Ads 1

JOURNÉE DE SENSIBILISATION À L’ÉGALITÉ DES DROITS POUR LE MAINTIEN DES FILLES À L’ÉCOLE ET LA FÉMINISATION DES PROFESSIONS JURIDIQUES.

0 365

Le Centre culturel de Ziguinchor était le théâtre de la Journée de sensibilisation à l’ égalité des droits pour le maintien des filles à l’école et la féminisation des professions juridiques ce week-end par l’ Association des femmes magistrates du Sénégal en collaboration avec l’ Inspection d’ Académie de Ziguinchor sous l’ égide de l’ Adjoint au Gouverneur de région, M. Sidy Guissé Diongue chargé des affaires administratives.
L’ objectif était de conscientiser davantage les jeunes filles leaders sur les questions liées à l’ éducation particulièrement celles liées à l’ équité et à l’ égalité des chances dans l’ éducation, sur les stéréotypes basés sur le genre mais également s’ entretenir avec les professions juridiques afin de susciter des vocations et de faire nourrir des ambitions chez les potaches.
Une ambition partagée par les acteurs pour interroger les taux d’ achèvement et limiter la déperdition scolaire.

En marge de cette rencontre, l’ Inspecteur d’académie de Ziguinchor, M. Cheikh Faye est revenu en large sur l’ objet de la journée et les objectifs visés.
Pour le patron de l’ école dans la région,  » nous venons de recevoir ici à Ziguinchor l’ Association des femmes magistrates du Sénégal venue donc pour sensibiliser les jeunes leaders sur les questions liées à l’ équité et à l’ égalité des chances dans l’ éducation mais également s’ entretenir avec les élèves sur les professions juridiques. », dira t-il d’ emblée.
C’est, ajoute t-il, « une initiative que nous saluons, que nous avons accompagné et soutenu tout simplement parce que c’est une préoccupation partagée en ce sens qu ‘au Ministère de l’éducation nationale, la problématique de l’ éducation des filles surtout celle de l’ équité et de l’ égalité des chances entre les garçons et les filles face aux questions d’ éducation est une préoccupation majeure « , insiste t-il.
En témoigne, selon l’ inspecteur Cheikh Faye de l’ Académie de Ziguinchor,  » l’ audit de genre en cours et dont le rapport a été validé tout récemment, un audit qui doit déboucher vers l’ élaboration et la mise en œuvre d’ une stratégie d’ institutionnalisation de l’ égalité et de l’ équité garçons -filles dans l’ éducation assortie d’ un plan d’ action.
C’est donc une préoccupation partagée et l’ Association des femmes magistrates ambitionne de soutenir l’ éducation des filles pour un peu contribuer à la résolution des inégalités de chance entre garçons et filles qui persistent dans certaines localités « , renseigne t-il.
Pour le cas spécifique de la région de Ziguinchor, dira l’ Inspecteur d’ académie,  » nous avons un progrès réel, nous avons des acquis sur le plan de l’ accès car du préscolaire au secondaire, l’indice de parité est en faveur mais cela ne devrait pas masquer une réalité, c’est celle du maintien « , met1?-il un bémol.
Poursuivant son argumentaire, il dira que » si nous interrogeons les taux d’ achèvement, ils baissent de l’ élémentaire au secondaire. Ce qui veut dire qu’il y a une forte déperdition scolaire certes plus importante chez les garçons mais très préoccupante au niveau des filles « , informe t-il.

Mais, précise t-il,  » si la déperdition au niveau des garçons est liée à des questions de mind-set c’est à dire d’ état d’esprit en ce sens que la plupart des jeunes actuels sont très pressés et n’ ont plus la patience et la résilience nécessaires pour mener des études très longues sont plus orientés vers des activités génératrices de revenus parce qu’ ils ne trouvent pas l’ éducation comme moyen d’ ascension sociale alors la question est bien cernée et relève d’ un état d’esprit ; tandis que chez les filles, le décrochage est lié à une question en lien avec leur situation de vulnérabilité mais également des questions de droit », constate t-il.

C’est pourquoi, note t-il, que « cette rencontre trouve toute sa pertinence qu’il aborde ces questions sous l’ angle du Droit car les causes qui sont jusqu’ ici identifiées étant les principales sources de décrochage ici au niveau de la région sont d’ abord la question des mariages et des grossesses précoces, ensuite celle des violences à l’ école ou sur le chemin de l’ école et c’est pourquoi la question de la masculinité positive devrait être vulgarisée au lieu de les violenter ; troisième élément, c’est la question des méthodes pédagogiques qui, dans la didactisation ne prennent pas suffisamment en charge la dimension genre et créant ainsi des disparités et de l’ inéquité dans les enseignements -apprentissage et dernier élément, c’est la question des infrastructures dont l’ absence de toilettes ou de blocs séparés accentuant chez les filles surtout pendant les périodes de menstruations et pouvant conduire à une insuffisance de résultats et finalement de décrochage « , déplore t-il.
Et c’est pourquoi, en terminant, d’ après l’ Inspecteur d’ Académie de Ziguinchor, il faut » intégrer ces questions dans le plan d’ action qui doit accompagner la stratégie de la prise en charge des questions de genre au Ministère de l’éducation nationale « , suggère t-il.
Lui emboîtant le pas, Mme Ndiaye Marguerite Tecane, Présidente de l’association des femmes magistrates du Sénégal dira que » l’ objet et la finalité de notre présence à Ziguinchor et de notre association est évidemment d’ intéresser les jeunes filles aux métiers de droit. », indique t-elle.
Avant d’ ajouter que » je crois que dans le monde d’ aujourd’hui, dans notre Sénégal d’ aujourd’hui, nul ne devrait se permettre de rester dans son confort. Nous magistrates, nous sommes soumises à beaucoup de suggestions dont une certaine réserve mais je ne crois que nous foulions allègrement cette obligation « , observe t-elle.
Poursuivant, elle précise que » personne ne peut se permettre d’ être blasé dans ce pays. Il faudrait que chacun mette la main à la pâte alors que nous, il nous paraît opportun de sillonner les régions du Sénégal « , note t- elle.
Et de terminer son speech en déclarant que » nous avons commencé par Ziguinchor et de parler aux jeunes filles, de leur offrir et de leur montrer des modèles mais avec de très jeunes magistrates d’ ailleurs qui ne sont pas beaucoup plus âgées que ces jeunes filles et donc cela fait rêver et nous tous sommes passées par là et une vocation est née à partir d’ une soutenance de thèse ou d’ une prestation de serment des juges et des avocats et au moment où nul ne peut pas faire abstraction ou ignorer les réseaux sociaux, les contre-valeurs ont pris le dessus sur nos valeurs et je crois que nous allons essayer de remonter la tendance en les faisant rêver et en suscitant des vocations en ciblant les jeunes filles d’ autant que nous sommes 102 magistrats femmes sur presque 600 magistrats au Sénégal et donc vous constatez aisément que les femmes sont faiblement représentées au sein de la magistrature « , conclut -elle.
C’est dire donc qu ‘au sortir de cette journée, et pour rester en droit ligne avec leurs souhaits, l’ Association des femmes magistrates, aura nourri des motifs légitimes d’ espoir d’ avoir atteint leurs objectifs de semer les germes d’ une future relève au sein de la magistrature sénégalaise au moyen d’ une sensibilisation réussie à l’ égalité des droits pour le maintien des filles à l’école et à la féminisation des professions juridiques en suscitant des vocations et nourrissant des ambitions en leur présentant des jeunes magistrates comme modèles.
 
Oumar Jean DIATTA (Ziguinchor)

Laisser un commentaire