Ads 1

DEUX SOEURS CONDAMNEES A ETRE VIOLEES EN INDE

0 70

Ces deux jeunes femmes de 15 et 23 ans payent en fait pour leur frère. Ce dernier s’est enfui avec une femme mariée d’une caste plus élevée.
En Inde, la condition de la femme reste très difficile, voire inhumaine. Dans un village du nord du pays, deux sœurs de 15 et 23 ans ont été condamnées à être violées, selon Amnesty International qui rapporte cette sordide histoire. L’ONG explique que ce « châtiment a été décidé par un conseil uniquement constitué d’hommes. Elle vise à punir leur frère qui s’est enfui avec une femme mariée. » « Rien ne justifie cette peine odieuse. Ce n’est pas juste. Ce n’est pas légitime et c’est illégal », s’insurge l’association de défense des droits de l’homme, qui réclame que « les autorités locales interviennent immédiatement » et invite les internautes à signer une pétition en ligne.

La sentence vise ainsi à déshonorer la famille, des intouchables. Elle a été prise après que leur grand frère a pris la fuite avec une femme mariée d’une caste supérieure, celle des jats. En février 2015, alors que les deux jeunes étaient en couple, la femme avait été mariée de force à un membre de la caste des jats. La famille de celle-ci redoute à présent aussi des représailles à son égard. The Mirror rapporte ainsi qu’elle serait sans doute aujourd’hui enceinte de son amant.

Exhibées nues, le visage peint en noir
En Inde, les intouchables représentent la caste la plus inférieure de la société et ils sont considérés comme impurs. La caste des intouchables est en théorie interdite par la Constitution indienne depuis l’indépendance du pays en 1947, mais, en 1996, 170 millions d’intouchables étaient encore recensés, rappelle BFM TV. Si les tribunaux ne reconnaissent pas les conseils de villages, non légaux, ceux-ci sont pourtant légion dans les villages reculés d’Inde et les sanctions sont appliquées.

Meenaski Kumari, la plus âgée des deux sœurs, a déposé une requête auprès de la Cour suprême pour demander sa protection, et son père a déposé une plainte auprès de deux organismes nationaux pour signaler que sa famille a été harcelée non seulement par la famille de la femme qui a fui, mais aussi par la police. Outre le viol, les deux jeunes femmes ont été condamnées à être exhibées nues dans le village, le visage peint en noir. Amnesty espère pouvoir empêcher l’exécution de cette condamnation grâce à la pétition qui comptabilise aujourd’hui 86 942 signatures.

Le Point

Laisser un commentaire