Ads 1

LA PRÉFÉRENCE NATIONALE AU SÉNÉGAL, UN CONCEPT DONT LA PATERNITÉ REVIENT AU PDG ABDOULAYE SYLLA. (Par Khadim NGOM)

0 857

Beaucoup de combats économiques ont été menés par le patronat Sénégalais pour défendre l’intérêt supérieur de la nation quand il s’agit d’une concurrence entre les agents économiques local et étranger que ce soit dans l’attribution des marchés publics ou dans l’investissement privé national et international.

En effet, la question que les sénégalais doivent poser, est celle de savoir pourquoi leurs combats n’ont pas eu un tel succès eu égard aux enjeux économiques ?
L’insuccès de leurs combats est du sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs que sont :

D’abord sur les moyens utilisés pour parvenir à des résultats escomptés ;
Ils n’avaient qu’un seul et unique moyen ce sont les rencontres périodiques annuelles ave le Chef de l’État pour exposer leurs revendications et espérant à ce dernier des décisions politiques fortes à leur faveur.

Ensuite, le caractère restrictif et sélectif des membres des organisations patronales ;
Pour eux, les combats économiques doivent être l’affaire des grandes entreprises et des géants de l’économie. La non implication de tous les acteurs de l’économie (PEM, grande entreprise, secteur formel, secteur informel, entrepreneur et l’opinion) rend inefficace leurs actions.

En fin, la dichotomie entre la conceptualisation de leurs idées et la réalité de la situation économique du pays ;
Les organisations patronales du Sénégal tels que le Conseil National Patronat (CNP), le Conseil National des Employeurs du Sénégal (CNES), Mouvement des Entreprise du Sénégal (MEDES) et le Club des Investisseurs Sénégalais (CIS) semblent pourtant défendre le même but c’est de contrer la concurrence étrangère qui rafle presque tous les marches d’envergure mais utilisent des idéologies de combat qui sont aux antipodes des urgences de l’heure et qui interpellent l’État au premier chef.

Face à ces problématiques liés à une économie extravertie, le chômage des jeunes, la faiblesse de la pression fiscale et l’inflation, la préférence nationale reste la solution.

Elle est l’incarnation parfaite du patriotisme économique et du contenu local qui est devenue aujourd’hui un challenge international engendré par le nouvel ordre mondial post Covid.
Ce nouvel ordre mondial change de nature de politique à économique qui détermine ainsi les règles du droit international économique.

L’État du Sénégal semble tirer des leçons de ce nouveau phénomène qui exige la mise en place d’un système de protection de l’économie nationale par la modification du code des marchés publics et l’adoption de la loi de 2019 portant contenu local dans le secteur des hydrocarbures. Par conséquent, malgré tous les efforts consentis par l’État à ce sens, nous avons constaté que la préférence nationale n’est pas mise en avant dans les politiques économiques de l’État vu le nombre de marchés publics accordé aux entreprises étrangères.

Au Sénégal, on ne peut pas parler de préférence nationale sans évoquer le rôle important qu’a joué l’homme d’affaire Abdoulaye Sylla PDG Ecotras et Président du Club 50% PN.
Ce club, à l’espace de quelques mois, a réalisé des résultats probants par une approche très dynamique et intégrée de tous les sénégalais quels que soient leurs statuts, leurs appartenance politique, religieuse, ethnique et sociale pour qu’ils se sentent insérer au cœur du processus du combat économique qu’il compte mener dans l’intérêt du Sénégal.

C’est pour cette raison, on attire l’attention du Président de la république et de son gouvernement quand ils auront légiféré sur des questions relatives à la préférence nationale d’associer Monsieur Abdoulaye Sylla pour une meilleure prise de décisions en faveur du secteur privé national. Car, c’est la seule voie pour aboutir à une économie faite par des sénégalais et pour les sénégalais.

Khadim NGOM ;
CONSEILLER JURIDIQUE

Laisser un commentaire