Ads 1

DÉCRÉTER L’ÉTAT D’URGENCE POUR SAUVER LE SÉNÉGAL (Par Lamine NIANG)

0 340

…….Fibre de mon cœur vert épaule contre épaule, mes plus que frères Ô Sénégalais debout

Le père de la nation Sénégalaise, feu Léopold Sedar Senghor, premier Président de Sunugaal ne pensait pas si bien dire en écrivant notre hymne national où il interpelle notre besoin urgent de nous unir et nous réunir autour de l’essentiel devant l’imperieuse nécessité d’être ensemble comme un seul homme pour faire face au danger .
Danger ? Oui danger je dis bien. Le danger est bien là parmi nous , il a longtemps frappé à nos portes comme un assaut répétitif mais que nous avons toujours opposé une négligence manifeste basée sur le discours d’un Sénégal pays de paix et de la Teranga pour nous berner nous mêmes suavement l’esprit et se faire bonne conscience que nous( Senegalais) sommes à l’abri du danger en nous répétant toujours (Yalla bakhneu) Dieu est grand.
Comme si Dieu est Sénégalais ; que ce qui arrive et se passe dans d’autres pays n’arrivera et ne se passera pas chez nous sans nul autre argument que l’optimisme d’une religiosité légendaire du pays de la baraka de Maodo, de Baye Niass , de Cheikh Ahmadou Bamba de Monseigneur Adrien Sarr où les religions se cotoient, se frottent et font bon ménage. En atteste notre intersanguinarité (métissage) issue de familles mélangées qui nous définit bien entre Chrétiens et musulmans , un pays ou Pâques, korité, ascension et Tabaski pour ne citer que celles-là se fêtent ensemble en toute harmonie sans distinction de croyance dans nos familles, des familles unies par le tout puissant à travers les liens de la fraternité et la sororité sans faille, symbole de notre cohésion nationale, notre sécurité et stabilité sociales gage de notre vivre ensemble dans la paix, la stabilité et l’amour de son prochain telle une seule nation dans une bonne République et de surcroît laïque.

Justement cette République est menacée et risque d’être déstabilisée à travers nos socles sociaux de vivre en commun en société par ce danger venu d’ailleurs et qui est parmi nous, à un degré faible mais qui pourrait prendre du volume et de l’aisance si nous n’y prenons garde.

Nous avons toujours choisi de nous voiler la face refusant d’ouvrir les yeux , prendre conscience de ce qui se passe autour de nous et prendre des mesures idoines pour barrer le chemin
Petit à petit l’ennemi (le danger) s’est installé mais n’a jamais eu d’espace de prédilection propre à lui pour s’exprimer. Il n’a rien trouver de mieux ou de plus facile que de s’immiscer et de s’engrouffer dans le terrain de la politique, cette noble passion qui a toujours eu ses actes noblesses sous nos cieux incarnée par de grandes figures de chez nous…La politique, yout dans la vie y mène qu’elle vous réussisse ou qu’elle vous réussisse pas ..c’est le constat malheureux.

Cette gangrène est bien là ; elle se traduit et s’exprime par des insultes et injures publiques à tout bout de champ , agressions physiques comme verbales en permanence, terrorisme, meurtres, appel aux casses et aux vendalismes de nos édifices publics historiques vandalisme , calomnies, bravades, défiance, menaces de toutes sortes, instauration d’une psychose permanente , sans loi ni foi jusqu’où ? Jusqu’à quand?

Chers compatriotes notre instinct de survie , notre devoir de protection, de faire face, nous sauver et sauver notre pays et son beau peuple de l’inconnu doit prendre le dessus sur toute autre préoccupation (..)

Il est temps de répondre à l’unisson de notre liaison qui nous définit, nous unit comme-des-patriotes (compatriotes ) , nous lever tous ensemble comme un seul homme issu de partout, de quelques bords qu’il soit , sans considerations aucunes au-delà de toutes appréhensions, de toutes appartenances, de toutes croyances ou obédiences, et se dresser contre ce danger qui prend de l’ampleur . Il suffit de s’y mettre, il n’est difficile à éradiquer , le bouter et repousser fermement en dehors de nos frontières. Le meurtre et le terrorisme ne sont pas Sénégalais.
Il faut assainir et securiser notre pays. Ces habitudes malsaines nous sont étrangères et néfastes surtout pour nos enfants. Quel legs allons nous laisser aux générations futures? Le même que nous a laissé nos pères fondateurs ou allons nous faire moins?

Non, nous n’en avons pas le droit.

Nous saluons fortement les efforts fournis par le gouvernement pour tranquiliser les populations par ces séries d’arrestations de fauteurs de troubles et leurs complices. Nous encourageons fort bien et demandons à l’Etat, garant de notre stabilité à aller jusqu’au bout sans état d’âme et utiliser davantage tous ses moyens à sa disposition avec la participation de tous les citoyens pour qu’il n’y ait plus jamais de cas Yarakh ou un bus a été incendié avec des personnes enfermées à l’intérieur par des assaillants meurtriers, qui a vu des enfants mourir calcinés car ne pouvant point se sauver..
Nous vivons une situation d’exception, et donc des mesures d’exception temporaires ( régime d’exeption) s’imposent si nous voulons retrouver notre Sénégal que nous connaissions tous.

SOS SÉNÉGAL
Décréter l’état d’urgence

Le mot n’est pas de trop ni prématuré, notre survie est en jeu (..) définition/motif
En cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ou en cas d’événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamités publiques

Un régime spécial s’impose..

Nous en sommes là
Nous sommes envahis et infiltrés à tous les niveaux et à des degrés insoupçonnés..
Ce qui se passe actuellement nous surprend tous, nous n’y étions jamais préparés à dire vrai

L’État , le gouvernement dans son rôle régalien à travers le Ministère de l’intérieur doit aller au-delà pour assainir le pays et sécuriser le territoire national.
Le pays est en urgence d’être sauvé, et donc un état d’urgence s’impose sur tout le territoire national afin de mieux surveiller et filtrer les entrées aéro/portuaires, frontalières , Maritimes, terrestres et autres moyens d’entrées pour finir avec ce mal afin que chacun puisse retrouver le sommeil.

Quelques mesures à revoir :

Renforcer davantage les contrôles sur les routes

Lever les accords avec les syndicats des transporteurs sur les contrôles de routine routiers (tout est possible)
Renforçons les contrôles sur les frontières (porosité)

Veiller à la surcharge des bus

Exiger de présentation de pièces d’identité dans les bus inter-regionale

Exiger un manifeste de tous les voyageurs à l’embarquement à bord avec copie départ à la gare d’embarcation

Signaler toute personne suspicieuse , louche armée ou non armée ,

Éradiquer les toddies ( maison abandonnée pour errants/ Sdf) et les logements de fortune mieux définit par l’anglais makeshit accommodation.

Rester en alerte…

Albert camus disait dans son roman LA PESTE que La bêtise insiste toujours

UN PEUPLE UN BUT UNE FOI

Lamine NIANG
Mouvement DEUGEULSABOP

Dallou Ndakarou*
Domou Deukbi
Militant du SÉNÉGAL

Laisser un commentaire