Ads 1

IL URGE POUR CHACUN DE MESURER LA GRAVITÉ DE LA SITUATION POUR REDRESSER LA BARRE (Par Ismaila DIALLO, DÉPUTÉ YAW)

0 472

À l’assemblée nationale, en plénière j’avais évoqué, lors du vote du budget du ministère des finances, les risques budgétaires. Au-delà des risques exogènes tels que la Covid-19, la guerre russo-ukrainienne, j’avais insisté sur les échéances électorales émaillées d’une volonté manifeste d’écarter des candidats potentiels à la présidentielle de 2024 et surtout cette velléité absurde du Pr Macky Sall de tenter une troisième candidature.

Aujourd’hui, ce procès en diffamation, hautement politique, vient de confirmer nos préoccupations. Nous avons constaté avec amertume que notre économie a été frappée d’un coup d’arrêt (pertes estimées à 9 milliards rien que pour la journée du 30), avec des conséquences néfastes sur les recettes fiscales et le quotidien déjà difficile des Sénégalais.
Force est de constater que l’objectif d’une croissance économique à 2 chiffres ( 10,1%) ne sera pas atteint.

L’autre constat amer est que le président Macky Sall ne maîtrise pas son PSE. L’axe 3 du PSE, tant vanté, sur la gouvernance, la paix et la sécurité est aujourd’hui galvaudé, et reste ni plus ni moins qu’une belle parole entassée sur du bout de papier.
Les Sénégalais vivent les détournements, le dernier en date concernant le rapport de la Cour des comptes sur la gestion de la Covid-19.
Il s’y ajoute l’effondrement de l’État de droit et les persécutions et arrestations tous azimuts. Dans cette entreprise les Institutions – notamment celle législative – paient lourdement le tribut de cette dérive autocratique qui frôle l’anomie. En effet des députés en écharpe, donc arborant nos couleurs nationales, sont désormais régulièrement gazés lors des manifestations – expression démocratique citoyenne pourtant consacrée par notre Constitution. Quel affront énorme à notre nation ! Notre collègue Guy Marius Sagna s’est retrouvé blessé au moins deux fois par les forces de sécurité, qui, devant rester républicaines, sont systématiquement réduites à une machine répressive au service du pouvoir pour brimer jusqu’au sang ou à la mort des manifestations armés du drapeau national. Il a été plusieurs fois malmené, malgré son immunité, lui comme d’autres d’ailleurs, et même gardé à vue, avant d’être libéré. L’État de droit souffre. Notre Assemblée nationale est paralysée, avec un président à la remorque pour ne pas dire à la solde de l’exécutif. Depuis sa mise en place, elle n’a siégé que 4 fois : en Commission des Finances, en plénière, pour l’emprisonnement des députés de l’opposition et pour exclure – abusivement d’ailleurs et contre toute orthodoxie – l’honorable députée Aminata Touré dite Mimi. Toutes ces dérives sont regrettables, mais aussi et surtout, la stigmatisation rampante, en ciblant des noms de famille ou d’ethnies pour des délits des plus graves, comme pour les mettre à l’index. Cela est inadmissible et pernicieux pour la cohésion nationale. Nous ne sommes pas loin des clivages ethniques, à Dieu ne plaise, qui ont été une source de tous les désastres dans beaucoup de pays. Ne faisons donc pas semblant que nous n’avions rien vu.

Il urge pour chacun de mesurer la gravité de la situation pour redresser la barre et prendre nos responsabilités pour la restauration de nos fondamentaux qui désertent lentement, mais sûrement notre chère nation.

Dr Ismaila DIALLO
Député Assemblée Nationale
Responsable PASTEF

Laisser un commentaire