cohérent qui renforce nos institutions démocratiques.
Le triomphe du « Oui »à Sédhiou est indéniable, selon l’ancien patron de l’antenne sénégalaise de la bourse régionale des valeurs mobilières(Brvm). Seulement, estime-t-il, toute passera par une stratégie qui va privilégier la dynamique du groupe, la force des arguments et une démarche de proximité. Une stratégie qui fut à la base des victoires politiques antérieures sera renouvelée pour ce référendum. Il répond à nos questions :

Le Témoin- M. Sané, les réformes dites consolidantes sont rejetées par l’opposition. Comment comprenez-vous une telle attitude ?

Ousmane SANE- c’est une attitude purement rétrograde dans un contexte de démocratie vivace et mature qui est celui de notre pays. Pourquoi ? Premièrement, comment peut-on rejeter une révision constitutionnelle qui, entre autres points, prévoit de renforcer les droits de l’opposition et de son chef ainsi que la participation des candidats indépendants dans tous les types d’élection pour ne citer que ces deux exemples ? La vérité est que l’ensemble des quinze points est un tout cohérent qui renforce nos institutions démocratiques. En cela, et c’est devenu clair aux yeux des citoyens, ce referendum est un rendez-vous du peuple avec le peuple pour bâtir l’avenir de notre pays.

L’autre paradoxe, c’est le « non » alors qu’il y a des avancées démocratiques. Qu’en dites-vous ?

Vous faites bien de poser la question. Effectivement c’est un paradoxe, mais pour moi la menace du Non, que les opposants à la révision constitutionnelle brandissent est contraire à la demande politique issue des concertations de la CNRI (Commission Nationale des Reformes de Institutions). Il est clair que la suppression du septennat et l’intangibilité de la durée du mandat (5ans) et du nombre de mandats consécutifs (limité à 2) ont fini d’extirper de notre loi fondamentale le syndrome du tripatouillage de la constitution, cause beaucoup de malheurs en Afrique. L’offre référendaire à laquelle les citoyens sont invités à se prononcer le plus librement du monde vise à prémunir notre pays de tels troubles. Très franchement, appeler à voter Non choque le bon sens.

Certains partisans du Non exigent le report pour de larges consultations. N’avez-vous pas l’impression qu’il y a une précipitation au niveau du pouvoir en place ?

Peut-on parler de précipitation ? Je ne le pense pas car les questions politiques ne peuvent pas occuper tout le temps de la République. En plus aucune date ne fera l’unanimité. A mon avis, le plus tôt on tiendra ce referendum, le mieux ca vaudrait. Car, le pays doit se concentrer sur le travail et la création des richesses or les convocations récurrentes de l’électorat ont tendance à ralentir voire stopper la montée en puissance des programmes et secteurs économiques. Nous entamons déjà le premier trimestre de 2016, alors, il vaut mieux voter les reformes et ouvrir une nouvelle page de la vie institutionnelle de notre pays en vue de poursuivre résolument les chantiers de l’économie. Il est temps de passer de la politique à l’économie politique.

Le chef de l’Etat indique vouloir dialoguer alors que le projet de loi a été validé en conseil des ministres, n’est-ce pas paradoxal ?

Je dois préciser que l’appel au dialogue lancé par le Président de la république est antérieur au dernier Conseil des ministres. Le Président Macky Sall a reçu et continue de recevoir les acteurs politiques de tous bords. Malheureusement, certains membres de l’opposition ont repoussé cette invite, c’est déplorable car, lorsque surviennent des incompréhensions sur le champ politique, il vaut mieux en parler. Quand un chef d’Etat tend la main à son opposition pour dialoguer, c’est un bon signal pour les citoyens. En réalité, l’opposition et une partie de la société civile ont du mal à digérer la tenue de la prochaine présidentielle en 2019. En fait, il ne faudrait pas qu’ils n’oublient que la coalition au pouvoir et d’autres citoyens ont choisi la stabilité et les avancées institutionnelles. Quand j’entends dire que le referendum est vidé de sa substance, je suis sidéré. Car, la vraie substance du referendum se trouve dans les avancées notoires que constituent les quinze innovations soumises à l’électorat. Le Sénégal est un modèle de démocratie en Afrique et dans le monde ; par conséquent, l’opposition bien qu’étant dans son rôle, doit faire preuve de dépassement.

Vous allez descendre sur le terrain à Sédhiou. Comment comptez-vous battre pour le triomphe du Oui ?

Naturellement je descendrai à Sédhiou, ma base politique, pour mener avec mes camarades de l’APR et de la coalition Benno Bokk Yakaar une campagne pour le triomphe massif de Oui. Il est vrai que le terrain sédhiouois est très politisé et que les populations aspirent à plus d’infrastructures socioéconomiques et à la promotion du capital humain. Tout le monde en est conscient et les autorités sont en train de poser des actes dans ce sens. Pour conquérir l’électorat, nous avons toujours privilégié la dynamique de groupe, la force des arguments et une démarche de proximité. Ce sera pareil pour ce referendum d’autant plus que, pour que ce cas-ci, la consultation électorale a trait à une matière concrète qui transcende les personnes ou personnages politiques. I s’agit de rénover notre constitution dans le sens de plus de droits citoyens, de stabilité institutionnelle et d’avancées démocratiques. Cela vaut le OUI et le OUI-OUI !

Propos recueillis par Abdou Karim DIARRA

 

Laisser un commentaire