Ads 1

DEVOIR DE RÉSERVE, OBLIGATION DE SOLIDARITÉ (Par Coumba Ndofféne DIOUF)

0 607

Camarade socialistes pour que la graine ne meurt, pour que l’avenir soit préparé dès maintenant ; j’en appelle à la retenue et au sens élevé de la responsabilité tout comme des devoirs. De tout temps, le Parti socialiste a toujours prôné le respect du débat démocratique au sein de ces instances, débat dans lequel est développé librement et sereinement tous les sujets et thèmes  concernant la vie de la nation de manière générale.

Aujourd’hui, l’activité politique exige une orientation claire. Seul celui qui peut clairement énoncer les objectifs de ses actions pourra éventuellement les atteindre, et motiver et entrainer d’autres personnes. C’est en ce sens que nous voulions évoquer la question de la vie démocratique et la liberté d’expression dans le parti. En effet, il est bien évident que la démocratie et la liberté d’opinion au sein du parti ne représentent en aucun cas une construction figée, aux limites désormais fixées à tout jamais : elle doit au contraire rediscutée en permanence, à travers des actions continues tout en étant conformes au règlement intérieur du parti et au respect de ses valeurs fondamentales.     

Cependant, ce que nous voyons présentement dans le paysage médiatique, n’est pas un débat d’idées qui relate et incarne les principes fondamentaux du parti chère au regretté Ousmane Tanor DIENG. Nous constatons des voix discordantes, qui parfois, confondent communication et prise de parole. De notre camarade Alpha Bayla GAYE responsable national des cadres de BBY Co-coordonnateur de vision socialiste à notre camarade Secrétaire général Aminata Mbengue NDIAYE et secrétaire permanant qui étaient obligés de faire des précisions dans la presse, tous les camarades ont violé le principe du respect de débat à l’intérieur des instances de base. Qu’ils s’agissent de messieurs Pierre SANE, de Gorgui CISS maintenant coutumier des faits, de Aliou NDOYE qui se positionne, comme l’a fait Serigne Mbaye THIAM, de toute évidence, ils confondent l’obligation, le devoir de préserver le Parti dans son unité et sa cohésion de parfaire son image à l’obligation de prendre la parole publiquement pour assumer ses responsabilités gouvernementales institutionnelles et électives.

En réalité, chacun est dans une situation de dédoublement fonctionnel mais si nous sommes conscients que la discipline est la force des organisations, quand il faut prendre la parole et sachant qu’on vous posera des questions sur votre appartenance politique, le minimum de politesse de bienséance et de patriotisme de parti est d’en échanger avec les camarades.

 Je saurais affirmer que si Ousmane Tanor DIENG était parmi nous, tout ceci ne saurait être l’objet de débats. Car, nul de ces camarade-là ne prendra la parole publique sans au préalable prendre conseil et balise auprès de lui.  Maintenant que chacun semble avoir sa propre ligne de conduite selon laquelle je communique donc je suis, ce qui par conséquent instaure la cacophonie et le désordre total au sein du parti.  Parce que chaque fois que vous parlez, n’engageant que votre propre personne et pouvant remettre en cause les schémas du Parti ou des idées agencées par d’autres camarades, et bien vous produisez comme effet des réactions. De réaction à réactions, on ne débat plus, on fait comme si on était dans des ébats alors qu’il y’a pas de lit ou en tout cas s’il y’a un lit, c’est le plein air, je veux dire le vide.

Aucun camarade n’a le droit de saboter la flotte donc en tant que jeune, il est de mon devoir de sauver cette graine pour qu’elle ne meure pas. De ce fait,  j’en appelle à la retenue et au sens des responsabilités. Des socialistes qui n’ont pas perdu leur âme doivent éviter de se crêper les chignons de s’offrir en spectacle au risque de ternir l’image du parti. Ils doivent se rappeler les propos du Président Mittérand « des socialistes qui n’ont pas perdu leur âme doivent avoir comme cordon ombilical la so-li-da-ri-té ».

Alors camarades socialistes, jeunes, vieux, sages, femmes ou étudiants rappelons-nous que notre patriotisme de parti nous impose l’obligation de circonspection. Même si nous devons débattre, cela doit se faire sous la base d’option idéologique tactique, stratégique, d’offres programmatiques pour enrichir notre contribution à l’amélioration des conditions de vie du Sénégal, des sénégalais comme des africains de l’ouest. Je vous y invite tous en toute humilité et relisant Senghor, « souvenons-nous d’où est ce que nous venons, là où on en est et ce qui nous appelle à l’avenir, ainsi les lamantins allant boire toujours à la source, nos pieds reprendrons vigueur en frappant le sol dur des réalités. » fin de citation Léopold Sédar Senghor dont nous devons être fier du legs qu’il nous a laissé et de son parcours. Souvenons-nous aussi qu’Abdou DIOUF, bien que détaché des contingences partisanes et de la politique politicienne au quotidien, nous regarde avec le vœu de nous voir soudés, unis en tant que roche mère faisant un effort d’amélioration de notre offre politique pour que les différentes considérations issues de la roche-mère aient envie de se hâter, d’hâter le pas vers des retrouvailles. Retrouvaille, parlons-en, c’est possible, ça peut même aller au-delà de ce fut le PS. On peut aller jusqu’à inventer une formule qui motivera toute la gauche plurielle y compris les écologistes.

Telle est en toute humilité ma vision des choses et cela à la faveur des pérégrinations livresques. Oui, il n’y a pas un seul jour où je ne voyage pas, il y’a pas un seul jour où je ne sors pas des frontières du Sénégal comme je sors des frontières du parti socialiste sénégalais parce que simplement je sais les réseaux sociaux peuvent être dangereux mais ils peuvent être comme disait Senghor : des sources d’apport fécondant, d’apport enrichissant. Restons unis, encrés dans notre parti, ouvrons nous parce que même notre choix de cheminement dans BBY nous y engage, nous y prépare.

Coumba Ndofféne DIOUF Secrétaire Général de l’union départemental des jeunesses socialistes de Kaffrine      

                                                      

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.