Ads 1

ÉLECTIONS DE REPRÉSENTATIVITÉ DES SYNDICATS D’ENSEIGNANTS: VERS UNE ANNULATION DU SCRUTIN

0 52

Au lendemain des élections de représentativité syndicale des enseignants, un recours en annulation avait été déposé par le Sydels, l’Ois/RD, le Sunir, Saemes et l’Uden/R, suite à de nombreuses anomalies observées par les plaignants et qui, selon eux, avaient accompagné le processus électoral. 70 jours après, le tribunal se réunit pour vider le dossier, mais, le délibéré est rabattu au 28 novembre prochain, pour absence des conseils du Ministère du Travail qui avait organisé les élections.

Suffisant pour que le camp de Pape Mamadou Kane, SG Sydels, crie déjà victoire en compagnie de ses camarades de la FEDER (Fédération des centrales d’enseignants) et promettent de saisir l’Etat pour qu’on comité ad hoc puisse voir le jour pour que Mansour Sy soit définitivement dessaisi.

Le recours en annulation des élections de représentativité syndicale de l’éducation et de la formation dans le secteur public a donc été évoqué à l’Assemblée générale de la Cour d’Appel de Dakar ce mercredi 12 juillet. Mais en l’absence de l’avocat-conseil du Ministère du Travail, le délibéré ne pouvait se faire et il a été retenu pour le 28 novembre prochain en présence des deux parties.

Mais à en croire Momar Issa Niang, chargé des revendications et Papa Mamadou Kane, SG Sydels, « il y a de fortes chances que le scrutin soit annulé au regard des nombreuses anomalies qui ont accompagné le processus électoral. Ces anomalies ont pour nom : corruption, dysfonctionnements, bourrages d’urnes, fraudes, etc.

Par conséquent, on ne pouvait accepter le verdict rendu public par le Ministère Public et on a avait déposé un recours en annulation qui, aujourd’hui, au regard des motifs qui ont été évoqués, nous pousse à croire que les élections seront purement et simplement annulées », espèrent le leader du Syndicat démocratique des enseignants libres du Sénégal et ses camarades.

Si tel était le cas, « nous plaiderons pour que le Ministre Mansour Sy soit dessaisi pour qu’il n’organise plus les élections. Et à la place, on suggérerait à l’Etat qu’un comité ad hoc soit mis en place pour organiser le scrutin, à défaut de la Commission Nationale pour le Dialogue Social », martèlent-ils.

Youssouf NDIONGUE

Laisser un commentaire