Ads 1

DE L’ESCLAVAGE À LA SERVITUDE INCONSCIENTE (Par Ansou SAMBOU)

0 80

La sujétion culturelle et la domination mentale et psychologique ont déjà causé des désastres inestimables en Afrique.

Pour s’en convaincre, il suffit de soulever des idées de décolonisation économique, politique, et d’autodétermination pour recevoir des avalanches de répliques injurieuses, toutes visant à te museler, étrangler les réflexions et à « tuer dans l’œuf », les idées que tu soulèves.

 

          Et la méthode est simple :

C’est toutes les semaines. Ils ne te soutiennent pas, ils ne t’encouragent pas non plus, mais le pire, ils te dissuadent et cherchent à te museler, te tétaniser par des prédictions calamiteuses et diaboliques pour t’effrayer et te démobiliser.

Si ce sont les gens pour qui l’on se bat, qui nous combattent, il n’est point étonnant que des négros pour qui l’on se bat se retournent contre nous.

Quiconque valide et soutient la présence de la statue Faidherbe, et s’oppose à sa démolition, c’est qu’il ignore le symbole esclavagiste et colonial qu’elle représente.

Si vous jetez votre mépris sur les africains qui prônent l’effacement de tous les symboles de l’esclavage et la violence coloniale, vous ignorez l’histoire.

Permettez-moi de vous rappeler que l’esclavage avait été aboli deux fois de suite: d’abord en 1794 puis en 1948. La première abolition s’était heurtée à la résistance des blancs négriers qui demandaient une compensation des dommages de l’abolition qu’il considérait comme une perte de propriété.

Permettez-moi de vous rappeler qu’en Haïti, l’État a versé des impôts colossaux à la France de 1848 à 1925 en guise de compensation des propriétaires négriers qui se disaient impactés par l’abolition de l’esclavage. C’est bien Victor Schœlcher qui avait signé le compromis. La Martinique a cotisé des impôts à la France jusqu’après 1950.

Ces sommes doivent être rendues aux haïtiens et Martiniquais et l’État français condamné à payer des lourdes amendes pour ce gigantesque racket injustifié.

La démolition des statues tient tout son sens ici.

Faisons un bref rappel historique

Après la révolution française, la statue de Louis 14 qui trônait à la place des victoires, est déboulonnée en Août 1794. Un décret est signé quelques jours plus tard (le 14 Août). Il stipulait : « il ne faut point laisser longtemps sous les yeux du peuple français, les monuments élevés à l’orgueil, aux préjugés et à la tyrannie. »

Tous les symboles de la monarchie absolue seront ainsi déboulonnés.

Un siècle plus tard, une statue de Louis 14 sera détruite à la place Vandome sous réclamation du célèbre peintre Gustave Courbé.

Un siècle plus tard, des dizaines de statues de Lénine et Staline sont détruites suite à la chute du communisme.

Suite à l’assassinat du dictateur Sadam Hussein, le peuple irakien avait déboulonné puis écrasé sa statue pour signifier au monde entier, la chute de son régime jugé tortionnaire.

Il en sera ainsi pour Kadafi en 2010. Les exemplaires sont nombreux.

Il est donc important de creuser encore la réflexion et les recherches pour comprendre cette envie manifeste de démolir ces symboles qui reflètent la part  sombre qu’elles portent et les blessures du passé qu’elles rappellent.

Ansou SAMBOU, panafricain convaincu et militant politique

Laisser un commentaire