Ads 1

LE MUSULMAN C’EST LA DISCIPLINE ET LE DISCERNEMENT

0 420

Difficile de diriger le Sénégal, c’est l’un des enseignements que l’on peut tirer de cette pandémie qui touche le monde. Il est vrai que l’indiscipline, l’insouciance, la naïveté, l’incivisme etc, ont toujours caractérisé nos faits et gestes mais la situation qui prévaut avec le Coronavirus a fini de convaincre les plus sceptiques.

Le plus déplorable dans cet état de fait, osons le dire, ce sont les musulmans ou soit disant musulmans qui symbolisent le plus ces pratiques. Pire encore, ils sont encouragés, influencés, guidés ou manipulés par des chefs religieux et/ ou des prêcheurs. Lorsque la maladie a fait son apparition, le clergé a pris des mesures, demandant la suspension des offices religieux dans les églises pour les chrétiens. Les fidèles musulmans continuant de se retrouver dans les mosquées. Lorsque l’autorité a pris la décision de fermer les lieux de culte. A aucun moment l’on a entendu la communauté chrétienne rouspéter, protester ou manifester une quelconque défiance..

Il ne s’agit pas de mettre deux communautés l’ une en face de l’autre, mais de montrer le comportement du vrai croyant (qu’il soit musulman ou chrétien).

Les musulmans- je rappelle que c’est un ensemble de comportements- sont montés sur leurs grands chevaux.

L’Islam est une des rares religions à valider une prière faite n’importe où dans l’Univers (les astronautes musulmans prient aussi) à quelques exceptions. Dans un hadith connu de tous, le prophète Mohamed (PSL) dit : La terre entière est un lieu de prière, hormis le cimetière et le Hammam [salle de bain]. Rapporté par Tirmizi (rta).

Ailleurs des pays tels que la Mauritanie, le Maroc, L’Algérie, le Koweït, l’Arabie Saoudite et la République Islamique d’Iran (certains sont réputés pour une pratique rigoureuse de la religion) entre autres ont fermé leurs mosquées. Certains diront que nous n’avons pas à prendre référence sur ces nations mais n’oubliez pas que la quasi-totalité des prêcheurs et ou des guides religieux connus et respectés ont affûté leurs armes dans ces madrasas. S’ils n’y sont pas allés, ils ont reçu des enseignements de la bouche des maîtres ayant séjourné dans ces pays. Parmi les quatre rites reconnus (Malikite, Hanbalite, Chaféite, Hanafite) aucun n’est issu du Sénégal.

D’autres diront qu’ils recherchent les autres bienfaits donnés à celui qui prie en communauté alors qu’ils prient en compagnie des membres de leurs familles. S’il est impossible parce que personne ne peut diriger la prière là où ils vivent alors, ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. L’Etat n’est pas responsable de leur égarement.

A l’égarement de ces citoyens il faut ajouter la non compréhension de l’Islam et/ou la défiance de certains prêcheurs (il existe une catégorie de prêcheurs affairistes). Aujourd’hui, à l’image des autres corps de métiers il urge de réguler le secteur car il ne suffit pas de sortir d’un Daara , de parler arabe pour pouvoir parler théologie. Dans les grands pays n’est pas devant le micro ou devant la caméra qui veut. Aucun prêcheur n’ose aller à l’encontre des politiques du gouvernement. Dans les états du golfe, les prêches du vendredi sont écoutés par des agents du gouvernement (renseignements généraux). Tout sermon qui peut troubler ou empêcher l’autorité de bien faire son travail est signalé.

Pour revenir à la fermeture des mosquées, lisons ces propos : d’ après Muhammad Ibn Sirin : Dans un jour de pluie, Abdallah Ibn Abbas (qu’Allah les agrée son père et lui) a dit à son mou’ adhin (muezzin): « Lorsque tu dis -Ach hadou Anna Muhammadan Rassoulou Lah- alors ne dis pas -Haya’ Ala Salat( accourez à la prière) mais dis -Sallou Fi Bouyoutikoum-»(pirez dans vos demeures) .

C’est comme si les gens avaient réprouvé cela alors, il a ajouté : « Celui qui était meilleur que moi a fait cela. Certes le joumou’ a est une obligation mais j’ai certes détesté le fait de vous faire sortir de vos maisons pour vous faire marcher dans la boue et la gadoue glissante ».

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°901 et Mouslim dans son Sahih n°699.
Dans la tradition rapportée ci-dessus, le « meilleur que moi » dont parle Abdallah Ibn Abbas est le prophète Mohamed (PSL). Alors si pour de la boue on permet aux musulmans de rester chez eux pour prier alors pourquoi on doit ouvrir les mosquées pour aider à répandre une maladie contagieuse et mortelle ?

Nul besoin de connaissances approfondies ni d’études de théologie à Al Azhar pour connaitre la décision la plus sage. Aujourd’hui l’on a décidé d’ouvrir les lieux de cultes, vous trouverez des fidèles qui vont entrer dans ces lieux de culte sans masque et qui après la prière vont vous serrer la main, disant que c’est une sounna.

Pour les guides religieux, ils font souvent l’objet de manipulation de la part de chambellans et de proches qui gèrent des intérêts personnels.

Je n’ai rien contre les confréries puisque je suis un disciple de l’une d’elles mais ce n’est pas une question de nom de famille ni de descendance. Le Guide religieux c’est quelqu’un qui a accepté d’étudier et de connaître les enjeux du monde moderne.

Le pouvoir est légitime pour qui croit en Dieu : dis: « ô Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent}. [Coran 3: 26]. Ainsi ce serait un paradoxe de se proclamer musulman et de se liguer contre un Président de la République élu surtout si celui-ci ne combat ni la religion ni les hommes qui ont eu la chance de naître avec une grande famille religieuse.

Pour terminer, l’Islam est une religion qui œuvre pour la paix, l’harmonie et la solidarité dans la société. Malheureusement c’est au Sénégal que l’on insulte le guide religieux d’une autre confrérie sur les réseaux sociaux, c’est au Sénégal que l’on se permet de colporter des contrevérités sur le dos d’un érudit qui a vécu tranquillement et qui a marqué son époque ? c’est au Sénégal, pays dit de la Téranga qu’on envoie en enfer toute autre personne qui est d’une autre obédience confrérique. Et osons le dire, ce sont des « musulmans » qui sont les auteurs de ces faits.

L’Islam ne recommande ni laisser-aller, ni indiscipline, ni manque de civisme ni insouciance. Si les musulmans font 97% de la population sénégalaise et que 90 % de cette communauté ont des comportements aux antipodes des recommandations divines et du respect de la législation il faut s’inquiéter.

Bachir BA, Journaliste

 

Laisser un commentaire