Ads 1

CONTRIBUTION : «NOUS VOULONS UNE VERTE CASAMANCE ET NON UNE CASAMANCE ROUGE DE SANG» (Par PAPE ALIOUNE DIEDHIOU)

0 57

Rebelle casamance

Le monde est dans une situation indescriptible. Par ce que la géographie qui le délimite et la politique qui la gouverne parfois créent une géopolitique qui met en conflit des entités étatiques ou parfois même des segments d’une même Nation.

 

Par cette analyse que je viens de faire, il est nullement besoin de rappeler l’histoire qui nous a conduit à 35 ans de conflit armé au Sud du Sénégal. Les sénégalais sont restés très longtemps sans être inquiétés comme jadis par cette terreur. Mais aujourd’hui, ils se réveillent tous consternés, excessivement affligés et même désagréablement abasourdis. Ils se sont encore réveillés comme dans la période 90 2008, période terriblement vécue par les citoyens sénégalais du Sud.

Mais pour cette fois ci, il ne s’agit pas d’une attaque contre l’Etat du Sénégal dans le cadre d’une lutte pour l’indépendance. Il ne s’agit pas non plus d’une provocation venant de n’importe quelle partie des protagonistes. Il ne s’agit pas plus particulièrement de l’intégrité territoriale du Sénégal. Donc, ce qui est sûr c’est que le processus de Paix  de Développement durable ne saurait être compromis. La notation à l’indice de sécurité de la Casamance ne saurait s’effriter. Je vais même jusqu’à rassurer l’opinion nationale comme internationale pour dire qu’il ne s’agit pas d’une insécurité et qu’ils peuvent continuer à miser et investir, à visiter et séjourner, en Casamance.  Il n’y a aucun lien à trouver. Maintenant. Comme il ne saurait agir de toutes ces problématiques, alors de quoi s’agit-il ?

Il s’agit de la cruelle « loi du plus fort  » d’une justice sévère sans âme et à bannir complètement. Car une justice sans équité ni respect de la valeur et de la dignité humaines est une atrocité injuste. Si nous devons tuer pour défendre la nature alors nous allons tous périr puisqu’il ne se passe pas un jour sans que l’homme ne détruise volontairement ou involontairement directement ou indirectement, la nature. Si on doit tuer un homme qui a coupé un arbre, qu’allons-nous faire de celui qui a tué un homme pour un arbre ? Non je refuse cette forme de justice ou de protection de la forêt même si je suis un militant du développement durable.

Ces atrocités doivent cesser autant les coupes abusives doivent cesser en Casamance.

Et pour ça, il faut que l’Etat mette la main sur ceux qui ont commis ces actes horribles pour que justice soit rendue. Et il doit renforcer les services des Eaux et forêts les équiper pour qu’ils puissent être à mesure de faire correctement le contrôle dans les zones frontalières, impliquer les populations locales et environnantes. Il faut même préconiser des accords de protection avec le MFDC pour une action commune dans l’intérêt de tous.

Nous voulons une verte Casamance et non une Casamance rouge

Par Pape Alioune Diedhiou

Coordonnateur National de

L’Union pour la Majorité Présidentielle

UJMP Nationale

Laisser un commentaire