Ads 1

L’ÉMIGRATION CLANDESTINE : UN DÉFI MAJEUR POUR LES ÉTATS AFRICAINS (Par El Hadji Omar MASSALY)

0 2 271

S’il y a une question troublante à propos de laquelle les États africains doivent trouver des solutions idoines, c’est bien celle-ci : comment faire face au défi de l’émigration clandestine ?

Les États africains, il est clair, sont avisés sur cette question par les travaux de nombreux spécialistes qui ont produit des rapports, documentaires, livres…, proposant des solutions conjoncturelles et structurelles pour corriger le mal à la racine. Mais, l’aveuglement politique emporte nos dirigeants sur l’observation des faits.

À y voir de près, le phénomène de l’émigration clandestine, qui peuple la corbeille du débat public sénégalais ces derniers temps, est le résultat de beaucoup de problèmes internes qui relèvent de l’échec de nos États : défi démographique, défi de l’emploi, néolibéralisme et échec des politiques publiques…

Pour comprendre donc le phénomène de départs depuis les côtes ouest-africaines et, par-delà, « la fuite des cerveaux », il faut nécessairement mettre en corrélation tous les problèmes internes qui demeurent les causes du refus du « rester chez soi ». Car, il me semble qu’il existe une relation de causalité entre les problèmes internes, qui sont les causes de l’émigration, et les frustrations causées par ces problèmes, qui en sont les raisons.

Défi démographique

L’Afrique compte 1,3 milliard d’habitants (2019) contre 100 millions en 1900, 275 millions dans les années 1950-1960 et 640 millions en 1990. Nous avons donc une démographie galopante. Cette croissance exponentielle de la population africaine n’est pas un handicap si l’on tient compte de ce que les économistes appellent « le dividende démographique ». C’est-à-dire, la croissance démographique de l’Afrique pourrait lui être bénéfique en termes de main-d’œuvre et de productivité. Mais comment ? En développant des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre. Peut-on développer des secteurs à forte intensité de main-d’œuvre sans industries ? Dès lors, nous notons les failles des programmes de nos chefs d’États qui, souffrant d’une mauvaise foi et d’un manque de volonté politique, peinent à mettre en place des politiques sociales et économiques efficaces pour concilier croissance économique et démographique.

Or, à l’horizon 2050, les prévisions démographiques montrent que la population de l’Afrique se situerait à 2,5 milliards d’habitants. D’autres prévisions, pas certaines, affichent 4,4 milliards d’habitants en 2100. Plus le taux de démographie explose, plus nous notons des bouleversements dans tous les secteurs, notamment celui de l’emploi. Face à des chefs d’États corrompus, injustes et bradeurs de ressources naturelles, dont la plupart sont confinés dans le système néolibéral, la jeunesse africaine, qui compte 43 % de la population de l’Afrique, se retrouve dans une situation de désespoir. Confrontés aux affres du chômage et témoins des pillages de leurs ressources naturelles, les jeunes désertent le continent pour chercher du travail en Europe.

Défi de l’emploi

Poser la question de la démographie est nécessaire pour analyser le manque criant d’emploi dont la conséquence immédiate est le chômage chronique des jeunes. La population des jeunes en âge de travailler (15-24 ans) de l’Afrique sera, en 2050, trois fois plus élevée qu’en Chine : environ 362 millions contre 124 (Serge Michailof, dans Africanistan). L’économiste togolais Kako Nubukpo va plus loin : 630 millions de personnes supplémentaires arriveront sur le marché du travail d’ici 2050 (dans L’Urgence africaine, changeons le modèle de croissance).

Ce constat induit un défi énorme en matière d’emploi. 43 % d’une population jeune en âge de travailler constitue, pour utiliser le terme de Michailof, « un vrai baril de poudre ». Le manque de politiques publiques adéquates pour « désamorcer la bombe jeune » est un des facteurs qui provoquent l’insécurité dans les régions du sahel. Malgré ses ressources naturelles, l’Afrique de l’Ouest est la seule région au monde où la population, lamentablement pauvre, vit sous le seuil des 1,25 dollars / jour. Les jeunes, qui miaulent leur détresse devant le pillage des ressources par les occidentaux en complicité avec les chefs d’États africains, se révoltent. Le chômage chronique les oblige souvent à intégrer les guérillas moyennant une somme modique pour survivre. C’est le cas au Mali, au Nigeria, en Mauritanie, au Tchad, au Niger… Albert Camus l’a noté dans une formule qui prend son sens : « la révolte nait du spectacle de la déraison, devant une condition injuste et incompréhensible ». D’autres jeunes préfèrent mourir en lambeau dans la Méditerranée que de vivre l’injustice qui est la cause de la fracture sociale.

Néolibéralisme et échec des politiques publiques

Une des raisons qui expliquent, selon plusieurs économistes que j’ai lus, le phénomène de l’émigration clandestine c’est le système néolibéral appliqué par plusieurs États de l’Afrique, occasionnant un manque d’emploi grandissant qui oblige les jeunes de partir en Europe à la recherche d’un lendemain meilleur. Nous notons ainsi l’échec des politiques publiques qui ne parviennent pas à régler les vrais problèmes.

Dans son livre L’Urgence africaine, changeons le modèle de croissance, Kako Nubukpo montre les trois points de la politique néolibérale du Consensus de Washington :

  1. Équilibrer les finances publiques
  2. Assurer la stabilité des prix
  3. Ouvrir tout grand les frontières, conformément aux principes de l’organisation mondiale du commerce (OMC)

Or, poursuit l’auteur, « la croyance néolibérale est la supériorité intrinsèque du marché sur toute autre forme de régulation économique (…) A l’heure actuelle, tout le monde se désole de la faiblesse de l’emploi en Afrique, mais peu de gens se souviennent que ce fut un choix délibéré opéré par les institutions néolibérales du Nord qui ont préféré restreindre la demande plutôt que d’inciter à augmenter l’offre, potentiellement génératrice de croissance endogène et d’emplois pérennes. »

Le diagnostic de Nubukpo met à nu l’échec des politiques publiques de la plupart des États africains. Pour se tirer d’affaire et justifier « la pertinence » de leurs programmes de développement, qui n’ont jamais crée le développement si ce n’est que d’afficher des taux de croissance en déphasage avec les conditions difficiles dans lesquelles vivent les populations, les chefs d’États africains brandissent la notion de « l’émergence » comme alibi. Au Sénégal, nous avons le Plan Sénégal Emergent (PSE), confectionné par des cabinets internationaux, qui n’a jamais créé le développement. Selon l’économiste Khadim Bamba Ndiaye, au Sénégal il y a moins de 350000 salariés sur une population de 16 millions d’habitants. Concrètement, qu’est-ce que le gouvernement fait pour le secteur informel ? Ce qui se passe au Sénégal ce n’est pas de la politique, c’est la guerre des postes politiques pour s’enrichir sur le dos du bas peuple. Les jeunes sont frustrés, déçus par les mensonges des politiciens, les diplômés sans emploi choqués par la promotion des médiocres en politique. Ils rêvent chaque matin de sortir de ce Sénégal pris en otage par les prédateurs politiciens.

En effet, les chefs d’États africains, notamment ceux de l’Afrique de l’Ouest, affichent des taux de croissance dont ils se targuent, mais qui sont loin de permettre le développement. Le brillant économiste et professeur Samir Amin l’a noté dans son livre L’Afrique de l’Ouest bloquée (L’économie politique de la colonisation) : « Écrire l’économie politique de l’Afrique de l’Ouest, qui a accédé à l’indépendance en 1960, c’est faire l’histoire d’une croissance extravertie, c’est-à-dire impulsée par la demande extérieure et financée par le capital étranger. L’expérience historique montre que cette croissance extravertie est croissance sans développement, synonyme de sous-développement. Car la ponction exercée sur le surplus par les centres développés du système mondial ruine toute possibilité d’une modernisation agricole radicale et d’une industrialisation profonde. Au plan social, elle façonne des structures qui ferment à leur tour tout espoir de progrès. »

Le principal problème des pays africains, comme le démontrent les économistes que j’ai lus, est qu’ils ont une croissance qui n’est pas redistribuée. Nous avons un système fiscal qui n’est pas performant. Le taux de pression fiscale dans la plupart des pays africains est à 15 % du PIB alors qu’en France, par exemple, il est à 45 % du PIB. Le système de redistribution en Afrique ne permet pas au plus grand nombre de bénéficier des fruits de la croissance.

Au Nigeria, par exemple, première économie du continent avec un PIB de 461 milliards (en 2018) et premier producteur de pétrole en Afrique, l’économie est dynamique mais incroyablement inégalitaire. En bas des personnes richissimes, plus de 80 millions d’individus survivent avec moins de 2 dollars par jour. Or, le Nigeria produit 100 millions de tonnes de pétrole par an, mais c’est le seul pays au monde disposant d’importantes ressources pétrolières à présenter un déficit budgétaire (2007). Ne soyons donc pas surpris de la révolte (insécurité) et du phénomène de l’émigration clandestine dans cette contrée du sahel.

Face à ce tableau sombre, comment voulez-vous retenir les jeunes en Afrique sans espoirs et sans perspectives ? Les dirigeants africains sont plutôt préoccupés par le souci de s’éterniser au pouvoir. Ils sont dans des jeux de pistes complexes, dans la politique politicienne, dans le bradage des ressources, dans l’enrichissement illicite, dans l’évasion fiscale, dans la manipulation de l’opinion…

Il est clair que, au vu de ces faits, les dirigeants africains ont des défis auxquels ils doivent trouver des solutions. D’ici 2050, l’Afrique doit créer plus de 500 millions d’emplois pour permettre à sa jeunesse d’avoir un avenir prometteur. Pour y arriver, il nous faut des dirigeants normaux, patriotes, conscients des enjeux de développement, justes et efficaces. Des dirigeants capables de poser un acte de courage : sortir du néolibéralisme, appliquer strictement les règles de la bonne gouvernance, élaborer des programmes économiques qui apportent des solutions aux problèmes endogènes avec une croissance permettant le développement. L’élite politique africaine doit s’attaquer aux questions de fond pour trouver des solutions concrètes afin d’éviter de différer les problèmes.

El Hadji Omar Massaly
Écrivain

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.