Ads 1

EL HADJI OMAR MASSALY : «À CAUSE DE L’ÉCLATANTE VICTOIRE DE L’INTER-COALITION YEWWI-WALLU, L’AVENIR POLITIQUE DES LEADERS DE BBY EST INCERTAIN À SÉDHIOU»

0 592

Très encré dans la région de Sédhiou, notamment Sédhiou commune avec le ministre maire Abdoulaye Diop, le Bennoo Bokk Yaakaar a enregistré une défaite inédite dans le département de Sédhiou lors du dernier scrutin du 31 juillet. Qu’est ce qui est l’origine de ce coup de tonnerre?

Dans un entretien avec Seneweb, El Hadji Omar Massaly écrivain,communiquant et spécialiste des questions politiques, décortique cette défaite cuisante et nous livre les raisons du renversement de situation.

𝐂𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐚𝐧𝐚𝐥𝐲𝐬𝐞𝐳-𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐜𝐞𝐭𝐭𝐞 𝐝é𝐟𝐚𝐢𝐭𝐞 ?

Pour reprendre Patrick Charaudeau, les raisons d’une victoire électorale sont toujours multiples. Mais, il faut, d’emblée, reconnaître que ce que j’appelle la « tempête Yewwi-wallu » n’a pas épargné Sédhiou. Plusieurs facteurs expliquent cette victoire de l’opposition. La première c’est l’union de l’opposition. Je l’ai dit, et les résultats m’ont donné raison, à chaque fois que l’opposition place l’intérêt supérieur de la nation au-dessus des logiques partisanes pour s’unir, elle affaiblit le pouvoir en place à Sédhiou. C’est ce qui s’est passé lors des élections référendaires de 2016. Le NON avait gagné aussi bien dans la commune que dans le département avec une totale de 13 446 voix contre 12 365. Voyez-vous que l’écart n’était pas aussi énorme. Pour ces législatives, la coalition Yewwi-Wallu totalise 19 736 voix et le BBY 16 226 voix. Pire, dans la commune de sédhiou le maire Abdoulaye Diop, et tous les ténors de l’Apr réunis, ont été battus dans les 6 bureaux de vote sur les 7 avec un écart de 969 voix. L’union de l’opposition, adoubée par le phénomène Sonko, exacerbée par la colère de certains jeunes envers une gestion clanique du maire Abdoulaye Diop, est la véritable cause de cette défaite. Quand on regarde les réseaux sociaux et quand on décrypte la joie après la victoire, on comprend clairement que les populations en avez ras-le-bol de « ces goulots qui étranglent » Sédhiou. Parce qu’en effet, en face, c’est-à-dire le pouvoir, il n’y avait ni contenus programmatiques, ni communication structurée, ni arguments solides pour convaincre l’intelligentsia Sédhioise qui a vivement joué sa partition pour la victoire de l’opposition. Toute la communication de la campagne du BBY s’est jouée sur les petites réalisations du président. En bon stratège de com, c’était très facile de casser leur communication.

𝐕𝐨𝐮𝐬 𝐚𝐯𝐞𝐳 𝐩𝐫𝐢𝐬 𝐩𝐨𝐬𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐞𝐧 𝐝é𝐟𝐞𝐧𝐝𝐚𝐧𝐭 𝐥𝐚 𝐜𝐨𝐚𝐥𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐘𝐞𝐰𝐰𝐢-𝐖𝐚𝐥𝐥𝐮 𝐩𝐨𝐮𝐫𝐪𝐮𝐨𝐢 ?

Parce que je crois que les députés du BBY vont aller à l’assemblée pour féliciter le président Macky Sall. Encore que la tactique utilisée par le BBY c’est de nous placer, comme candidat, Abdoulaye Diop et Dr Annette Seck qui, à coup sûr, n’auraient jamais été à l’assemblée. Pourquoi devons-nous pas laisser les populations choisir des députés qu’elles croient capables d’accomplir la mission. Déjà, le BBY n’avait pas osé nous présenter le bilan qui choque la morale des députés de la 13e législature. Sédhiou est une ville d’intellectuels et de compétences, nous ne pouvons plus accepter que des gens qui n’ont ni niveau ni compétence nous représentent à l’assemblée. Je suis un homme qui a toujours été engagé et déterminé. Je ne cautionne pas qu’on nous impose des gens juste parce qu’ils soutiennent tel ou tel autre politicien. Il faut aller au-delà des logiques partisanes parfois. Et je considérais que Ayib Daffé, le candidat de l’inter-coalition Yewwi-wallu, a les compétences requises.

𝐂𝐨𝐦𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐯𝐨𝐲𝐞𝐳-𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐥’𝐚𝐯𝐞𝐧𝐢𝐫 𝐝𝐞𝐬 𝐥𝐞𝐚𝐝𝐞𝐫𝐬 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐝𝐮 𝐁𝐁𝐘 𝐒é𝐝𝐡𝐢𝐨𝐮 ?

Incertain. Souvent nous avons des leaders qui n’ont pas une offre politique solide. La plupart y sont pour avoir une base locale afin d’être promu au niveau national. En ce qui concerne Abdoulaye Diop, qui a bâti toute sa stratégie politique sur le pouvoir de l’argent, je crois que ça sera difficile, voire quasi impossible pour lui de se remettre de cette défaite cuisante. Tout dépendra de sa carrière au niveau national et de sa stratégie. Un peu d’humilité l’aidera à aller loin. Pour les autres, je les conseille d’avoir un spectre large et de penser au-delà de l’Apr. Parce que c’est fini pour le pouvoir de Macky Sall. Maintenant, je pense que d’autres profils, surtout jeunes, vont émerger à Sédhiou. Et mois je crois à la jeunesse. La politique alimentaire et le pouvoir de l’argent sont finis. Il faut des arguments, une vision claire, des programmes et un engagement désintéressé. Et c’est là que je salue le travail de certains jeunes intellectuels qui ont, très vite, été dans l’éveil de conscience citoyenne. Les jeunes doivent prendre les devants.

𝐋𝐞𝐬 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞𝐬 𝐝𝐨𝐢𝐯𝐞𝐧𝐭 𝐩𝐫𝐞𝐧𝐝𝐫𝐞 𝐥𝐞𝐬 𝐝𝐞𝐯𝐚𝐧𝐭𝐬, 𝐯𝐨𝐮𝐬 ê𝐭𝐞𝐬 𝐭𝐫è𝐬 𝐜𝐨𝐧𝐧𝐮 𝐞𝐭 𝐚𝐝𝐦𝐢𝐫é 𝐩𝐚𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞𝐬, 𝐢𝐧𝐭𝐞𝐥𝐥𝐞𝐜𝐭𝐮𝐞𝐥𝐬 𝐬𝐮𝐫𝐭𝐨𝐮𝐭, à Sé𝐝𝐡𝐢𝐨𝐮, 𝐩𝐞𝐧𝐬𝐞𝐳-𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐩𝐨𝐥𝐢𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐚𝐮 𝐧𝐢𝐯𝐞𝐚𝐮 𝐥𝐨𝐜𝐚𝐥 ?

Ce que je peux dire est que je reste un homme foncièrement engagé contre l’injustice et la ploutocratie prédatrice, contre le néolibéralisme et les politiciens carriéristes. Donnerai-je une orientation politique à cet engagement ? Le moment venu j’aviserai.

Laisser un commentaire