Ads 1

« CE QUI M’A CHOQUÉ A L’HÔPITAL DE PIKINE, C’EST LA CAISSE QUE TU VOIS EN PREMIER JUSTE A L’ENTRÉE DES URGENCES » (PAR CHEIKH TRAORÉ)

0 166

Mort de la jeune fille Aïcha Diallo à lhôpital de PikineJe ne sais pas ce qu’il s’est vraiment passé, mais l’hôpital de Pikine, quoi qu’on puisse dire, est très propre. Le chirurgien Monsieur DIOP n’est pas un amateur. Selon une petite enquête que j’ai moi-même menée, il a eu à sauver beaucoup de patients donc soyons patients en attendant les enquêtes pour situer les responsabilités au lieu de le blâmer.

 

Aussi, les équipements de l’hôpital de Pikine, selon toujours ma petite enquête, sont très bien entretenus avec des salles ventilées climatisées, une urgence et une maternité certes petite mais climatisée et très propre comparée aux urgences de l’hôpital grand Mbour qui est une catastrophe avec des toilettes qui donnent envie de vomir(témoin oculaire).

Maintenant tout n’est pas aussi rose à l’hôpital de Pikine et j’en profite pour lancer une alerte aux autorités. Ce qui m’a choqué à l’Hôpital de Pikine, il faut le dire c’est la caisse que tu vois en premier juste à l’entrée des urgences. Certes, c’est toujours dans le cadre des urgences mais c’est mal vu.

Cependant, gardons-nous de personnaliser le débat et l’orienter seulement vers la personne de la petite Aïcha. Il en est ainsi partout au Sénégal.

Une amie m’a raconté le film de la négligence qui a mis fin à la vie de son papa à l’Hôpital de Louga en 2003. (extrait:. En lisant le témoignage de la mère de la petite Aicha décédée dans des conditions atroces, je ne peux m’empêcher de revivre les circonstances dans lesquelles mon père est décédé en 2003.

C’est à l’hôpital régional de Louga, loin de sa famille, que Papa est décédé en juin 2003.
….. Papa fit une hémorragie interne ayant progressivement atteint ses organes vitaux. Admis vers 7 heures du matin, Papa ne reçut ses premières consultations qu’à 14 heures. Heure de son décès.
Contactée plus tard, une partie de ma famille se rendit à Louga…)

Des amis français qui faisaient leurs stages dans des structures sanitaires Sénégalaises me racontaient au quotidien après chaque garde, tout ce qu’ils avaient vu ou entendu. J’avoue avoir vraiment eu honte d’être sénégalais. L’incivisme, l’arrogance du personnel subalterne dans les hôpitaux, les négligences, et le nombre élevé de morts (nouveau-nés et adultes) à l’Hôpital de saint Louis par exemple est extraordinaire.

Une fois rentrée en France l’une d’entre elle est classée persona non grata par la ville de Saint-Louis pour avoir simplement raconté à travers une interview ce qu’elle a vu à l’Hôpital régional de saint Louis Conséquence, personne n’a voulu me donner son rapport de stage de peur de recevoir la même sanction. Pour mettre fin à cela, l’État devrait créer une structure indépendante chargée d’étudier les rapports des étrangers ayant effectué leur stage dans nos structures sanitaires .Ce service rendra compte directement au président de la République.

J’ai proposé, il y a plusieurs mois, de remplacer le PSE Par le programme de développement accéléré des priorités (PRODAP) pour au moins 10ans afin de régler définitivement nos besoins primaires.

La fourniture continue de l’eau et L’accès continu à l’eau et à l’électricité est une priorité. Pourtant, on dépense des milliards pour un plan Sénégal émergent qui n’est pas une solution face aux nombreuses urgences. Malgré les efforts du PUDC (Programme d’urgence de développement communautaire), beaucoup de villages sont sans électricité, sans ressources, sans cadre de vie, sans sécurité et pourtant ce sont des Sénégalais.

Un plan limité à Diamniadio, aux péages et autres, en négligeant les priorités comme l’éducation, la santé, l’autosuffisance alimentaire, le civisme et un cadre de vie propre, n’est pas un plan mais un plomb. Il faut revoir la copie du PSE.

L’émergence ne se décrète pas, il ne faut pas qu’on brûle les étapes. Procédons par élimination pour un Sénégal où les jeunes, en particulier, n’auront rien à envier aux occidentaux. Il faut que l’état travaille à faire aimer aux jeunes leur pays.

Pour l’incivisme, je propose la création d’un centre national d’éducation civique (CNEC) qui coordonnera la sensibilisation quotidienne dans chaque commune, chaque secteur sur toute l’étendue du territoire national pour une durée maximale en prévoyant des sanctions.

Cheikh TRAORÉ
traoremonom@gmail.com

Laisser un commentaire