Ads 1

CAPTURE DU DIVIDENDE DÉMOGRAPHIQUE : LA 3ÈME CONFÉRENCE NTA –AFRICA PLANCHE SUR LE DEVENIR DU CONTINENT À L’HORIZON 2030.

0 171

Créer un cadre pour aborder les questions de population et de développement durable en Afrique dans le contexte de crises multiples, c’est l’objectif principal de la troisième édition de la conférence NTA-Afrique qui se tient depuis mercredi à la Somone.

Plusieurs experts de divers domaines venus de la sous-région prennent part à ce rendez-vous économique biennal. Parmi les objectifs spécifiques, figurent un examen approfondi des progrès réalisés dans la mise en œuvre de la feuille de route 2017 de l’UA sur le dividende démographique, l’identification des synergies et les liens entre l’économie générationnelle, la feuille de route 2017 de l’UA sur le dividende démographique et l’Agenda 2030, en mettant l’accent sur les questions économiques.  


Le dividende démographique est un thème prioritaire de l’Union Africaine, du gouvernement du Sénégal et de ses partenaires. L’agenda 2063 de l’Union Africaine sur le Dividende démographique ainsi que la feuille de route que le gouvernement du Sénégal et d’autres pays frères africains sont en train de dresser en sont des preuves établies.
 
Cette troisième édition dont le thème central porte sur le « Dividende Démographique, Économie Générationnelle et Développement Durable en Afrique : faire le bilan 5 ans après l’adoption de la Feuille de Route de l’Union Africaine sur le Dividende Démographique » se déroule dans un contexte mondial marqué par la nécessité d’accélérer les progrès dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Pour bon nombre d’observateurs, à moins de sept ans de l’échéance de la mise en œuvre de l’Agenda 2030, les progrès restent encore mitigés au niveau mondial.
 
Cette troisième édition de la conférence NTA –Africa permettra donc  d’une part d’analyser les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine sur le dividende démographique, et d’autre part de définir des mesures idoines pour l’accélération de la capture du dividende démographique et en facilitant l’accélération des progrès dans la mise en œuvre des ODD en Afrique.


La capture du dividende démographique constitue un élément important pour assurer la réalisation de plusieurs ODD. De l’avis du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Sénégal, elle permettra de renforcer la mise en œuvre des leviers et voies accélératrices identifiées pour accélérer les progrès sur les ODD. Il s’agit notamment des systèmes alimentaires durables, de la protection sociale, de la transformation de l’éducation, de la digitalisation, de la transition énergétique et des changements climatiques.
 
« En effet, la capture du dividende démographique facilitera la mise en place de systèmes alimentaires durables, permettant ainsi de résoudre les défis liés à la faim et à la pauvreté et de préparer les populations à résister aux chocs tels que les épidémies et les effets des changements climatiques. Aussi, la transformation de l’éducation est essentielle pour la capture du dividende démographique renforçant ainsi la croissance économique, l’élimination de l’extrême pauvreté, des inégalités entre hommes et femmes.
De même, un système de protection sociale bien conçu et mis en œuvre constitue un puissant élément pour valoriser le capital humain et accroître la productivité, réduire les inégalités, renforcer la résilience et lutter contre la transmission de la pauvreté d’une génération à l’autre », a fait valoir Mme Aminata Maïga.

Le dividende démographique, une priorité pour l’Union Africaine !

Cette conférence est audacieuse par son objet en ce sens qu’elle jette la lumière sur un domaine complexe, difficile à saisir et politiquement très sensible qu’est le dividende démographique, a estimé pour sa part le Recteur de l’Université Iba Der Thiam de Thiés dont l’institution a été impliquée à cette conférence tant du point de vue organisationnel que scientifique à travers deux de ses démembrements que sont le Centre de Recherche en Economie et Finance Appliquées de Thiés (CREFAT) et le Centre de Recherche en Économie Générationnelle (CREG).
 
Pour le Pr Babacar Ndiaye, l’agenda 2063 de l’Union Africaine sur le Dividende Démographique ainsi que la feuille de route que le gouvernement du Sénégal et d’autres pays frères africains sont entrain de dresser sont des preuves établies que la dividende démographique est un thème prioritaire de l’Union Africaine, du gouvernement du Sénégal et des partenaires.
  
« Cette conférence issue d’un effort commun au niveau international traduit la volonté exprimée par les experts, les représentants des institutions internationales et gouvernementales de construire des outils collaboratifs consensuels et de faire précéder l’élaboration de ces outils par une réflexion méthodologique critique propre à tirer le meilleur parti des expériences réussies des uns et des autres. Ceci ne peut être que profitable à notre continent qui en est à ses balbutiements en matière de dividende démographique », a soutenu le Recteur de l’UIDT.


Venu représenter le gouvernement du Sénégal à l’ouverture de ces travaux de la Somone, le Directeur de cabinet du Ministre de la Femme, de la Famille et de la Protection des Enfants, a salué la tenue de cette 3ème édition dans notre pays qui va essayer selon lui de regarder de plus près les déterminants du dividende démographique à travers le Dividend Demographic Monitoring Index (DDMI) qui se décline à travers cinq dimensions.
Pour Mohamed Ndiaye, il y a une forte corrélation entre les cinq dimensions du DDMI et le Produit Intérieur Brut (PIB). Pour lui, si nous mettons le focus sur ces 5 éléments du DDMI, nous sommes en train s’en nous en rendre compte de travailler à l’accroissement du PIB. Parce que l’accroissement du DDMI, trouve-t-il, entraine forcément l’accroissement du PIB dans nos pays. «  C’est par ce moyen très stratégique et tactique que nous allons mitiger les risques d’explosion démographique », a-t-il terminé.


Lors de la cérémonie de clôture il a été question de reconnaître les progrès des pays africains dans l ajustement des politiques nationales de développement en Afrique comme l a souligné le professeur Biao Barthélémy agrégé des sciences économiques qui ajoute lors de la cérémonie de clôture de la troisième édition de la conférence NTA-Afrique tenue à la somone sur la petite côte sénégalaise. Par ailleurs selon Ngoné directrice régionale pour l Afrique de l Ouest de la commission des nations unies pour l Afrique a salué la collaboration entre les chercheurs, les décideurs et les parlementaires qui selon elle ont compris l’importance de coordonner leurs travaux afin de materialiser les recherches en changement socio-économique. Puisque les parlementaires jouent un rôle central dans l’adoption des budgets et lois. De plus, l’une des conclusion majeures de ces trois jours de travaux est de réfléchir sur le travail domestique notamment celles qui effectuent un travail domestique non rémunéré entre autres. En tout état de cause, l’ensemble des participants à cette rencontre d’envergure internationale, ont échangé sur des questions pertinentes sous la houlette du Creg piloté par le professeur Latif Dramani. Bref toutes les pistes ont été explorées afin de tisser un plan d’action fructueux pour mieux exploiter la population africaine notamment jeune.

La conférence sur la Population et le Développement en Afrique est une conférence biennale phare du Réseau africain des comptes de transfert nationaux (NTA –Africa). Le réseau mondial des comptes nationaux de transfert (NTA network) est un réseau de chercheurs qui travaillent sur l’introduction de la structure par âge de la population dans l’estimation du progrès  économique.


La conférence NTA –Africa réunit habituellement près de 200 chercheurs et experts des 54 pays africains et internationaux pour débattre des questions qui posent un défi au développement socio-économique et durable du continent africain.

Laisser un commentaire