Ads 1

LE DÉBAT POLITIQUE DANS L’OPPOSITION, UNE NÉCESSITÉ POUR LA VITALITÉ DÉMOCRATIQUE AU SÉNÉGAL (Par Ansou SAMBOU)

0 560

Le débat politique dans l’opposition, une nécessité pour la vitalité démocratique au Sénégal

Dans ces multiples publications sur Facebook, mon ami et frère Amadou Ba avait évoqué avec insistance, une bipolarisation de l’opposition. Mon message ne va pas s’appesantir sur ce fait mais plutôt la motivation d’une telle opinion.

Si je me trompe, je lui donne l’autorisation de me recadrer par des précisions.

En réalité, l’origine de cette analyse repose sur des constats:

  1. L’opposition comporte deux blocs distincts : le FNR (front national de résistance) formé par PDS, Pastef, ACT etc. et le bloc que je nomme GRAND ANONYME formé par des leaders mais pas des Partis politiques. Il s’agit de Pape Diop, Cheikh Hadjibou Soumaré, Idrissa Seck, Madické Niang, El Hadji Issa Sall et Malick Gakou.
  2. Les différences d’opinions et les choix tantôt différents parfois même opposés, laissent paraître une opposition clivée.
  3. Les critiques que font certains opposants aux critiques formulées par leurs pairs opposants en disent long sur ce clivage,
  4. Les alliances brusques qui s’opèrent entre opposants radicaux d’alors et le Parti au pouvoir sont aussi des raisons qui fondent cette analyse.

D’où l’importance d’admettre désormais l’existence d’un clivage profond au sein de l’opposition sénégalaise.

Et l’idée selon laquelle, je n’attaque ni ne critique pas les opposants pour ne pas affaiblir l’opposition face à Macky, est révolue et caduque. Une caducité qui est d’autant plus vraie et insistante que même dans les périodes de faiblesse du régime, des opposants trouvent toujours l’occasion, la peine d’attaquer gratuitement leurs camarades opposants.

L’enthousiasme de certains opposants face à un lynchage mediatico-politicien d’un opposant montre la désunion et la jalousie haineuse qui règne au sein de cette opposition sénégalaise.

L’idée d’une unicité de l’opposition dans les combats même de principes, est une utopie qui se confirme de jour en jour.

Et donc, l’urgence est la nécessité que chaque frange de l’opposition dessine son courant, se fraye sont chemin dès maintenant pour ne plus faire de place aux amalgames inutiles.

Ce qui mettra les électeurs à l’aise et facilitera les choix électoraux dans les prochaines échéances électorales : 2021, 2022, 2024.

J’en ai fini avec l’obsession d’une opposition « monolithique » et disciplinée dans sa guerre contre les pratiques anti démocratiques du Benno Bokk Yakaar et son chef.

Il faut que les journalistes réorientent le débat au sein d’une opposition qui refuse d’assumer ses clivages et ses contradictions internes.

Loin pour moi de réduire le débat politique aux seules divergences de l’opposition mais de considérer toutes les formations politiques comme étant des concurrents.

Cette méthode aura pour bénéfice, de faire émerger l’excellence et le talent qui n’ont de critères d’appréciation que la vision politique et les idées du leader.

Les populations finiront par distinguer les politiciens avec une vision claire des politiciens mystificateurs qui n’ont pas un milligramme de conviction et d’étoffe intellectuelle.

Que dire du Patriotisme ?

Il saute à l’œil lorsqu’on fouille le parcours du supposé leader et ses opinions sur les questions qui touchent la souveraineté sur toutes ses dimensions : économique, militaire sanitaire, pharmaceutique, géopolitique, éducative, culturelle…

Cette opposition est clivante et ni notre fausse union, ni notre courtoisie aux forceps ne peuvent en voiler ou dissimuler le caractère.

Pour autant, elle ne saurait empêcher les alliances de lutte pour un processus électoral transparent, les alliances de second tour présidentiel face à un candidat de l’APR et les alliances stratégiques lors des municipales.

Ansou SAMBOU, panafricain convaincu et militant politique d’opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.