Ads 1

Crash A320 : retrouver la seconde boîte noire est « la priorité »

0 84

L’essentiel :    Un Airbus A320 de la compagnie à bas coût allemande Germanwings s’est écrasé le 24 mars dans les Alpes-de-Hautes-Provence avec 150 personnes à son bord.

    Une des boîtes noires, le cockpit voice recorder, l’enregistreur de conversations, a été retrouvée et ses données sont examinées par le Bureau d’enquêtes et analyses (BEA).
    Selon les premiers éléments exploités, le copilote du vol s’est enfermé dans le cockpit alors que le commandant de bord en était sorti et a actionné délibérement la commande de descente de l’appareil.

Les opérations de recherches pour retrouver la seconde boîte noire de l’Airbus A320 de la Germanwings, qui s’est écrasé il y a six jours dans les Alpes, se poursuivaient dimanche 29 mars. Les conditions dans lesquelles travaillent les gendarmes sont très difficiles : à flanc de montagne, avec des pentes comprises entre 40 et 60°, et sur une zone de près de deux hectares où sont disséminés les débris d’un avion qui a été littéralement pulvérisé. « Il faut être sur place pour se rendre compte de ce que c’est. Il y a une turbine de l’avion qui a été projeté à 400 mètres au-dessus du lieu de l’impact », relate l’un d’eux.

Lire aussi le reportage sur place : « Tout est pulvérisé, on ne peut même pas distinguer un avion »

D’ici à lundi soir, normalement, l’aménagement d’un chemin d’accès pour des véhicules tout terrain devrait faciliter l’évacuation des plus grosses pièces de carlingue, et éventuellement l’acheminement de matériel sur place. Retrouver la flight data recorder, qui enregistre toutes les données du vol (vitesse, altitude, trajectoire…), est « la priorité depuis le début », rappelle Yves Naffrechoux, le capitaine du peloton de gendarmerie de haute montagne de Grenoble qui travaille sur la zone.

« Elle est essentielle pour la suite de l’enquête, mais on continue parallèlement – et de façon très attentive – le ramassage, la découverte des personnes pour qu’elles soient acheminées dans la vallée et identifiées », ajoute l’officier. Les équipes sur place ont, pour l’heure, réussi à isoler 78 ADN différents. Une cinquantaine d’individus travaillent quotidiennement sur les lieux de l’accident qui a coûté la vie aux 144 passagers et six membres de l’équipage présents à bord.
Un membre des équipes de recherches déployées sur les lieux du crash de l’Airbus A320 dans les Alpes, le 29 mars.

« Il y a des gens qui sont là spécifiquement pour faire de l’identification sur les corps et il y a des gens qui sont plus sur la partie enquête et sur la partie technique, pour retrouver cette boîte noire. Les zones de travail, à un moment donné, sont communes, donc on essaie de ne pas empiéter. C’est un travail collectif entre les différentes équipes », a détaillé Stéphane Laout, l’adjudant-chef du PGHM.

Laisser un commentaire